Golf

Le jeune Anglais Nick Dougherty a pris la tête de l'US Open, 2e levée du Grand Chelem, à l'issue du 1er tour, disputé jeudi à Oakmont (Pennsylvanie). A savoir sur un par 70 de 6610 mètres qui tient toutes ses promesses, comprenant notamment un par 3 de 263 mètres (trou n°8) et un par 5 de 610 mètres (trou n°12) qui sont tout simplement les plus longs de l'histoire de ce Major ! Ajoutez à cela un trou n°9 devenu un par 4 au lieu d'un par 5, ainsi que 180 bunkers situés autour de fairways et greens particulièrement étroits et/ou pentus, et vous comprendrez pourquoi les moyennes des scores sont encore plus élevées que lors d'un Masters d'Augusta. Le cut devait d'ailleurs probablement être fixé hier soir à dix coups au-dessus du par, ce qui est tout simplement exceptionnel à ce niveau de la compétition.

En rendant une première carte de 68, soit 2 coups sous le par, Dougherty devançait, respectivement de 1 et 2 coups l'Argentin Angel Cabrera et le duo composé de l'Américain Bubba Watson et de l'Espagnol Jose Maria Olazabal.

Hier, à l'heure où nous bouclions ces lignes, le jeune prodige anglais restait en tête, même s'il était revenu dans le par suite à un double bogey fatidique. Mais que dire alors de quelques joueurs du gratin mondial qui avaient déjà sombré corps et âme.

C'était le cas notamment de Phil Mickelson, probablement éliminé à l'heure où vous lirez ces lignes avec des cartes de 74 et 77 (+11). Il est vrai que le gaucher américain était diminué par une blessure au poignet qu'il traîne depuis quelques semaines. Par contre, l'Espagnol Sergio Garcia, auteur d'une première carte de 79 (+9) n'avait aucune excuse à faire valoir, tout comme Davis Love III (75-80, +15)), le Suédois Henrik Stenson (76-79, +15) ou encore l'Australien Adam Scott (76-82), d'ores et déjà éliminés.

De son côté, Tiger Woods, qui a déjà enlevé douze levées du Grand Chelem (dont deux US Open) a rentré une première carte de 71 (+1), tout comme celle du détenteur du titre, le jeune Australien Geoff Ogilvy avec qui il partageait les deux premières parties. Woods continuait à faire figure de grandissime favori, même si le seul véritable vainqueur de cet US Open semblait être... le parcours. Le vainqueur de dimanche sera d'ailleurs probablement le joueur qui sera le plus proche du par...

© La Libre Belgique 2007