Hockey

Revivez les matches de hockey messieurs de ce dimanche: tous les résumés et les vidéos dans cet article.


Dominé en première mi-temps, le Dragons hausse son niveau et l'emporte 1-2

Le Braxgata recevait à Boom le Dragons pour un derby anversois. Le Dragons restaient sur trois matchs sans défaite. Le Brax avait, de son coté, pris un bon point en semaine au Racing.

Le Dragons était le premier à se montrer dangereux. Verheijen tentait une déviation mais la défense s'en sortait. Raes, sur une merveille de passe de Denayer, était idéalement placé pour ouvrir le score. Mais le Brax parvenait à se dégager. Le Braxgata obtenait le premier pc du match. Cette saison, qui dit pc au Brax dit Luypaert, et dit danger. Les deux tentatives de Pino sont sorties par la défense du Dragons.

Le Brax obtenait deux nouveaux pc en début de second quart temps, mais ça ne rentrait pas. Les joueurs de Jean Willems augmentaient le rythme et Denayer était proche d'ouvrir le score. Mais c'est bien le Brax qui allait ouvrir le score sur son cinquième pc. Luypaert envoyait un missile qui venait se loger dans la lucarne de Van Doren qui ne pouvait rien faire. Le Brax menait à la mi-temps sur sa force depuis le début de saison: son équipe pc, très performante. La premiere mi-temps a ete assez pauvre en occasions mais d'un bon niveau.

Le magicien Van Aubel se jouait de la défense côté droit et louchait juste au dessus du but. Dans la minute suivante, le Dragons obtenait son premier pc. Le sleep d'Hendrickx parfait dans la lucarne mais Van Rysselberghe, agile comme un félin, sortait la balle. Sur le long qui suivit, le Brax n'arriva pas à se dégager. Thys surgit pour placer hors de portée de Van Rysselberghe.

Le Dragons intensifiait la pression. Les bleus du Brax n'arrivaient plus à passer la ligne médiane. Sur un énième coup de pression, les joyeurs de Brasschaat obtenaient un nouveau pc. Hendrickx sleepait au centre et marquait. Van Rysselberghe semblait se trouer sur ce but.

Le dernier quart voyait Van Rysselberghe sortir un beau tir en revers. Les débats s'équilibraient. Le Brax poussait mais sans se montrer dangereux. Baart remontait bien la balle mais faisait le mauvais choix. Le Brax tentait le tout pour le tout en sortant son keep. Le Dragons conservait son avantage et gagnait à Boom.

Braxgata: Van Rysselberghe; Mc Aleese, Loots, Luypaert Van Cleynenbreugel; Baart, Adriaensen, Van Biesen; Brouwer, Briels, Devis; Puis Coppers, Robinet, Dubois, O. Biekens et T. Biekens.

Dragons: L. Van Doren; A. Van Doren, Celis, Hendrickx, Van Bockrijck; Denayer, Rombouts, Rubens; Thys, Verheijen, Van Aubel; Puis Dewaal, Stockbroekx, Raes, Luyten et Wegnez.

Les arbitres: T. Hennes et N. Marchant.

Les cartes vertes: 20ème Hendrickx, 47ème Luypaert, 68ème Baart.

Les buts: 33ème Luypaert sur pc (1-0), 42ème Thys (1-1), 49ème Hendrickx sur pc (1-2)



Le Racing s’incline face à un Watducks plus efficace en zone de conclusion: 2-5

En plus d’être l’affiche du weekend, la rencontre entre le Racing et le Watducks offrait les retrouvailles entre le club ucclois et Simon Gougnard, désormais à Waterloo. Les deux équipes, parmi les candidats au titre, allaient directement rentrer dans la rencontre et tout le premier quart allait être animé par des occasions de part et d’autre. Charlier trouvait la première occasion après seulement quinze secondes, le Watducks un pc après quatre minutes. Charlet transformait en but en plaçant un sleep puissant à mi-hauteur à gauche de Gucassoff (0-1). La balle filait d’un cercle à l’autre et le jeu proposé par les deux équipes était spectaculaire et offensif. Juste avant la fin du premier quart, de Saedeleer lançait Pangrazio seul face au gardien. L’ancien joueur de Louvain remportait son duel en poussant la balle juste en-dessous de Gucassoff (0-2). L’efficacité waterlootoise était impressionnante.

Alors que le Watducks avait remporté le premier quart, le Racing reprenait les choses en main lors du 2e acte et pour le même prix, les Ucclois auraient pu mener à la pause. Peu après avoir entamé le 2e quart, Truyens trouvait le pc. L’envoi de Boon à ras de sol était repoussé mais Garcia se jetait pour reprendre la balle et pousser au fond sous Vanasch (1-2). A la 22e, Charlier débordait puis soulevait en direction du but, la balle passait juste à côté et personne n’était là pour reprendre et égaliser. Willems réalisait exactement la même action en fin de mi-temps. Son envoi frôlait aussi le poteau et terminait sa course en touche. Deux autres pc et une carte jaune sévère pour Gougnard étaient à signaler lors de cette première période très séduisante.

