Hockey: des Red Lions aux deux visages

Thibaut Vinel Publié le - Mis à jour le

Hockey

Ambiance des grands soirs hier au Racing où Jean-Michel Saive et les frères Borlée avaient aussi effectué le déplacement pour soutenir l’équipe nationale. Près de 1 500 supporters avaient répondu présent à l’invitation des Red Lions qui livraient face à la 7e nation mondiale leur dernier match de préparation sur le sol belge. Vingt-quatre heures après avoir battu la Nouvelle-Zélande qu’ils retrouveront de l’autre côté de la Manche le 5 août, les Belges ont essuyé un revers dont le T1 tira de nombreux enseignements. "Nous sommes déçus", confiait le capitaine Tchouk Truyens. "On aurait dû tuer le match en première mi-temps."

Après un round d’observation de 5 minutes, les Belges provoquèrent un premier pc qui vit le tir de Dekeyser repoussé du gant. Il fit mouche sur son second pc dans la foulée (1-0). Colin Batch fit alors entrer Verdussen, Charlier, Gougnard, Boccard et De Paeuw en même temps. A la 12e minute, les Belges manquèrent le K.-O. en raison d’un arrêt réflexe du portier néo-zélandais sur un tir à bout portant de Charlier. Résolument offensives, les troupes de Colin Batch, privées des olympiens Reckinger, Boon et Dohmen, prirent à la gorge leurs hôtes de deux soirs en forçant un troisième pc. On jouait depuis 14 minutes. Les Néo-Zélandais entrèrent alors dans la partie, équilibrant les échanges. Néanmoins, c’est Dekeyser qui lança en profondeur Briels qui contrôla bien la balle, mais ne put l’exploiter. Ce même Briels fit une culbute spectaculaire après un contact viril avec l’homologue de Vanasch. Une minute plus tard, Boccard et Charlier se lancèrent dans un une-deux qui s’acheva par une balle qui lécha le poteau. A la 30e minute, Vanasch se déploya sur pc pour garder ses filets inviolés. Il ne put rien sur le sleep de Hayward qui rétablit la parité trois minutes avant la pause. Une belle leçon de réalisme des Blacks. "Nous connaissons un passage de 20 bonnes minutes", analysait Truyens. "La balle circulait bien." A la reprise, les Néo-Zélandais haussèrent leur pressing si bien que les Lions mirent de longues minutes à entrer dans le jeu. Les arbitres sifflèrent quelques pc pour les invités qui touchèrent tantôt le poteau tantôt Vanasch, tantôt les filets. A la 52e, Petherick profita sur pc de la supériorité numérique des Noirs à la suite de la jaune de Gougnard (2-1). Et du côté belge ? On subissait de plus en plus le défi physique des Zélandais. Les arbitres sortirent alors une série de bristols qui cassèrent les schémas tactiques durant une dizaine de minutes. Schild alourdit la marque en poussant la balle à la suite d’un centre qui avait mis tous les Belges dont Vanasch dans le vent (1-3). Le jeu se désorganisa franchement dans les rangs belges qui multiplièrent les mauvaises relances. Un dernier pc belge provoqué à 4 minutes du terme ne changea rien au score. "Nous avons laissé jouer quelques joueurs clefs", narrait encore le capitaine. "Nous avons pris des notes sur leurs schémas de jeu. Je regrette le nombre de cartes en seconde période qui fausse le jeu. De notre côté, nous n’avons pas été réguliers durant les 70 minutes. Il faut admettre qu’aujourd’hui, la Nouvelle-Zélande a mieux joué." Le principal sera d’être en forme face aux Néo-Zélandais le 5 août. La pression sera autre

L’équipe belge: Vanasch, Van Aubel, Briels, Dekeyser, Luycx, Thys, Van Hove, Denayer Van Strydonck, Truyens, De Saedeleer, Puis Verdussen, Charlier, Gougnard, Boccard, De Paeuw Jeness, Hilton, Couzins.

Les buts: 7e Dekeyser sur pc (1-0), 32e Hayward sur pc (1-1), 52e Petherick (1-2), 65e Schild (1-3

Publicité clickBoxBanner