Hockey

Découvrez tous les résultats de la 8e journée de championnat qui se déroulait ce jeudi soir.


L'Antwerp assomme le Daring au caractère 4-3)

Les Molenbeekois ont enregistré leur premier revers cette saison (du moins sur le terrain en attendant la décision du forfait contre le Léo) lors d’une night-session électrique.

Jusqu’ici pointés comme fébriles dans le money-time, les Anversois ont prouvé qu’ils étaient aussi capables de se sublimer dans les moments chauds. Alors qu’il restait moins de 60 secondes à jouer et que le Daring avait remonté un handicap de deux buts pour recoller à 3-3, Greg Stockbroeckx a fait chavirer le noyau dur de ses supporters en offrant la victoire aux siens d’une reprise héroïque. La deuxième victoire seulement depuis le début de saison après celle engrangée face au Braxgata.

Privé de quatre éléments majeurs - Wood (grippe), Mesa et G. Cosyns (déchirure) ainsi qu’Enrique (victime de vertiges)-, le Daring a contrôlé les débats dans le premier quart mais sans se montrer réellement menaçant. Les locaux se révélaient alors empreint d’opportunisme et de réussite pour mener 2-0 à la demi-heure grâce à Jim Briels, le frère du buteur des Red Lions, et ensuite Russell (sur le premier pc de la rencontre).

L’orgueil du Daring s’animait alors pour réduire l’écart sur une phase de péno parfaitement maîtrisée et conclue par l’inoxydable Brunet, encore une fois précieux ce jeudi soir.


Dans le troisième quart, l’Antwerp parvenait à refaire le break au terme d’une séquence de jeu étincelante ponctuée par Briels, qui s’offrait un petit doublé. Et à nouveau, c’est lorsque la bête bruxelloise est blessée qu’elle offre son plus beau visage. En cinq minutes, la bande à Wegnez revenait au score via Hermans et Tanguy Cosyns sur stroke. Avant, étonnamment, de s’éteindre… «Nous avons joué le tout pour le tout et cela a créé des espaces et nous nous sommes exposés », justifiait le dernier buteur du Dar ce soir. « Mais cette défaite n’est pas dramatique. Elle illustre que l’on a besoin de souffler ».

L’Antwerp, lui, grâce à cette victoire fait plus que souffler. Il respire…

Antwerp : Gryspeerdt, Machtelinckx, Peremiquel, Van Valburg, Russell, Delas De Andrés, Laddyn, T. Stockbroeckx, Briels, Neal, G. Stockbroeckx, puis Sax, Corthouts, Van Ussel, Clerckx et De Winter.

Daring : Masset, Brunet, Uher, Saladino, Wegnez, Dierckens, Oleastro, Van Linthoudt, T. Cosyns, Dykmans, Hermans, puis Desmet, Poutet, Makhotkin, Kerstel.

Arbitres : MM. N. Benhaiem et L. Validthdejeude

Les buts : 19e Briels (1-0), 28e Russell sur pc (2-0), 31e Brunet sur pc (2-1), 49e Briels (3-1), 50e Hermans (3-2), 55e T. Cosyns sur stroke (3-3), 69e G. Stockbroeckx (4-3).


Le Racing fait le spectacle à l'Orée (2-6)

Dès l'entame de la rencontre, le Racing prenait les choses en mains et s'installait dans le camp oréen. Après seulement trois minutes, le premier but tombait : sur une phase litigieuse, Cédric Charlier fixait Flamand, sous les réclamations des joueurs de l'Orée (0-1).

Les Woluwéens réagissaient vite, en se procurant un double pc quelques minutes plus tard. Après un premier bel arrêt de Gucassoff, Dekeyser remettait déjà les deux équipes à égalité, d'un slape dans le plafond du goal (1-1). Le match se jouait sur un rythme élevé, les deux équipes décidant de se porter vers l'avant à chaque possession de balle.

Après quelques incursions dans le cercle adverse, le Racing reprenait la tête grâce à un but de renard de de Chaffoy (1-2). Dès l'entame du deuxième quart-temps, les Woluwéens semblaient mieux dans la rencontre, avec Jérôme Dekeyser à la baguette. Mais c'est pourtant le Racing, via Cédric Charlier à bout portant, qui creusait l'écart (1-3).