Boon poursuivait sur la lancée du Racing et trouvait le pc à la 38e. Le donneur mettait trop de temps pour engager la balle et Mr Dooms sifflait dégager. Truyens faisait la faute nécessaire sur le contre et prenait une jaune. Le Watducks forçait le pc dans la foulée. Boccard sleepait sur Max Capelle, sa déviation passait à côté. Willems s’offrait un beau solo et le pc tombait pour le Racing. La réaction du Watducks était immédiate et Gucassoff devait brillamment s’interposer trois fois de suite. Il ne pouvait rien faire sur le tir de Pangrazio à la 49e. Les Ucclois se précipitaient vers l’arbitre pour réclamer une faute mais le but était validé (1-3). Les Waterlootois faisaient même 1-4 au terme d’un superbe mouvement collectif conclu par Louis Capelle.

Le Watducks était galvanisé par ce 4e but et Van Lierde tirait juste au-dessus dès l’entame du dernier acte. Gucassoff repoussait le sleep de Charlet à la 55e. Les actions du Watducks étaient tranchantes et rapides et le gardien ucclois devait à nouveau repousser une tentative de Van Lierde. Reckinger décidait de sortir Gucassoff à douze minutes du terme. Boon faisait le 2-4 à dix minutes du terme d’un sleep puissant. Gougnard redonnait trois buts d’avance à la 63e en plaçant au fond du but vide (2-5). Le smash revers de Willems passait juste à côté alors qu’il ne restait plus que quatre minutes à jouer. Il retentait la même une minute plus tard mais sa tentative connaissait le même sort. Gucassoff remontait sur le terrain à la 68e. Le sleep de Vanwetter en toute fin de match passait à côté.

Le Racing s’inclinait face à un adversaire qui aura été très bien regroupé en défense et plus efficace en zone de conclusion.

Racing : Gucassoff, Harte, Van Rysselberghe, Lambeau, Vanwetter, Truyens, Versluys, Boon, Willems, Garcia, Charlier puis Lootens, A.Meurmans, de Chaffoy, Vermylen et Berton.

Watducks : Vanasch, Charlet, Van Strydonck, Boccard, Dohmen, Van Oost, Gougnard, M.Capelle, Pangrazio, Masso, Van Lierde puis de Saedeleer, Van Marcke, Sidler, L.Capelle et Penelle.

Les arbitres : MM. A.Zimmer et L.Dooms

Cartes vertes : 21’ Penelle, 24’ Charlier, 34’ Garcia

Carte jaune : 34’ Gougnard, 39’ Truyens, 57’ De Saedeleer

Les buts : 4’ Charlet sur pc (0-1), 17’ Pangrazio (0-2), 19’ Garcia sur rebond de pc (1-2), 49’ Pangrazio (1-3), 51’ L.Capelle (1-4), 60’ Boon sur pc (2-4), 63’ Gougnard (2-5)



Tout en contrôle, le Léo prend les 3 points

Le Daring commençait la rencontre en half, laissant l’initiative aux visiteurs. Un long flic de J. Verdussen arrivait chez Zimmer, placé ligne de fond dans le cercle local, il s’offrait un premier tir mais son shot partait dans les nuages. Il fallait attendre la 6e minute pour voir la première réelle pénétration du Daring dans le cercle du Léo, le solo de Jenness n’aboutissait pourtant pas.

A la 8e Dykmans s’infiltrait bien dans la défense des Ucclois, il dribblait un puis deux défenseurs puis après quelques coups de stick dans un sens comme dans l’autre, l'arbitre sifflait en faveur du Léo. De l’autre coté, le Léo avec un une deux de Zimmer-Cuvelier descendait dans le cercle local par la gauche pour se procurer un première occasion franche. Masset se couchait pour sortir la balle.

Le Daring montait en puissance de ce premier quart temps. Ses supporters commençaient d’ailleurs à donner de la voie pour les porter vers la victoire. Défensivement les hommes de John Bessel étaient bien en place. A la 14e, ils étaient récompensés puisque sur un contre rondement mené, les Molenbeekois, via un tir dévié de Jenness prenaient les devants (1-0).

Une minute avant le quart quart, Thiery se défaisait de son défenseur pour tirer au second poteau où A. Verdussen déviait mais Masset veillait au grain.

Les Léomen recommençaient le second quart temps avec un press très haut. Tactique payante puisqu’à la 21e ils obtenaient le premier pc de la rencontre. Le sleep de Russell allait dépoussiérer la lucarne (1-1). Le Daring, toujours en half, tentait de réagir mais Rasmussen ne parvenait pas à concrétiser une belle passe de Woods.

