Hockey

Voici les comptes-rendus des matchs de la 16ème journée.

Le Racing joue avec son bonheur : 4-4

Le Racing recevait Louvain avec la ferme intention de repartir avec les trois points pour conserver sa place dans le top 4. Les louvanistes, en recherche de points, devaient les en empêcher.

Les rats entraient directement dans le match et ouvraient la marque dès les premiers instants du match: Boon parvenait à isoler Versluys qui trompait la vigilance de Vandenbroucke. Il ne fallait pas arriver en retard car dans la minute suivante, Louvain répliquait et obtenait un pc qui ne donnait rien. Malgré le but encaissé, ce sont les universitaires qui prenaient le jeu à leur compte. Sanchez, sur pc, avait une belle opportunité mais il catapultait au dessus du but des locaux. Le dernier fait saillant du premier quart fut une déviation qui passait au dessus de Bertin sur une offrande de Boon.

Les visiteurs étaient à l'offensive en début de second quart et Pilou Maraite cannonait sur Gucasoff. La première mi-temps était pauvre en occasions. Le froid semblait paralyser les joueurs. Gougnard, idéalement placé, avait tout le loisir de se retourner mais c'était beaucoup trop faiblard pour inquiéter Gucasoff. MacIntyre tirait sur Gucasoff et s'en était déjà tout de la première mi-temps.

Les louvanistes dominateurs de la première période furent récompenser de leurs efforts via Richards qui s'arrachait pour égaliser. C'était mérité tant le Racing n'y était pas. Et pourtant, le Racing reprenait les commandes sur une inspiration de Boon qui parvenait à passer à De Chaffoy qui plaçait au dessus de Vandenbroucke. Ce but semblait réveiller le Racing. Charlier tirait sur le gardien. Le Racing obtenait son premier pc à la 47ème. Harte plaçait sur le gardien visiteur.

Beaucoup d'erreurs des deux côtés mais le Racing se rassurait par Charlier qui envoyait un missile en revers dans la lucarne du but. Sur ce coup, il nettoyait les toiles d'araignée du but de Vandenbroucke. Dans la minute suivante, sur pc, Romeu relançait son équipe. Le match s'emballait car le Racing reprenait deux buts d'avance sur la phase suivante, par Harte sur suite de pc. 3 buts en l'espace de 2 min! Le Racing devait gérer les 5 dernières minutes. Mais Pilou Maraite redonnait du suspense en marquant à la 66ème. De paepe égalisait en fusillant Gucasoff. Quel dernier quart! c'était le score final.

Racing: Gucasoff; Vanwetter, Lootens, Harte, Van Rysselberghe; Versluys, Meurmans, Garcia; Charlier, Boon, Willems; puis Truyens, Cayphas, De Chaffoy, Berton et Weyers.

Louvain: Vandenbroucke; Romeu, Santana, Weyers, Willems; Van der Putten, Richards, Ibarra; Maraite, Sarmento, Sanchez; puis Georgis, Vanneck, MacIntyre, Gougnard et De Paepe.

Les arbitres: MM. M. Dutrieux et R. Tinant.

Les cartes vertes: 31è Truyens, 55è Richards

Les buts: 2è Versluys (1-0), 37è Richards (1-1), 42è De Chaffoy (2-1), 60è Charlier (3-1), 61è sur pc Romeu (3-2), 63è Sur suite de pc Harte (4-2), 66è Maraite (4-3), 68è De paepe (4-4).


A un stroke près, l’Orée accrochait le Léopold : 2-3

Après les deux unités galvaudées face au Pingouin dimanche passé, l’Orée accueillait le Léopold, troisième, à Woluwé. La première occasion était bleue après une belle phase sur le côté droit mais la déviation était stoppée par Romain Henet. Sur le contre, après un long flick, Zimmer se baladait dans la défense oréenne et crucifiait déjà les locaux (3e, 0-1). Seulement cinq minutes plus tard, le Léo se procurait un premier pc qu’il convertissait via Russell (8e, 0-2). Sur le deuxième pc ucclois, à la 12e minute, Zimmer voyait Flamand sortir une parade.