En deuxième période, l'Orée se procurait la première grosse occasion via Facundo Callioni qui voyait son revers stoppé de justesse par le gardien Gucassoff. Mais encore une fois, ce sont les Rats qui parvenaient à faire trembler les filets. D'un parfait sleep en lucarne, Tom Boon inscrivait le quatrième but de son équipe sur pc (1-4). Dans le dernier quart-temps, Cédric Charlier y allait de son triplé d'un shot imparable (1-5). Quelques minutes plus tard, l'Orée prenait l'eau et Tom Boon se permettait même d'inscrire un but sur pc, et cela sans sleeper (1-6). À cinq minutes du terme, Charles Masson réduisait l'écart d'une raclette dans le coin du goal de Gucassoff (2-6). Le Racing, emmené par ses internationaux belges, a montré qu'il avait le profil pour jouer les playoffs cette saison.


Les arbitres : M. A. Zimmer et Mme L. Delforge.

Les buts : 3e Charlier (0-1), 7e Dekeyser sur pc (1-1), 16e de Chaffoy (1-2), 24e Charlier (1-3), 45e Boon sur pc (1-4), 56e Charlier (1-5), 61e Boon sur pc (1-6), 65e Masson (2-6).

Cartes vertes : Rickli (12e), B. Gougnard (33e).



Louvain sous tension en fin de match face au Wellington (3-1)

Le Wellington n’a toujours pas engrangé le moindre point depuis le début de la saison mais n’a pas encore dit son dernier mot.

Les premières occasions franches de la rencontre entre Louvain et le Wellington sont venues des sticks des Louvanistes et surtout d’un Pilou Maraite très inspiré. C’est finalement Tommy Willems qui planta le premier but de la rencontre après une superbe passe de Guillermo Garcia (1-0). Guillermo Garcia a écopé d’un carton vert en fin de quart ; une supériorité numérique dont les Bruxellois n’ont pas profité. L’excellente organisation et le pressing des Universitaires a complètement étouffé le Wellington, qui n’est parvenu à franchir le cercle qu’à quelques reprises, sans succès.

Le troisième quart temps a débuté avec une action individuelle de Guillermo Garcia sur le flanc et un centre pour Pilou Maraite, tout juste remonté sur le terrain. En vain. Le premier penalty corner du match a été sifflé par Laurent Dooms à la 44ème minute, mais le portier du Well a réalisé un magnifique arrêt. Deux minutes plus tard, Guillermo Garcia a alourdi le score (2-0). Les Louvanistes n’ont laissé aucun répit à leurs adversaires puisque Pilou Maraite a enfin trouvé le chemin des filets à 48ème minute (3-0). Tommy Willems aurait pu inscrire le doublé en fin de troisième quart temps mais Trenchs n’a pas laissé filer la balle derrière sa ligne. Le Wellington s’est octroyé un pc dans le dernier quart temps après une petite poussée dans le cercle, qui n’a pas été converti. Mais c’est sur un autre pc à l’heure de jeu qu’Elliot Gillardin a fait trembler les filets de Julien Schoo Ians (3-1). Les hommes de Lisa Letchford ont pris la fin du match à leur compte et ont fait peur aux Universitaires. Mais ils n’ont pas réussi à réduire l’écart et sont repartis bredouille pour la septième fois cette saison.

Tanguy Lacourt, défenseur du Wellington : « Ce n’est pas encore l’inquiétude totale mais nous n’avons toujours pas encore engrangé un seul point. Nous allons travailler sur notre conclusion et sur nos sorties de défense. Mais ce qui est sûr, c’est que la qualité du jeu augmente et il reste encore de nombreux matches pour remonter. »

Les arbitres : Mlle C. Martin-Schmets et M. L. Dooms.

Cartes vertes : 16e Garcia, 34e Pangrazio, 34e M. Gowie, 54e López.

Les buts : 12e T. Willems (1-0), 46e Garcia (2-0), 48e Maraite (3-0), 60e Gillardin sur pc (3-1).



Le Watducks manque de réalisme face à Herakles (2-2)


Ce jeudi soir, malgré une forte domination des Brabançons, le score affichait une parité qui ne reflétait pas la physionomie du match. Timmermans a sorti le grand jeu, notamment sur les 13 pc du Wadu.

