Hockey

Dimanche à midi sera donné le premier coup de sifflet des demi-finales dames. Si le Braxgata est pointé comme favori pour le titre, les résultats de la saison ont tous été partagés et chacune des équipes a tenu tête aux autres. Reste que les matches à gros enjeux qui nous attendent demandent une gestion qui n’a rien à voir avec une banale rencontre de championnat : l’expérience, la maturité et la maîtrise de soi prendront le pas sur le reste.

Antwerp-Gantoise. L’Antwerp a dû composer avec une série de forfaits. Après avoir perdu Berendts et Lambertus, après le départ de Webster, elle doit maintenant se passer de du Plessis et de Vingerhoets. Laurine Delforge : "Sofie Gierts a réussi à créer un ensemble où le départ de l’une est bien compensé par l’arrivée de l’autre. C’est vrai que nous avons perdu de l’expérience avec ces forfaits mais on recommence tout à zéro et on va aborder chaque match sans penser à autre chose."

Du côté gantois, une seule joueuse (outre Townsend qui n’aura joué que trois matches) manque à l’appel : Beernaert s’est tordu le pied et ne sera rétablie que pour le match retour. Le manager Kenneth Kesteleyn sent son équipe en confiance. "L’Antwerp est très forte mais à égalité de forme, nous sommes supérieurs. S’il ne faut pas se baser sur notre victoire 1-4 à Sint Job - l’Antwerp était en méforme à ce moment-là -, le match retour fut plus à l’image de ce qui devrait se passer."

Waterloo Ducks-Braxgata. Barbara Nelen prévoit des rencontres difficiles. "Les deux équipes ont l’habitude de ne pas fermer le jeu. Le Wat a une bonne attaque et marque facilement; on devra être très attentif d’autant que j’imagine qu’elles nous préparent quelque chose de spécial. Les résultats entre nous ont toujours été proches." Au niveau statistique, les deux attaques sont équivalentes, la défense du Watducks étant un peu plus perméable. La forme des gardiennes (les numéros 1 et 2 belges) sera prépondérante.

Arnaud Massaert est très content d’arriver dans ce play-off. "Au niveau du rythme, nous n’avons pas eu la meilleure préparation en terminant contre les trois derniers du classement. C’est pourquoi nous avons durci notre semaine en jouant deux fois contre nos U16 Boys. La pression est sur le Brax, nous sommes les outsiders. Pour les filles (moi, je n’y étais pas), ces deux confrontations constitueront une revanche sur la douloureuse finale de la saison passée. Nous avons beaucoup travaillé la vidéo. Le facteur clé de ces matchs sera l’émotion."