Au début du deuxième quart, l’Orée arrivait à sortir de son camp mais sans se montrer dangereux pour autant. Le Léopold en profitait pour évoluer en contre-attaque comme à la 21e quand Zimmer était proche de tripler l’avance uccloise sur revers. Coup sur coup l’Orée se procurait alors deux pc. Alors que le premier ne donnait rien, Nacho Bergner réduisait l’écart grâce à un magnifique sleep sur le second (26e, 1-2). Juste avant la mi-temps, Arnaud Flamand sauvait son équipe par deux fois : en un contre un face à Zimmer puis sur pc. Ce qui laissait à la deuxième période un certain suspense pour les quelques spectateurs présents.

En deuxième période, après une tentative infructueuse d’Alexis Lemaire pour le Léo, les Woluwéens avaient une double occasion d’égaliser sur pc. Si les deux penaltys ne donnaient rien, Lee Cole remettait les deux équipes à égalité suite à une subtile déviation quelques secondes plus tard (39e, 2-2). L’Orée semblait alors remis sur les bons rails alors que le Léopold ne réussissait plus ce qu’il tentait. Le match s’emballait, les pertes de balle étaient nombreuses et chaque équipe semblait pouvoir prendre l’avance sur une erreur de l’autre. Le Léo se montrait dangereux sur pc à la 51e mais Flamand était de nouveau à la parade.

Lors des dernières 17 minutes 30 de la partie, l’Orée défendait alors que les Ucclois tentaient de trouver la faille dans la solide défense bleue. Cette faille, l’équipe de Robin Geens la trouvait à 13 minutes du terme via Manu Brunet d’un revers haut imparable (57e, 2-3). Dans les dix dernières minutes, les hommes de Xavi Arnau passaient à une défense à trois. Une tactique payante car l’Orée allait recevoir un stroke après une faute sur Davila à trois minutes du coup de sifflet final...mais Callioni ratait son essai ! Les Bleus tentaient le tout pour le tout en sortant Flamand pour un attaquant. Mais sans succès, le Léopold repartait de Woluwé avec 3 points précieux.

Orée : Flamand, Bergner, Delavignette, Solano, Cole, de Paeuw, Freyling, Masson, Simar, Callioni, Domene puis Ricci, Bigaré, Davila, Branicki, Decock.

Léopold : Henet, J. Verdussen, Eaton, Russell, Forgues, Brunet, Thiéry, Cuvelier, Zimmer, A. Verdussen, Degroote puis Plennevaux, Muschs, De Trez, Coisne, Lemaire.

Les arbitres : Mlle L. Delforge et M. N. Pontus.

Les buts : 3e Zimmer (0-1), 8e Russell sur pc (0-2), 26e Bergner sur pc (1-2), 39e Cole (2-2), 57e Brunet (2-3)


Nouvelle leçon d’efficacité du Dragons : 1-5

Après s’être offert une victoire de prestige autoritaire face au Racing, le Dragons se déplaçait à Nivelles pour affronter le Pingouin, lanterne rouge du championnat. Malgré la différence de niveau sur papier, les Anversois devaient se méfier d’un déplacement en soirée loin de leurs terres.

Les hommes de Jean Willems ne semblaient absolument pas perturbés par ce long trajet et prenaient tout de suite leur adversaire à la gorge. Un pc, repoussé, après une minute, un but de Thys à la 3e d’un tir revers puissant et le 0-2 de Stockbroekx après neuf minutes, l’addition était salée. Le Pingouin montrait pourtant de bonnes intentions mais ça ne suffisait pas contre un Dragons ultra réaliste. Deux goals après quatre entrées de cercle, on fait difficilement mieux.

