Golf

Créé par Léopold II en 1903, le Royal Golf Club d'Ostende fête, cette année, son centième anniversaire. Mais le parcours - seul véritable links du pays - n'a pas pris une ride. Dessiné sur les dunes, avec les vagues de la mer du Nord voisine pour témoins, il a conservé son cachet naturel, très british. C'est bien simple: lorsque le vent fouette les visages et les clubs, on se croirait de l'autre côté de la Manche!

C'est d'ailleurs pour étancher la soif de birdies des visiteurs britanniques, grands passionnés de swing, que le roi Léopold II avait décidé, au début de siècle, de construire un parcours de golf côtier. Ostende, reine des plages, avait déjà son casino, son hippodrome et son Grand Hôtel. Elle se devait de posséder, aussi, son golf course ! Le destin du Royal Golf Club d'Ostende fut longtemps étroitement lié à celui du Royal Golf Club de Belgique, érigé à la même époque à l'initiative du même Léopold II grâce à une Donation Royale. Il était de bon ton de jouer en semaine au Ravenstein et le week-end à Clemskerke!

Le parcours comme bunker

Le links ostendais paya un lourd tribut aux deux guerres mondiales. En 1918, au terme de la première, il faut complètement rénover le Club House et le parcours. Lors de la deuxième, il sert de... bunker militaire aux troupes du Maréchal Rommel. Un véritable désastre!

Longtemps menacé de mort, défiguré par des kilomètres de fils de fer barbelés, le club renaît heureusement de ses cendres en 1948, grâce à l'enthousiasme et la générosité de certains de ses membres et à l'aide de Henri Seruys, bourgmestre d'Ostende. Aujourd'hui, le Royal Golf Club d'Ostende (par 70 de 5618 mètres), présidé par Patrick Van Wettere, compte 750 membres, ravis de swinguer dans un décor magique, de dompter les humeurs du vent, de se perdre dans les bunkers aux allures de cratères et de se consoler en dégustant des tomates aux crevettes sur la terrasse du Club House.

Et dire que des voix politiques, emmenées par les écologistes flamands, réclament depuis plusieurs années la fermeture pure et simple du club! Elles veulent, comme au Zoute, rendre les dunes aux badauds (ou à l'immobilier?) et estiment que l'entretien du parcours est nocif pour la faune et la flore. On ne peut s'empêcher d'en rire! Les golfs d'Ostende et du Zoute, cent pour cent nature, sont parmi les plus purs de Belgique.

Osons croire qu'un compromis

à la belge, entre gens de bonne volonté, sera vite trouvé. Nos deux parcours côtiers sont parmi les plus réputés de Belgique. Ils attirent toujours - comme au temps de Léopold II - de nombreux touristes et font tourner l'économie locale.

© Les Sports 2003