La balade nord-irlandaise

Hugues Feron Publié le - Mis à jour le

Golf

Rory McIlroy s’est littéralement promené ce dimanche lors de la journée finale de l’US PGA Championship, dernier Major de l’année disputé sur le parcours de Kiawah Island, en Caroline du Sud. Le Nord-Irlandais de 23 ans s’est imposé à treize coups sous le par, avec huit coups d’avance sur son plus proche poursuivant, l’Anglais David Lynn. McIlroy, qui en profite pour reprendre la place de n°1 mondial à l’Anglais Luke Donald (32e ce dimanche), remporte ainsi son deuxième titre en Grand Chelem, après celui conquis l’an dernier à l’US Open. Soit un beau record de précocité. Certes, le "Tigre" avait remporté le Masters 1997 à l’âge de 21 ans, mais il avait dû attendre plus de deux ans avant de s’imposer de nouveau... à l’US PGA 1999.

Woods, désormais âgé de 36 ans, avait pourtant toutes les cartes en main ce week-end pour renouer avec les joies de la victoire en Grand Chelem, qui lui tourne le dos depuis quatre ans. Co-leader après deux tours, Tiger a cependant connu un début de troisième partie difficile samedi, encaissant rapidement trois bogeys dans un véritable vent de tempête. La journée fut ensuite interrompue définitivement en raison des orages, le troisième tour reprenant seulement le dimanche matin. Mais le mal était fait pour Woods, qui ne reviendra plus jamais dans le coup pour la gagne. Il terminera finalement 11e (-2), à égalité notamment avec Bubba Watson.

De son côté, Rory McIlroy a réalisé un week-end prodigieux, se détachant progressivement... et irrémédiablement au classement. Il rentrait ainsi tout d’abord une troisième carte de 67 (- 5), n’étant pas perturbé le moins du monde par le vent, ni par un coup du sort. Au trou n°3, il retrouva en effet sa balle... logée dans l’écorce d’une branche, à 2 mètres de hauteur. Il sauvera ainsi son par malgré le point de pénalité !

Leader avec trois coups d’avance à l’entame du tour final, McIlroy a poursuivi ensuite son ascension en rentrant une dernière carte de 66 (- 6), vierge du moindre bogey et comprenant la bagatelle de six birdies, dont un sur l’ultime trou, devant un public américain tout acquis à sa cause.

A vrai dire, cet US PGA 2012 a tourné à la démonstration européenne, avec sept joueurs du Vieux Continent dans le Top 10. Outre McIlroy et le surprenant David Lynn (2e via deux dernières cartes de 68), on retrouvait les Anglais Justin Rose et Ian Poulter, le Suédois Carl Petterson (3es ex-aequos avec l’Américain Keegan Bradley, tenant du titre), le Gallois Jamie Donaldson et le Suédois Peter Hanson (7es).

De bon augure en prélude à la Ryder Cup, du 27 au 30 septembre à Medinah (Illinois), où l’Europe tentera de garder son trophée. Dans ce cadre, notons que Poulter, auteur d’une belle charge ce dimanche (6 birdies en 8 trous), a effectué une excellente opération. L’Anglais de 32 ans se retrouve désormais parmi les dix joueurs européens automatiquement qualifiés. Sergio Garcia et Nicolas Colsaerts, qui ont raté le cut d’un seul coup vendredi, peuvent cependant encore le dépasser, en cas de Top 10 cette semaine au Wyndham Championship, épreuve du PGA Tour américain dotée de 5 200 000 $ pour laquelle Colsaerts a reçu une invitation il y a quelques jours. Nous y reviendrons dans notre rubrique golf qui paraîtra jeudi.

Publicité clickBoxBanner