Golf

Depuis 1997 et sa première victoire en Grand Chelem (lors du Masters d’Augusta), Tiger Woods a toujours été le grand favori des tournois auxquels il participait. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Plongé en plein doute, le champion américain n’est, il est vrai, plus que l’ombre de lui-même. Ruiné moralement et psychologiquement par ses déboires conjugaux, le Tigre fait peine à voir. Depuis son retour à la compétition en avril dernier, il n’a pas remporté le moindre tournoi. Et, dimanche dernier, il a touché le fond en terminant avant-dernier du WGC Invitational, à 18 coups au-dessus du par, la pire performance de sa carrière pro ! A ce rythme, il n’est même sûr qu’il sera sélectionné en équipe US de Ryder Cup en octobre prochain

Tiger Woods est-il capable de renaître de ses cendres à l’occasion de l’USPGA, dernier Major de l’année, qui débute ce jeudi sur le parcours de Whistling Straits, dans le Wisconsin ? C’est peu probable. A Akron, le week-end dernier, le plus grand joueur de l’histoire semblait en perdition, presque en dépression. Et tout indique, a priori, qu’il perdra dimanche soir son trône de n°1 mondial au profit de son grand rival Phil Mickelson, donné d’ailleurs favori de cet USPGA 2010.

Le parcours de Whistlings Straits est très particulier. Loin des standards américains, il a été dessiné, près du lac Michigan, dans l’esprit d’un links irlandais, avec des dunes et une forte exposition aux vents ! La longueur en prime : ce par 72, riche de deux par 5 de plus de 550 mètres, fait plus de 6800 mètres ! Et le trou n°17 (par 3 de 204 m), avec son paysage lunaire, pourrait s’avérer décisif pour une place au soleil.

Logiquement, les joueurs américains (Mickelson, Mahan, Stricker, Furyk, Kim, O’Hair, ) devraient briller devant leur public. Mais sur ce parcours aux accents britanniques, les outsiders ne manquent pas. Les Irlandais Rory McIlroy, Graeme McDowell et Padraig Harrington sont en forme. Tout comme les Sud-Africains Ernie Els, Retief Goosen, Louis Ooshuizen et Tim Clark. L’Australien Adam Scott, l’Allemand Martin Kaymer, les frères italiens Molinari, le Colombien Camilo Villegas figurent aussi parmi les candidats, sans oublier Lee Westwood, abonné aux places d’honneur lors des derniers "Majors" et qui espère ouvrir (enfin) son palmarès à ce niveau. Bref, tout est ouvert avec, en prime, l’inconnue Woods.