Golf

Ils connaissent parfaitement le parcours du Golf National.

Les joueurs de l’équipe européenne de Ryder Cup se sentent un peu chez eux au Golf National. C’est sur ce parcours que se dispute, en effet, chaque année, l’Open de France. Ils connaissent donc tous les pièges de ce links de plaine, balisé par les obstacles d’eau et souvent balayé par le vent. « Mais le terrain est forcément différent en septembre qu’en juillet. En outre, il a été spécialement préparé par les greenkeepers pour cette compétition. Il est donc essentiel de bien s’imprégner des lieux» confie le Danois Thomas Bjorn, capitaine du team Europe.

Vainqueurs de sept des dix dernières éditions et invaincus sur leur sol depuis 1993, les Européens espèrent récupérer le trophée détenu par leur adversaire depuis deux ans et la bataille d’Hazeltine. « Ce sera compliqué. Les Américains ont une équipe exceptionnelle. Nous devrons être au top de notre forme durant trois jours pour nous imposer… »

La renaissance de Tiger Woods est évidemment dans tous les esprits. « Son retour au sommet est fabuleux et bénéfique pour le golf dans le monde entier. Mais nous ne sommes pas inquiets. Voilà vingt ans qu’il joue pour l’équipe américaine. Ce n’est pas une première… » sourit Thomas Bjorn.

Ce dernier préfère se concentrer sur ses joueurs. «La Ryder Cup est un événement unique. Je n’ai pas besoin de les motiver. Cela se fait tout seul. Je peux vous assurer que, dans le vestiaire, tout le monde est impliqué… »

Avec cinq rookies dans ses rangs, l’équipe européenne manque peut-être d’un peu de planche dans cette compétition si particulière. C’est pour cela que le capitaine a privilégié l’expérience dans ses quatre « wild cards » (Stenson, Garcia, Poulter et Casey). Il se réjouit, par exemple, du retour en forme de Sergio Garcia, excellent lors du récent Portugal Masters. « C’est un joueur sur qui on peut compter dans les moments importants. Il a un super état d’esprit et c’est un gagneur qui transmet une énergie positive… »

A l’instar de leurs adversaires américains, les Européens logent au Trianon, à Versailles. Mais le palace a été ménagé pour que les joueurs ne puissent pas se croiser dans les couloirs. Le face à face est réservé au parcours de L’Albatros à partir de vendredi.

© AFP