Hockey

Tous les pronostics ont été déjoués avec une grosse résistance de la Gantoise et une surprise de l’Antwerp

Les play-offs sont bel et bien une nouvelle compétition où tout le monde repart à zéro

Le champion de Belgique sortant du Braxgata se trouve désormais dans une situation difficile après sa défaite 4-2 lors de la manche aller de ces demi-finales de play-off. En sachant que les buts comptent en cas d’égalité aux points, on constate que les Boomoises vont devoir marquer trois buts sans en prendre pour renverser la tendance.

L’Antwerp allait prendre rapidement l’avance via Puvrez. Ce but marqué après 3 minutes 25 lui permettra de rester pendant plus de quarante minutes au commandement. En une minute, le Brax renversait le score : Albertyn puis Versavel inscrivaient le 1-2 au marquoir géant de Sint Job. La fin de la rencontre allait être pourtant à l’avantage des locales qui inscrivaient trois buts en un quart d’heure : C. Struijk, Delforge et Puvrez à nouveau plaçaient les Rouges dans une situation favorable pour la manche retour.

« Je ne dirais pas cela», insistait Sofie Gierts, la T1 anversoise. « Rien n’est joué, le Brax est très dangereux, on l’a vu aujourd’hui. On savait qu’on pouvait tenir tête à cette équipe, mais il fallait le faire et on l’a fait. » Elodie Picard, la gardienne de l’Antwerp n’en revenait pas de cette victoire : « C’est rare qu’on marque autant. On n’a pas eu tellement d’occasions mais on a le bol de les mettre. » Du côté du Braxgata, Jolien Rasschaert ne comprenait pas trop ce qui est arrivé à son équipe : « On n’a pas eu le rendement habituel. On va analyser tout cela ; tout reste ouvert. »


Une Gantoise retrouvée

Après les trois dernières semaines plutôt calamiteuses de la Gantoise, on pouvait craindre le pire. Les blessées étaient de retour : Gerniers, AS Vanden Borre et Rogeau étaient bien sur le terrain. Du coup, l’équipe retrouvait sa structure et son allant pour faire face à un Waterloo Ducks qui semblait surpris par la volonté gantoise.

Dès la 2e minute, il faudra une intervention décidée de D’Hooghe sur Spence pour éviter un premier but. Si l’impression générale du premier quart fut que le Watducks aura dominé, on ne pourra oublier des contre-attaques dangereuses de la Gantoise. La première grosse alerte pour De Rijck fut ce tir trop faible de Gose à la 11e minute. A la 12e, un pilonnage en règle de la grande gardienne gantoise se terminait par un dernier tir non capté de Gose (1-0). La Gantoise réagissait furieusement mais la défense locale fera son œuvre et bloquera les descentes de Rays, Granatto et Spence.

Le deuxième quart débutait avec un pc gantois que S. Vanden Borre envoyait trop haut. A la 22eminute, nouvelle descente sur la droite pour la Gantoise : le cafouillage qui s’en suivait était conclu par un tir sec de Sergeant (1-1). C’était la surprise dans le clan local et même un certain désarroi car la Gantoise continuait à attaquer, à l’image de ce tir de Raye à la 32e minute que D’Hooghe déviait.

La seconde mi-temps débutait par de nouvelles occasions pour Gand, comme cette infiltration de Sergeant qui longeait la ligne de fond pour arriver nez à nez avec D’Hooghe. Aux trosi quart d’ehures, c’était Wagemans qui se retrouvait face à De Rijck : son double tir plus un dernier de Smeekens n’aboutissaient pas. C’était le départ d’une domination territoriale du Wat’ qui était bien bloqué par une arrière garde très attentive. Les Vertes voulaient forcer le résultat : il s’en suivait une rencontre un peu plus décousue, avec des passes qui n’arrivaient pas ou étaient interceptées. Comment la balle ne fut pas mise au fond sur des occasions de Ronquetti, Vouche, Gose ou Stappaerts : toutes les attaquantes s’y étaient mises mais De Rijck ne pliait pas.

La Gantoise décrochait un nul méritoire alors qu’une certaine déception se lisait dans les yeux du Watducks.

« Je ne m’attendais pas à un match facile », tempérait Lisa Letchford. « La Gantoise a bien joué le coup ; ce fut équilibré. On a eu des bons moments, d’autres moins bons. Je suis toutefois contente de ce résultat ; tout est ouvert demain. »

Assez singulièrement, Kevan Demartinis tenait à peu près le même langage. « Ca a bien joué aujourd’hui ; on était au complet et ça change des dernières semaines. Mais on doit être plus efficaces devant le but. Ma défense est excellente. On joue ce dimanche chez nous : ce sera un avantage, on n’aura pas cette navette pour venir ici à Waterloo, c’est long et ennuyeux. »
Demartinis considère que le terrain sera un avantage pour son équipe. Il lui reste 70 minutes pour gagner le ticket pour la finale. De toute façon, il faudra un vainqueur à cette rencontre.

Résultats

Antwerp-Braxgata 4-2 : 3e Puvrez (1-0), 44e Albertyn (1-1), 45e Versavel (1-2), 51e C. Struijk sur pc (2-2), 61e Delforge sur pc (3-2), 66e Puvrez (4-2)

Wtaerloo Ducks-Gantoise 1-1 : 12e Gose (1-0), 22e Sergeant (1-1)