Golf

Le Brussels Golf club reste en sursis, comme c'est le cas depuis 2002. Tout comme le Jockey club, le club bruxellois, créé en 1987, occupera encore le site de l'hippodrome de Boisfort pour la saison 2008, en vertu de conventions d'occupation précaire renouvelable tous les trois mois. Une convention de location auprès de la Région Bruxelles-Capitale qui sera résiliée "au moment de la notification de la désignation de l'adjudicataire" qui aura remporté le marché de la réaffectation du site, nous signale-t-on du côté du cabinet du ministre-président de la région, Charles Picqué, en charge personnellement de ce dossier via la régie foncière.

Cet épineux dossier a franchi un cap supplémentaire il y a quelques jours, avec la sélection de quatre candidatures retenues parmi les 17 en lice. "Elles l'ont été sur base de critères techniques (ossature financière) et non sur base d'un projet ! Nous avons dû justifier notre choix juridiquement, avec l'aide d'un cabinet d'avocats, afin d'éviter le recours de candidats non-sélectionnés" nous précise-t-on encore au niveau de la région.

De source proche du dossier, nous avons appris que les candidatures retenues sont celles du groupe ROBELCO (groupe immobilier bien connu sur la place, ndlr), d'un partenariat à trois composé de JCX-immo, VO-communication Sa. et HLS Sa., de Fortis Realestate Development Sa. (groupe de Patrick Massion, actuel président du Brussels Golf Club Academy & training Center, comprenant aussi Aspria Belgium Sprl et soutenu par Jean-Marie Delwarte), ainsi que de Cetim Sa-parc Paradisio Sa., dirigé par le manager de l'année Eric Domb.

Selon nos informations, les trois premiers groupes sont en faveur du maintien d'un golf, ce qui est nettement moins sûr concernant le quatrième (parc Paradisio Sa.), où l'idée serait plutôt de créer notamment une bulle avec plantes et animaux exotiques.

Quoi qu'il en soit, les projets, qui doivent être remis pour le 15 juillet 2008 au plus tard, devront répondre à un "cahier spécial des charges" très précis. La Région choisira ensuite le projet... le plus rapidement possible.

Espace récréatif

Le site de l'Hippodrome de Boitsfort constitue l'un des rares grands espaces libres de la Région de Bruxelles-Capitale. C'est pour cette raison que Charles Picqué, constatant le manque d'infrastructures de loisirs pour les familles, a décidé de faire de ce site un espace récréatif pour la petite et moyenne enfance.

"Dans ce cadre, outre l'activité golfique (le Brussels Golf Club compte actuellement 750 membres, dont 130 jeunes âgés de moins de 18 ans, NdlR), nous comptons mettre sur pied des activités ouvertes à tous, à caractère familial", nous commente Patrick Massion, président-fondateur du Brussels Golf Club. "A savoir, notamment, une activité 'découverte de la forêt' au départ de bâtiments protégés (petite et grande tribune, pesage, écuries,...) qu'il faut remettre en état selon le cahier des charges. Des activités ludiques pour les enfants (petit parc de jeux, style 'siska') pourront également être mises sur pied. Mais je tiens à souligner que, tout en respectant l'environnement dans cette zone essentiellement récréative et forestière, il sera impossible de récupérer l'investissement (se montant à plusieurs millions d'euros, même si aucun chiffre n'est encore avancé, NdlR) uniquement sur de l'exploitation. Quel que soit le projet retenu, les investisseurs n'accepteront de rester que si une partie 'immobilier' permet d'assurer une rentabilité au sein de cette concession pour 50 ans."

On l'aura compris : c'est au niveau de cette partie immobilière que les problèmes risquent de se prolonger dans les mois, voire les années à venir. L'hippodrome de Boitsfort (à 90 pc sur le territoire d'Uccle) est en effet situé dans une zone Natura 2000.

Le Plan Régional d'Affectation du Sol stipule que sur la totalité du site (32,25 ha) comprend 3,50 ha affectés aux équipements d'intérêt collectif ou de service public, 17,50 ha en zone de sport ou de loisir en plein air, le restant étant en zone forestière. Tout le site est dans un périmètre d'intérêt culturel, historique, esthétique ou d'embellissement. Le Plan Régional d'Affectation du Sol impose ainsi le respect du caractère de la zone forestière environnante et des servitudes au pourtour des bois et forêts. "Il faudra cependant trouver une solution qui convienne aux deux parties : la région et le soumissionnaire. C'est du donnant-donnant, sans quoi cela ne fonctionnera pas", poursuit M. Massion. "Mais j'ai bon espoir, nous y parviendrons un jour. De notre côté, nous n'avons pas l'ambition de passer de 9 à 18 trous. Nous espérons simplement récupérer l'espace des pistes afin de réaliser un véritable 9 trous aux normes nationales, tout en améliorant notre école de golf et le practice. C'est théoriquement possible."