Hockey

Les deux principaux candidats au titre se disputeront une fois de plus le titre demain soir. Le White Star et l’Amicale Anderlecht n’ont pas démérité mais leurs adversaires étaient tout simplement plus forts.

La logique du classement a été respectée même si l’Amicale Anderlecht a posé pas mal de problèmes aux Namurois. Le chassé-croisé aura duré pendant les trois quart de la rencontre. Zimmer était le premier à ouvrir le score sur pc après sept minutes. L’Amicale Anderlecht égalisait quatre minutes plus tard, avant de prendre l’avance dans la foulée via Dekeuleneer (1-2). Peu avant la pause, Gilles Jacob décochait une magnifique passe dont il a le secret. Vandiest se plaçait parfaitement dans la trajectoire et déviait en pleine lucarne (2-2). Superbe !

Dès la reprise, les deux équipes continuaient à assurer le spectacle et les buts s’empilaient à nouveau. Conreur trouvait l’ouverture sur pc (2-3), rapidement imité par Pokorny (3-3). Mené deux fois de suite, Namur reprenait l’avance à la 28e sur une nouvelle superbe combinaison entre Jacob et Vandiest. Les Anderlechtois ne l’entendaient pas de cette oreille et Pangrazio perçait toute la défense adverse pour égaliser (4-4). Il restait neuf minutes à jouer et l’issue de la rencontre était totalement indécise. Zimmer donnait pourtant une indication intéressante en gagnant son duel face à Gryspeerdt (5-4). A la 34e, Degroote prenait une carte verte et c’était étonnamment le tournant du match. L’Amicale Anderlecht décidait de sortir son gardien pour jouer à six contre quatre. Une tactique qui peut toujours s’avérer payante comme désastreuse. Elle était catastrophique, malheureusement pour les Anderlechtois qui allaient encaisser pas moins de trois buts en quelques minutes. Jacob était le premier à marquer dans le but vide. Zimmer faisait de même avant que Wyss-Chodat ne scelle le score à 8-4. Les Anderlechtois étaient visiblement frustrés mais la victoire était méritée pour Namur, au vu de l’ensemble de la rencontre.

Et si cela aura été indécis jusque dans les cinq dernières minutes lors de la première demi-finale, le suspense était moins intense lors de la seconde rencontre. Après deux minutes, le Racing menait déjà de deux buts, signés Plennevaux puis Melotte. C’était pourtant loin de décourager le White Star qui revenait directement à un but grâce au goal de Simar. La différence de buts n’était jamais très grande entre les deux équipes et les buts pleuvaient. Pas moins de douze goals en vingt minutes de jeu. Simar s’offrait un doublé tandis que Dykmans faisait partie des buteurs de la première période. Garcia, Charlier, Maraite, Melotte et Plennevaux, notamment, se chargeaient de porter le score à 8-4 à la pause.

La messe était presque dite mais c’était sans compter sur la mentalité sans faille des Everois qui tenaient bon jusque dans les derniers instants. A nouveau à quatre buts de son adversaire (10-6) à dix minutes du terme, le White Star revenait à 10-8 par l’intermédiaire de Simar puis Dykmans. Tout était encore possible mais Charlier puis Boon portaient deux coups fatals à leurs adversaires. L’issue était cruelle pour les troupes de Quentin Noël. Le Racing était pourtant tout simplement trop fort ce soir. Et les Ucclois partent logiquement favoris pour la finale de demain contre Namur.