Le Watducks avait clairement décidé de prendre le jeu à son compte lors de la venue de l'Herakles. Cette domination prenait la forme d'une série de pc durant le premier quart temps. Mais, la combinaison ratée pour Boccard et les 3 sleep côté gant de Charlet ne donnaient rien. Les Verts s'installaient durablement dans la moitié adverse sans que Timmermans ne soit inquiété. L'Herakles perdait le guerrier Marco Donck, victime d'une blessure au genou à la suite d'une vilaine glissade. Il sortait en pleurs et tentait de remonter avant de redescendre au ralenti en boîtant. Finalement, il remontait en 2e mi-temps. Le mini break réveillait les Lierrois qui revenaient sur le terrain animés des meilleures intentions. En 7 minutes, Sébastien Duterme sifflait 3 pc en faveur des visiteurs. Le tip in de Keusters trompait Vanasch qui avait repoussé les deux premiers. Le Watducks mettait du temps à réagir via un tir aérien de Boccard repoussé du gant. La tempête lierroise de 12 minutes venait de passer. Boccard obtenait le 5e pc à la 33e minute. Charlet changeait de côté et de hauteur et trompait Timmermans (1-1).


La deuxième mi-temps démarrait par un 6e pc et un arrêt de Timmermans. La perte de balle de Reckinger ne profitait pas à Van Lierde qui lançait Panchia en vain. Van Stratum touchait le poteau d'un tir puissant à la 44e minute. Une poignée de secondes plus tard, le capitaine De Kerpel sortait un tir croisé à mi-hauteur (1-2). Sur une superbe déviation de Panchia, Hilton obtenait un stroke car Reckinger avait levé le stick du Néo-Zélandais qui allait tirer. Dohmen assumait ses responsabilités à la 51e minute (2-2). Timmermans sortait un tir de Van Lierde. A 9 minutes du terme, le 10e pc du Watducks amenait un beau contre pour l'Herakles. Smith héritait de la plus belle occasion, mais il perdait son duel face à Vanasch. A la 70e minute, le 13e et dernier pc butait à nouveau sur Marco Donck.

Les arbitres : MM. S. Duterme et N. Stenier

Cartes vertes : 50e N. De Kerpel

Les buts : 22e Keusters sur suite de pc (0-1), 33e Charlet sur pc (1-1), 44e De Kerpel (1-2), 52e Dohmen sur stroke (2-2)





Le Dragons efface facilement le Léo (4-1)


Cette affiche nocturne était des plus alléchantes sur papier. Sans surprise, la rencontre démarra sur un jeu plutôt équilibré, même si la possession de balle était plutôt l’affaire des Bruxellois. Ce fut toutefois le Dragons qui trouva le premier le chemin des filets, sur sa première entrée dans le cercle. Van Aubel, un brin chanceux, vit son shot croqué finir sa course sur la planche de Henet. Lors du deuxième quart, les espaces étaient plutôt rares mais les entrées dans le cercle furent néanmoins plus nombreuses. A la 32e, Le Léopold revint au score, sur pc, grâce à Maxime Plennevaux, qui suivi bien le sleep d’Alexis Lemaire repoussé par un défenseur. L’égalité ne dura cependant qu’une poignée de secondes. Dans la minute qui suivi, Rombouts arma un puissant shot revers dont la course fut dévié par un joueur du Léo au fond du but.

Dès le retour des vestiaires l’intensité repris son niveau d’avant la pause. Les deux équipes continuèrent toutefois à pêcher dans le dernier geste, à l’image du Léo qui gaspilla ses nombreux pc créés. La fin de la rencontre vit le Léopold s’éteindre peu à peu. Le Dragons qui retrouva pleinement son efficacité devant le but ne se fie pas prier pour s’envoler. A la 58e Hendrickx convertit un penalty pour les locaux, donnant ainsi aux Anversois une avance plus confortable. Le Léo poussa pour revenir mais sans succès. Pire, les Bruxellois encaissèrent un dernier but à la toute fin du match des œuvres de Briels, qui dévia habillement un shot hauteur planche de Thys. A l’aube de « la trêve » de deux semaines, le Dragons effectue là une belle opération puisque le Daring s’est incliné face à l’Antwerp.


Réaction de Dorian Thiery après le match : « Le score résume malheureusement bien le match. Même si le Dragons ne se crée que quelques occasions, il est bien plus efficace que nous devant le goal. A l’inverse on gaspille énormément comme par exemple sur pc où on en inscrit seulement un, et encore, sur un rebond. Malgré la défaite ici, on reste assez content de ce début de saison. On a pu constater une évolution qui va dans le bon sens, ce qui est positif même si on voudrait forcément toujours plus de points »

Arbitres : Pontus M. et Voet X.

