Le Tigre a sorti ses griffes

Hugues Feron Publié le - Mis à jour le

Golf

L'Australien Aaron Baddeley était l'étonnant leader, dimanche, à l'entame du dernier tour de l'US Open, deuxième levée du Grand Chelem 2007 se déroulant sur le parcours dantesque d'Oakmont (Pennsylvanie). Baddeley se retrouvait à deux coups au-dessus du par après les trois premiers tours disputés sur ce par 70 qui ne pardonne rien, avec plus de 180 bunkers disséminés autour des fairways et des greens, et des lignes de putt particulièrement périlleuses sur des greens pentus rendus de plus en plus secs.

Phil Mickelson (74-77), Luke Donald (74-77), Stewart Cink (72-80), Padraig Harrington (73-80), Retief Goosen (76-77), Sergio Garcia (79-75), Davis Love III (75-80), Adam Scott (76-82) ou autres Colin Montgomerie (76-82), qui n'ont pas réussi à passer le cut fixé à +10, n'en sont d'ailleurs toujours pas remis !

Tiger Woods était quant à lui parfaitement positionné en attente, à seulement deux coups du leadership, suite à un superbe parcours bouclé en 69 coups (-1) samedi. Le numéro un mondial avait réussi l'exploit de toucher 17 des 18 greens en régulation, ratant seulement le dernier pour commettre son seul bogey du jour. Le "Tigre" ne fut cependant pas en réussite au niveau du putting (35), ratant à chaque fois d'un fifrelin une bonne dizaine de chances de birdies !

Le duel de la partie de tête de dimanche promettait ainsi d'être particulièrement intense, avec Woods logiquement favori malgré son retard, au regard de son expérience (12 Majors remportés dans sa carrière dont déjà 2 US Open). Mais Baddeley, 26 ans, avait pour lui les statistiques : quand Tiger Woods débute la dernière journée d'un Major en tête, il l'emporte toujours (12 fois sur 12). Mais quand il s'élance de derrière, comme c'était le cas, il n'a jamais pu décrocher le titre (0 sur 28)...

Les deux golfeurs devaient cependant se méfier des autres poursuivants, qui n'avaient pas dit leur dernier mot. Quatre d'entre eux étaient seulement à trois coups de Baddeley, et donc d'un de Woods : les Anglais Justin Rose et Paul Casey (ce dernier ayant réalisé une incroyable carte de 66 vendredi, en regard de la difficulté de ce parcours avec notamment des trous 7, 8, 9, 10 et 12 d'enfer), le Canadien Stephen Ames et l'Américain Bubba Watson.

Hugues Feron