Hockey

White Star-Dragons 2-2


« Cela aurait dû être 5-2 », s’exclamait Philippe Truyens, le directeur technique du White Star.

Et de fait, le White Star a mené toute la première mi-temps en se créant une dizaine d’occasions devant le but du Dragons. Après une première alerte qui trouvait la gardienne everoise sur un revers de D. Marien, les attaques du White allaient se multiplier. Passant essentiellement sur la droite avec des déboulés de Bertarini et Oviedo, les attaquantes de pointe se retrouvaient devant les expérimentées De Groof et Raye et ne parvenaient pas à conclure.

Sur les 7 attaques du premier quart Ovideo et Masso, entre autre, ne parvenaient pas à passer Goethals, la gardienne brasschatoise. Le White devait même se méfier des contre-attaques de Simons qui envoyait à deux reprises des revers bien stoppés par Petriaux ou encore d’un tir de la jeune De Mol.

Le deuxième quart débutait sur un mode plus brouillon, avec un Dragons qui faisait le gros dos en attendant que l’orage everois passe. A la 21e minute, Mr Larcier laisiait jouer une phase confuse stoppée fautivement par le défense visiteuse : Ponthieu envoyait la balle vers le but et Bertarini la touchait avant qu’elle ne passe la ligne (1-0). Le White était enfin payé de ses efforts. A la 24e, Ponthieu ratait le 2-0 devant le but vide. A la 24e, l’autrichienne Herzsprung profitait d’une erreur en défense pour alerter Petriaux : le White n’était pas à l’abri. Les Everoises continuaient à se porter dans les 23 mètres adverses, mais sans alerter Goethals. Sur une contre-attaque, le Dragons obtenait un pc à la 30e minute : C. Teves tirait et Simons déviait au-dessus de Petriaux (1-1). Un pc, un but ! Le Dragons était bien payé alors que le White ne parvenait pas à traduire en buts sa domination incessante.

La reprise voyait un Dragons plus agressif, passant à la vitesse supérieure. A la 39e, un tir éclair de Sosa était sauvé du bout du sabot par Petriaux. A la 42e, même sauvetage de l’autre côté sur un tir de Bertarini. Sur la contre-attaque, le White recevait un pc sauvé en long. C. Teves prenait une carte jaune sur une phase confuse : le White n’en profitait pas. A la 49e, on croyait que la balle allait enfin rouler mais les 4 Everoises impliquées dans la phase ne parvenaient pas à mettre la balle au fond.
A la 52e minute, une attaque sur la gauche voyait D. Marien pousser la balle qui rentrait doucement dans le but via un stick local : un soft-goal, diront les techniciens (1-2).

Le dernier quart débutait par un double pc pour le Dragons qui ne donnait rien. Puis tout fut à l’avantage du White Star qui multipliait les attaques, surtout via l’infatigable Bertarini. Elle était imitée par Oviedo qui obtenait encore deux p, un à la 62e et un à la 66e. Sur ce dernier De Armond tirant et Vandersteen déviait dans les filets (2-2). Le White l’échappait belle. A la dernière minute, Ponthieu s’échappait seule et allait à la rencontre de Goethals qui sortait vainqueur du duel.


La Gantoise en roue libre
Il aura fallu attendre la 41e minute pour que la Gantoise arrive à débloquer son compteur but. Ce fut l’espagnole Guinea qui trouvait l’ouverture dans le rideau défensif du Victory. Après, les buts s’accumulèrent. Granatto au tout début du dernier quart-temps, puis van Bauwel, Sergant, S. Vanden Borre sur pc et Granatto salèrent l’addition : 6-0.

Bonne résistance de Namur
En recevant le Waterloo Ducks, Namur ne devait pas se faire beaucoup d’illusion quant au résultat final. Pourtant les Namuroises ont bien résisté. Elles encaissaient un premier but de Peeters à la 6e minute ; la même joueuse doublait la marque à la 25e minute. Limauge et Stappaerts donnaient au score son allure finale 0-4.

Grosse surprise au Braxgata
On pouvait imaginer que le Racing allait subir les foudres du Braxgata. Ce fut le contraire et l’unique but d’A. Willems sur pc juste avant la mi-temps soulignait l’excellente première période des Uccloises. Elles résistaient bien en seconde avec un défense bien réfléchie. Un sérieux contre-temps pour le Brax !

Nul à Antwerp-Wellington
Bonne rencontre à Sint Job mais peu d’occasions de but et un score blanc qui ne réjouissait personne.

Louvain-Léopold 3-1
Louvain a marqué au quart d’heure par Norlander, puis a consolidé son avantage en troisième quart-temps via Wright et Norlander avant que De Kepper ne réduise le score.