Carte verte : 54e Van Strydonck

Les buts : 11e Van Aubel (1-0), 32e M. Plennevaux sur suite de pc(1-1), 33e Rombouts (2-1), 58e Hendrickx sur pc (3-1) et 68e Briels (4-1)



Pluie de buts au Braxgata qui bat le Beerschot (6-5)



Le Braxgata empoche enfin ses premiers points au terme d’un match complétement fou. Score final 6-5.

Le Braxgata rentre très bien dans son match et se crée les premières occasions. Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour voir le premier goal dans cette rencontre très ouverte. A la 3e minute Loick Luypaert récupère la balle au 25 adverse et lance très bien Alexis Robinet qui trompe le gardien avec son shot revers. Ce goal réveille immédiatement le Beerschot qui domine dès à présent le jeu. Les ours se créent de nombreuses occasions mais manquent de réalisme face au goal. Contre le cours du jeu, c’est le Braxgata qui trouvera à nouveau le chemin des filets. Alexis Robinet, encore lui, dévie superbement la balle en un temps pour isoler Inglis dans le cercle. Ce dernier n’a plus qu’à pousser la balle dans la cage. C’est 2-0.

Le Beerschot est en difficulté ici à Boom. Les joueurs ont du mal à se trouver sur le terrain et commettent beaucoup d’erreurs techniques. Heureusement pour eux, ils peuvent compter sur un pc incroyablement efficace. Le Bee reviendra au score grâce à deux pc consécutifs à la 21e puis à la 23e. Le premier est transformé par Inglis, présent au rebond, tandis que le deuxième est transformé par Ibarra. Le Bee domine totalement ce deuxième quart temps, pourtant, le Brax parviendra à repasser devant grâce au tip-in de Inglis en pleine lucarne. C’est 3-2 à la mi-temps.

De retour des vestiaires, les joueurs sont fort tendus. En effet, les arbitres ont dû à plusieurs reprises rappeler les joueurs à l’ordre et ont même dû sortir deux cartes vertes. A la 43e minute Perez profitait d’une balle qui traînait dans le cercle boomois pour revenir au score. A peine 3 minutes plus tard, Luypaert trouvait les filets de Van Rysselberghe et permettait à son équipe de repasser devant au marquoir. C’est 4-3 à la fin de ce troisième quart temps.

Après la mini pause, Inglis enfonçait le score d’un superbe tip-in en lucarne ! Le Braxgata mène 5-3 à domicile et se rapproche de plus en plus de ses trois points. Cinq minutes plus tard, Saeys, auteur d’un match plus que moyen, réduit la marque. Les ours peuvent encore y croire dans ce match complétement fou. Mais voilà, à huit minutes du terme, le portier du Beerschot, fautif sur l’attaquant local, provoquait un stroke. Luypaert trompait le gardien et inscrivait son deuxième goal de la rencontre. C’est 6-4 pour les locaux quand John Goldberg décide de sortir son gardien. Tactique gagnante puisque les ours reviendront à 6-5 grâce à Paton. Mais cela ne suffira pas.

La victoire revient au Braxgata, heureux de prendre leurs trois premiers points à domicile ! « On est très heureux d’avoir gagné, ça faisait longtemps qu’on attendait cela. C’était un match très tendu. Jouer contre son ancienne équipe et contre son frère, ce n’est jamais évident » confiait Philippe Goldberg après le match. De leur côté les ours étaient déçus des espaces laissés dans leur défense. « On a une équipe très offensive, avec trois joueurs derrière et quatre dans le milieu, donc on sait que si le press ne fonctionne pas bien, il y a beaucoup d’espace derrière. Aujourd’hui on s’est pris des stupides goals » concluait Harrison Peeters, capitaine du Beerschot.

Arbitres : MM. N. Marchant et R. Tinant

Cartes vertes : 38e Adriaensen, 39e Delmoitié, 54e Adriaensen.

Les buts : 3e Robinet (1-0), 16e Inglis (2-0), 21e Deruyttere sur pc (2-1), 23e Ibarra sur pc (2-2), 27e Inglis (3-2), 43e Perez (3-3), 46e Luypaert sur pc (4-3), 56e Inglis (5-3), 61e Saeys (5-4), 62e Luypaert sur stroke (6-4), 69e Paton (6-5)