Golf

Même si les jeunes sont de plus en plus nombreux à s'adonner aux joies du swing, le golf reste, en Belgique, un sport majoritairement pratiqué par les Seniors, lisez les femmes âgées de plus de 50 ans et les hommes âgés de plus de 55 ans. N'imaginez cependant pas qu'il s'apparente, pour eux, à une simple promenade dans les bois. Au contraire. Chez ces sportifs accomplis, qui ont souvent fait leur classe dans le tennis ou le hockey, la motivation et le goût de la compétition sont généralement très présents. Et la qualité de jeu est également au rendez-vous! «Lors des compétitions nationales réservées aux Seniors, on recense en moyenne une centaine de participants dont la plupart sont Single Handicap», explique Jean Toussaint (Ravenstein), triple lauréat de l'Ordre du Mérite national dans sa catégorie.

La carrière de Jean Toussaint, 59 ans, est exemplaire. Jeune, il pratiqua le golf à un excellent niveau (il était Hcp 4 à 20 ans) en compagnie notamment de son frère Philippe (dernier pro belge à avoir remporté un tournoi sur le Tour Européen). Soumis aux obligations professionnelles et familiales, il consacra ensuite davantage ses loisirs au tennis et au hockey, où il fut international. «Je suis revenu au golf vers 50 ans. Et mon entrée dans la catégorie Senior m'a donné une nouvelle motivation. J'affiche aujourd'hui le meilleur Handicap de ma carrière: 3,2! Et je n'ai jamais été aussi motivé pour m'entraîner ou pour soigner mon hygiène de vie. Là où, à la veille d'un tournoi, j'acceptais volontiers un ou deux verres de vin, je carbure désormais à l'eau...»

Il admet que son jeu a gagné en sagesse. «Je ne cherche plus à faire des drives de 250 mètres et je ne suis plus vexé si un jeune me prend 40 mètres au départ! En revanche, je suis devenu plus solide dans le petit jeu et plus réfléchi dans la stratégie. J'analyse davantage chaque trou, j'adapte ma tactique au parcours, j'essaye de comprendre la pensée de l'architecte. Le fait de me retrouver à 70 ou 80 mètres du drapeau ne me pose plus de problème: je sais que je peux, de là, rentrer la balle dans le trou en deux coups. C'est sans doute ce qu'on appelle la maturité...»

Du coup, Jean Toussaint, toujours très présent dans le monde du golf (il est l'importateur des marques Cleveland, Srixon et 4-Some), se pique au jeu et participe à la plupart des compétitions nationales. En Belgique, bien sûr, où il défie les meilleurs de la place (Bichara Khader, Jean-Ghislain Moreau, Christian Gilmant, Patrick Colsaerts, Frédéric Rodesch...) lors des sept épreuves nationales mais aussi à l'étranger. «J'étais ainsi, cette année, le premier joueur belge à participer au British Open Senior Amateur qui se disputait, durant trois jours, sur le parcours de Woburn, près de Coventry. Le niveau de jeu était impressionnant. Avec mon Handicap, je suis entré dans le tournoi comme réserve! Les Américains avaient envoyé une cinquantaine de joueurs et trustèrent, à l'arrivée, neuf des dix premières places avec des scores inférieurs au par. C'était une expérience inoubliable que j'espère renouveler en 2006 à Saunton, en Cornouaille. Certes, il s'agit d'une vraie compétition. Mais l'ambiance est très décontractée. Tout le monde joue sérieusement sans se prendre au sérieux. Et, croyez-moi, les Seniors anglais sont toujours aussi forts lors du dix-neuvième trou...»

On le constate: le golf est un sport qui conserve bien et où la valeur attend parfois le nombre des années. Car ce qui est vrai pour Jean Toussaint l'est aussi pour les milliers d'autres Seniors belges qui, hiver comme été, frappent la balle. Peu importe leur niveau ou leur âge. C'est ça, la passion!

avec le Ravenstein) est l'un des meilleurs seniors de Belgique.

© Les Sports 2005