Golf

J'y vais ou j'y vais pas? Cette question, après avoir levé les yeux vers le ciel et porté un regard au thermomètre extérieur, nombre de golfeurs se la posent quand les conditions hivernales font le siège de leurs greens favoris. Les plus frileux, c'est sûr, ne franchissent pas le pas. Les moins courageux, parce qu'ils n'aiment pas porter leur sac, ne s'y risquent pas davantage. Et puis il y a tous les autres. Ceux pour qui le froid ou la pluie glacée ne constituent pas des obstacles infranchissables pour assouvir leur passion du golf.

Mais avant de s'attaquer aux terrains lourds et aux greens d'hiver, il est quand même préférable de se préparer, tant sur le plan psychologique que sur celui du matériel.

Avec Gauthier d'Hollander, figure bien connue et expérimentée des fairways belges, nous avons donc cherché à appréhender les pièges liés à la pratique du golf dans des conditions hivernales. «Je déclinerais cette approche selon différents thèmes, nous explique Gauthier d'Hollander. Ainsi, au niveau de la tenue, il faut savoir que la perte calorifique du corps se fait tout d'abord par les extrémités. Donc il faut veiller à se vêtir chaudement en chaussettes de trekking, chaussures gore-tex, gants gauche et droit d'hiver, bonnet, coupe vent, pantalon velours, col roulé et pull. Si nécessaire, des sous vêtements type ODLO (alpinisme) ou une tenue de pluie (pantalon et veste).»

L'équipement

«Le sac portable est conseillé en hiver pour plusieurs raisons, notamment le respect du parcours et la facilité de manipulation. Mais attention, un bon sac portable d'hiver se doit de posséder des pieds, histoire d'éviter la boue. Inutile de préciser que le parapluie est indispensable.»

Le jeu est, forcément, lui aussi influencé par les conditions atmosphériques assez particulières. Ainsi, le froid influe sur le vol de la balle. «Celui-ci sera effectivement plus court et légèrement plus bas pour les raisons suivantes: air froid=air lourd, la balle perd donc à la fois de la distance et de la hauteur. Comme shaft du club et balle sont plus rigides, la balle part avec moins de vitesse, et comme le joueur est plus habillé, donc moins souple, il a plus difficile à optimaliser son mouvement.»

L'importance de la stratégie

Il est impératif, aussi, surtout en hiver, que le joueur adapte sa stratégie aux conditions qu'il rencontre. «Si le terrain est humide, il faut effectivement savoir que le coup roulé devenant incontrôlé, il faut favoriser les approches lobées vers le drapeau qui seront, alors, moins aléatoires. Sur un terrain gelé, par contre, il est conseillé de privilégier les balles basses qui lors des divers rebonds devraient garder plus facilement une direction rectiligne. Qui dit balle plus basse, dit balle qui roule. Donc il faut se méfier des distances que la balle pourrait être capable de franchir. En général, on conseille de faire tomber sa balle 20 mètres avant le green...»

© Les Sports 2005