Hockey

Emilie Sinia avait suivi la préparation pour les demi-finales de World League à la Rasante avec le groupe des Red Panthers. Enceinte de trois mois, elle a été écartée il y a deux semaines. La future mère, qui joue au Watducks, sera notre consultante lors de la quinzaine. A l’aube du premier match de ses amies, elle nous a livré les treize raisons de croire en une grande performance de l’équipe nationale.

1 L’ordre des matchs, avec l’Australie pour débuter

Jeudi, elles joueront contre l’Australie. "Elles sont quatrièmes mondiales, mais elles sortent d’une déception aux JO. L’équipe est complète et s’appuie sur un gros physique. Les Australiennes sont grandes et athlétiques. Elles sont plus fortes, dans tous les secteurs de jeu, que la Belgique qui n’aura donc rien à perdre. Un bon début face à l’Australie les placerait dans une bonne spirale. Il ne faudra pas regarder le résultat mais la manière, car l’équipe revient après deux ans d’absence. Le staff a besoin d’enseignements de ce match pour préparer le deuxième contre la Malaisie qui vaudra 1 000 points."

2 "Personne ne nous a vues depuis deux ans"

"Si les Belges manquent de repères par rapport au Top mondial, l’inverse est vrai aussi. Personne ne nous a vues depuis deux ans. Nous pouvons donc créer la surprise."

3 Des Red Panthers physiquement plus fortes

Les Panthers n’ont jamais été des bêtes de muscles. "L’équipe a effectué de grands pas au niveau physique. Le staff a pu nous pousser plus loin dans nos retranchements vu que nous n’avions pas de compétition. Avant un tournoi, on doit calmer la charge physique. Il reste encore des progrès à faire."