Le deuxième acte débutait exactement de la même manière que le premier. Le Dragons partait directement à l’assaut et après une première tentative repoussée par Schoo Ians, Van Aubel plaçait au fond pour inscrire le troisième but de son équipe. Intelligement, les Anversois laissaient ensuite venir pour ensuite rapidement partir vers l’avant. Le Pingouin ne trouvait pas la solution et le résultat était un deuxième quart relativement stérile. Les Nivellois s’offraient un pc juste avant la pause mais la phase était mal bloquée. Sans être ridicules, le Pingouin venait de subir la loi d’un Dragons très efficace en zone de conclusion. Nous avions écrit la même phrase dimanche passé pour le Racing.

Le troisième quart accouchait du scénario inverse avec un Dragons qui prenait le jeu à son compte et des Nivellois qui se retranchaient dans leur moitié. Si la tactique n’était pas des plus efficaces offensivement, elle n’offrait au moins que peu de solutions pour les Anversois. Mis à part un pc de part et d’autre qui n’offrait aucun but, Schoo Ians s’interposant magnifiquement du stick, il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent lors de ce troisième acte.

Les dix-sept dernières minutes recommençaient avec le même air, le Dragons tournant autour de la défense adverse. Schoo Ians devait s’interposer à douze minutes du terme sur une reprise de Thys, Les assauts anversois se poursuivaient et cela chauffait dans la zone d’intervention du gardien nivellois. A force de pousser, les Anversois offraient des espaces derrière et Max Bertrand en profitait pour sauver l’honneur à la 62e (1-3). Sur la remise en jeu, Rombouts sortait sur blessure. En fin de rencontre, les Nivellois, visiblement usés physiquement ne pouvaient rien contre les offensives adverses. En moins de deux minutes, Thys puis Verheijen salaient l’addition à 1-5. Peut-être pas mérité pour le Pingouin mais le Dragons aura une nouvelle fois parfaitement joué le coup. La force tranquille.

Pingouin : Schoo Ians, Legrain, S. Bernard, Ojeda, M.Bertrand, Blockmans, V.Bertrand. O. Bertrand, Beckers, Onana, Fernandes Villela, puis T.Beirnaert, Raes, Germain, Louis et Q.Lemaire.

Dragons : L.Van Doren, A. Van Doren, Hendrickx, Celis, Poncelet, Wegnez, Denayer, Rombouts, Van Aubel, Raes, Thys puis Rubens, Van Bockrijck, Luyten, Stockbroekx et Verheijen.

Les arbitres : MM.N.Benhaiem et N.Stenier

Cartes vertes : 16e Hendrickx, 47e Ojeda, 54’ M.Bertrand

Les buts : 3e Thys (0-1), 9e Stockbroekx (0-2), 18e Van Aubel (0-3), 62e M.Bertrand (1-3), 68e Thys (1-4), 69e Verheijen (1-5)


Le Bee crée la surprise à la Gantoise : 2-3

Désormais en lutte serrée avec le Racing pour la quatrième place, la Gantoise recevait ce vendredi le Beerschot, actuellement à une neuvième place peu confortable. Pour ce match important, les deux équipes pouvaient compter chacune sur le retour d’un de leur joueur clé : Salis côté gantois et Doherty pour le Beerschot. Après moins d’une minute, les locaux se créaient déjà un premier pc. L’envoi de Kina à plat était néanmoins bien repoussé par le gardien. La suite du premier quart était étonnamment calme en termes d’occasions. Les quelques entrées dans le cercle des deux équipes n’aboutissaient d’ailleurs jamais à un shot dangereux. A une minute du premier break, le Bee trouvait son premier pc, là aussi sans succès, l’envoi Doherty, assez semblable à celui de Kina, terminait également sa course sur le gardien.

