Golf

Pour son premier tournoi de l’année sur le PGA Tour, Thomas Pieters a terminé à la deuxième place du "Genesis Open" qui se disputait sur le parcours du Riviera CC près de Los Angeles. Au sommet de son art lors du dernier tour (8 birdies), l’Anversois a terminé le tournoi à 12 sous le par. Seul l’Américain Dustin Johnson, nouveau °1 mondial, a fait mieux ! L’Anversois apprécie décidément beaucoup ce parcours du Riviera où il remporta, en 2012, le championnat universitaire américain. "Je l’ai dans l’œil. Je sais comment le dompter", souriait-il, plutôt fier de ses statistiques.

Avec 72 % de greens touchés en régulation et une moyenne de 1,6 putt par trou, il a clairement affiché au grand jour son ambition. "Avant son dernier tour, il m’avait dit par téléphone qu’il jouerait 8 sous le par", a tweeté Lieselotte Pieters, sa sœur et son agent.

Cette deuxième place à Los Angeles permet, en tout cas, à Thomas Pieters de se hisser à la 33e place de la hiérarchie mondiale. Il est désormais tout proche du meilleur classement d’un joueur belge (Nicolas Colsaerts avait été 32e en mai 2012 après sa victoire au "World Match Play"). Elle lui permet aussi d’empocher 616 000 dollars (environ 600 000 euros), soit le plus gros gain de l’histoire pour un joueur national. Colsaerts avait touché 458 000 euros lors de son sacre à Finca Cortesin. Mais elle donne surtout un nouveau coup d’accélérateur à une carrière qui devrait le propulser rapidement vers les plus hauts sommets.