Golf

Après deux années de disette, Sergio Garcia a enfin renoué avec la victoire sur le circuit américain à l'occasion du Byron Nelson Championship, ce même tournoi où il avait fait ses débuts professionnels voici cinq ans. «C'est un succès très important, surtout pour le moral», expliquait El Nino après s'être imposé, au premier trou du play-off, face à Robert Damron et Dudley Hart, ses deux derniers rivaux.

Après un début de carrière très prometteur, où il avait été élevé prématurément au rang de plus grand adversaire de Tiger Woods, l'Espagnol a connu une longue traversée du désert, au point de retomber dans les abîmes du classement mondial.

Le voici aujourd'hui de retour sur le devant de la scène, bien décidé à rattraper le temps perdu. «J'ai reconstruit tout mon swing avec mon père qui est aussi mon entraîneur. C'était très déstabilisant. Il m'a fallu digérer tout cela. Je commence à peine à me sentir à l'aise avec mon nouveau mouvement» explique Garcia.

Lors du dernier Masters, où il avait terminé à la quatrième place, le citoyen de Castellon avait déjà montré quelques signes encourageants, signant notamment une carte de 66 (meilleur score du tournoi) lors de la dernière journée. Sa victoire de dimanche dernier sur le parcours de Irving, au Texas, confirme pleinement cette bonne impression. À défaut d'avoir très bien joué lors du quatrième tour (où il termina un au-dessus du par), Sergio Garcia a offert un récital de coups gagnants lors du troisième, rentrant une carte de 65 après avoir touché tous les greens en régulation!

Agé de 24 ans, Sergio Garcia court toujours derrière un premier sacre dans un tournoi du Grand Chelem. Souvent placé, il n'a jamais réussi à bien jouer les quatre jours. «C'est cette régularité qui m'a fait défaut jusqu'ici» admet-il.

Son succès texan (le quatrième de sa carrière aux Etats-Unis) tombe à point nommé, à l'aube de quatre mois décisifs avec l'US Open, le British Open, l'USPGA et, bien sûr, la Ryder Cup. Pour rien au monde, le bouillant Espagnol ne voudrait manquer le rendez-vous de Oakland Hills. À défaut de se qualifier directement (il n'a pas encore joué cette année sur le sol européen, occupant cependant la 19e position de l'Ordre du Mérite européen grâce à sa 4e place du Masters), Garcia table sur la wild card de son capitaine Bernhard Langer.

Suite à son succès, il est remonté par ailleurs de la 38e à la 17e place mondiale, rentrant également dans le Top 10 du classement des gains du PGA Tour (1637140$, 8e). Soit deux classements emmenés actuellement par Tiger Woods et Vijay Singh, même si le Fidjien s'est écroulé dimanche à Irving en rentrant une carte de 78 comprenant notamment deux trous en sept coups sur un par 4... et un par 3!

© Les Sports 2004