Dès la reprise, la Gantoise était tout proche de prendre les devants. Les locaux se créaient un nouveau pc mais le sleep de Kina terminait cette fois sa course sur le montant. Quelques instants plus tard, c’était au tour d’Esquelin de s’illustrer par un joli shot revers, à nouveau sans succès. La réponse du Bee ne tardait pas. Après avoir effacé trois joueurs, Dockier était arrêté à la dernière minute dans le cercle. Le premier but tombait finalement quelques secondes plus tard sur pc pour les visiteurs. Si le premier sleep était repoussé, Stanley Verhoeven suivait le rebond pour inscrire le 0-1. La Gantoise se créait ensuite deux pc mais le gardien puis le dernier défenseur du bee étaient à la parade.

Le troisième quart reprenait avec une nouvelle action dangereuse pour le Bee cette fois signée H. Peeters bien sortie par le gardien. Après une nouvelle occasion de Perez, le Bee se faisait ensuite plus discret devant la cage de Santiago. A l’inverse de la Gantoise qui, malgré quelques erreurs techniques multipliaient les grosses occasions, essentiellement sur pc. Après trois tentatives en l’espace de dix minutes, Kina transformait enfin un penalty à une minute de la dernière pause.

L’égalisation rassurait les locaux qui parvenaient même à prendre les devants, quelques instants plus tard. A la 54e Esquelin ponctuait une action rapidement menée par les Gantois. Une avance qui n’allait durer que cinq minutes, le temps pour Mortelmans d’égaliser sur la première entrée du bee lors de ce dernier quart. La pression montait en fin de match, la Gantoise étant encore dangereuse sur pc mais Verhoeven était impérial. Alors que l’on se dirigeait vers un nul, le bee profitait d’un contre pour reprendre les devants, à nouveau ponctué par Mortelmans, esseulé au deuxième poteau. Pascal Kina sortait son gardien pour les deux dernières minutes mais sans succès.

Gantoise : Santiago, Lockwood, M. Deplus, Vila, Dubois, Oleastro, Saladino, Brown, Kina, Esquelin, Salis puis Agulleiro, Diaz, Tynevez, Peeters, Lesaffre et T. Deplus.

Beerschot : H. Verhoeven ; Goudsmet, De Sloover, Bull, M. Peeters ; S. Verhoeven, H. Peeters, Delmoitié ; Dockier, Perez, Mortelmans, Puis Nelen, Duvekot,

Arbitres : S. Michielsen. et A. Zimmer

Cartes vertes : 14e Saladino, 24e Dubois, 60e Dockier

Carte jaune : 49e Dubois

Les buts :25e S. Verhoeven sur rebond pc (0-1), 51e Kina sur pc (1-1), 54e Esquelin (2-1), 59e Mortelmans (2-2), 68e Mortelmans (2-3)


Fin de match très tendue pour un Watducks réduit à huit : Braxgata – Watducks 2-2

Les deux coaches disposaient d'un effectif très complet. Du côté du Watducks, Masso fêtait son retour alors qu'au Brax, Phil Goldberg pouvait compter sur tous ses joueurs sauf Clément.

Le Brax, expert de la première minute, mettait la balle en jeu. Cette fois, le Brax n'a pas marqué d'entrée de jeu. Van Besien était le premier à percer sur le flanc droit. Brouwer était le premier à tenter un tip in. Le Watducks posait son jeu doucement, mais perdait trop de duels pour créer le danger. A la 7e minute, Louis Capelle espérait un pc. Le Wadu n'avait toujours provoqué la moindre occasion. Tout comme le Brax. Le jeu vvertical des Brabançons ne fonctionnait pas encore. David Van Rysselberghe touchait sa première balle à la 14e sur une déviation peu dangereuse de Van Oost qui ponctuait une action collective. Sur le contre, le Wat avait besoin de Dohmen pour éloigner une phase confuse dans son cercle. Le Brax aurait légitimement pu avoir un pc pour une poussée de Penelle sur Brouwer à la 15e minute. Le Wat s'en sortait bien. Pangrazio ratait la plus belle occasion à 33 secondes de la fin. S'il touchait le centre, le but était vide et à quelques mètres de lui. Ce premier quart était assez fermé.

