Hockey

C’est presque devenu un classique du hockey indoor. Malgré un championnat serré, la finale opposa, à nouveau, Namur et le Racing. 

Lors de la précédente édition, l’année dernière, le Racing avait véritablement écrasé les Namurois 12-4. Les Rouges avaient donc à cœur de réparer cet affront. Pourtant, les premières minutes furent compliquées pour les escargots. 

Après deux minutes, Charlier trouva déjà le chemin des filets. Ce but encaissé eu le don de réveiller les Namurois qui revinrent dans la course grâce à un stroke transformé par Jacob. « C’était la première fois qu’on apportait une vraie résistance physique. C’était essentiel face au jeu très technique des Rats », expliquait le joueur. Remonté à bloc, Namur parvint même à prendre les devants dans la foulée, sur un pc de Vandiest. Mais l’avance namuroise ne dura pas. La machine à marquer Boon se mit en route successivement sur stroke puis sur pc, à deux reprises. 

Mené 2-4 à moins de cinq minutes de la fin de la rencontre, la tâche s’annonça impossible pour Namur, d’autant plus que Charlier inscrivit un dernier but. Les Rouges continuèrent pourtant à y croire. Pokorny sur penalty puis Vandiest relancèrent une dernière fois leur équipe. Le coup de sifflet final retentit dans la foulée, bloquant le marquoir à 4-5. « J’en suis à mon huitième titre en neuf finales jouées », se réjouissait Thibault Cornillie. Mais celle-ci était l’une des plus belles. L’environnement et le niveau de jeu étaient formidables ».

Les Reds Lions décisifs

Ce nouveau titre de champion, le Racing le doit en bonne partie aux retours de Boon et Charlier. Déjà redoutables devant la cage en demi-finale, les deux attaquants furent à nouveau décisifs en inscrivant tous les buts de la finale ! Un rendez-vous que les deux joueurs n’auraient pas voulu rater. « J’adore vraiment la salle. Cela fait des années que je joue. J’aurais dû être là dès le début de la saison si je n’avais pas été blessé » explique Cédric Charlier, qui ne sait plus combien de titre il a déjà remporté en salle « mais le plaisir reste identique » souriait le joueur.