Pangrazio et Gougnard amenaient des phases intéressantes en début de deuxième quart. Pourtant, le premier but tombait du stick de Briels qui prenait le temps de se retourner pour armer un tir qui se faufilait dans les quelques centimètres entre Vanasch et son poteau. Le Wat se réveillait et forçait le premier pc de la rencontre. Hannes donnait un coup de stick sur le stick de Max Capelle. Re pc. Le sleep de Charlet était détourné par Van Rysselberghe. Dohmen était à la réception. Le Wadu recevait un pc fantôme. Charlet était touché par le premier sorteur Sander Baart. Sur le 4e, la combinaison Charlet-Boccard était détournée. Van Oost, dans les 25, provoquait le 5e pc en moins de 10 minutes. Le Watducks montait en puissance très nettement et combinait de mieux en mieux. Après quelques minutes plus difficiles, le Brax revenait dans le cercle de V anasch via Biekens qui obtenait son premier pc. Le sleep de Luypaert était stoppé fautivement. Re pc annulé. Le Brax était volé d'un 2e pc. Cette mi-temps s'achevait avec cet avantage du Brax alors que le Watducks a haussé son niveau de jeu lors du deuxième quart.

En deuxième mi-temps, Max Capelle écartait vers Pangrazio qui centrait pour Capelle qui était à quelques centimètres d'égaliser. Un joli solo d'Inglis débouchait sur un contre de grande classe. Gougnard, malin, provoquait le 6e pc à la 45e minute. Le sleep puissant de Charlet faisait trembler les filets. Gougnard mettait Bart au tapis. Pas de carte. Boccard prenait une carte verte à la 50e minute pour rouspétance. Le Watducks conttrôlait le jeu sans inquiéter Van Rysselberghe. Boccard-Dohmen offraient une occasion de tir à Masso qui était contré. Sur une faute vite jouée par Dohmen, la balle arrivait chez Pangrazio qui attendait que Van Rysselberghe se couche pour pousser la balle. Le Brax obligeait le Wat à reculer. Briels offrait le 2e pc au Brax à la 59e minute. Luypaert avait tout le temps de sleeper (2-2). Xavier De Greve prenait à son tour une carte jaune ce qui obligeait un de ses joueurs à sortir. Capelle était la victime. Le Watducks jouait à 9. Van Strydonck, à son tour, prenait une jaune. Il s'asseyait sur la table faute de place. Le Brax ne profitait pas de cet avantage numérique grâce à un arrêt de Vanasch. La fin de match partait dans tous les sens à l'image de la dernière minute durant laquelle Charlet envoyait son sleep dans le but avant que monsieur Boutte ne l'annule à juste titre. La balle n'était pas sortie du cercle. Les joueurs du Wat laissaient leur colère sortir avec vigueur.

Braxgata : Van Rysselberghe ; Cuypers, McAleese, Dubois, Luypaert ; Adriaensen, Van Biesen, Baart ; Brouwer, Briels, Inglis, Puis Biekens, Devis, Hannes, Robinet, Loots

Watducks : Vanasch : Penelle, Van Strydonck, Charlet, De Saedeleer ; Boccard, Dohmen, Gougnard ; Sidler, Pangrazio, M. Capelle ; Puis Van Lierde, L. Capelle, Masso, Cabuy, Van Oost

Les arbitres : MM. L. Dooms et G. Boutte

Cartes vertes : 50e Boccard, 60e Charlet

Cartes jaunes : 61e X. De Greve (entraîneur), 61e Van Strydonck, 69e Robinet

Les buts : 21e Briels (1-0), 45e Charlet sur pc (1-1), 55e Pangrazio (1-2), 59e Luypaert sur pc (2-2)