A la 27e, Thiéry doublait l’avance pour se couleurs. Lemaire récupérait une très mauvaise passe de la défense Molenbeekoise et en profitait pour isoler Thiéry en tête de cercle, celui-ci s’avançait pour crucifier Masset d’un flat surpuissant dans le petit filet opposé (1-2).

A. Verdussen s’offrait encore un petit solo depuis les 50 mais son tir partait loin au dessus. Il n’y avait plus grand chose à signaler, le Léo rentrait au vestiaire avec une avance méritée.

Le Léo recommençait la deuxième mi-temps tambour battant, A. Verdussen seul dans le cercle tirait en temps mais la balle heurtait la planche extérieur du but de Masset. Le Daring ne manquait pas de volonté pour tenter de recoller au score mais ses tentatives n’étaient pas assez précises que de pour inquiéter des Ucclois bien en place. A la 40e, Jenness, bien lancé par Cosyns parvenait tout de même à s’infiltrer et à envoyé une fusée en direction du but mais Henet sortait du gant.

A la 43e Brunet ponctuait la domination de son équipe en plaçant la balle hors de portée de Masset d’un flic du point de stroke (1-3). Quelques minutes plus tard le Daring tentait de réagir sur pc mais le sleep de Woods était arrêté par Henet. Les locaux manquaient deux fois de plus l’occasion de revenir au score dans les dernières secondes, puisque à deux reprises ils ne parvenaient pas à mettre leurs pc au fond.

Ce troisième quart était clairement à mettre à l’actif des hommes de Robin Geens qui dominaient la rencontre dans tous les secteurs du jeu.

La domination Uccloise continuait lors du dernier acte de la rencontre. A la 54e, Cuvelier ponctuait une magnifique action collective de son équipe. Zimmer recevait une belle passe aux 25, il gagnait son duel contre Borger, cédait la balle à Brunet, qui intelligemment la remettait sur Cuvelier au second poteau, il ne fallait plus que la pousser dedans (1-4).

Le Daring pénétrait timidement, et enfin, dans le cercle des visiteurs mais ne créait rien de dangereux.

A la 69e Sior scellait le score d’un beau shot revers (1-5).

Le Léo remportait ce match en ayant dominé la rencontre du (presque) début à la fin. Les Ucclois ont été chercher les trois points avec beaucoup de maturité et un jeu très collectif, à l’image de leur dernier but.

Léopold: Henet ; J. Verdussen, Eaton, Russell, Forgues ; Coisne, Thiery, Cuvelier ; A. Verdussen, Degroote, Zimmer ; puis Plennevaux, De Trez, Brunet, Lemaire, Sior.

Daring : Masset ; Liles, Uher, Steyrer, Borger ; Vander Gracht, Crane, Woods ; Van Linthoudt, Jenness, Dykmans ; puis Rasmussen, Schoonjans, Saussez et Cosyns.

Les arbitres : MM. Boutte G. et Pontus M.

Les buts : 13e Jenness (1-0), 22e Russell (1-1), 27e Thiéry (1-2), 43e Brunet (1-3), 54e Cuvelier (1-4), 68e Sior (1-5).



Le Beerschot oublie de marquer, Louvain respire

Les Louvanistes ont écarté les Anversois dans une rencontre qui s'est jouée essentiellement dans le dernier quart-temps.

Le Beerschot accueillait Louvain dans un match de bas de classement (onzième contre dixième). Un match à ne pas perdre que le Bee débutait avec de bonnes intentions en mettant dès le début de la rencontre Louvain sous pression. La première occasion de la partie était pour les visités après 10 minutes de jeu : sur pc, Doherty voyait son sleep être arrêté sur la ligne par le capitaine louvaniste Santana. Mais les Louvanistes avaient du répondant et s'offraient eux aussi un pc, cinq minutes plus tard, sauvé lui aussi par le dernier défenseur. En fin de premier quart-temps, après une mésentente dans la défense de Louvain, le Bee recevait un deuxième pc mais une fois encore le sleep de Doherty ne rentrait pas.

Lors du deuxième quart-temps, les débats s'équilibraient, chacune des deux équipes se montrant tout à tour dangereuse. Mais que ce soit sur pc pour Louvain ou sur phase de jeu avec Delmoitié pour le Beerschot, la finition faisait défaut. À la 32eme minute, Pilou Maraite, très actif sur son côté droit, avait l'occasion d'ouvrir le score. Mais son tir était dévié de justesse par le gardien anversois Harry Verhoeven. Dans les derniers instants de la première mi-temps, Louvain poussait et recevait un troisième pc mais une fois encore Verhoeven se trouvait sur le chemin du but et sauvait son équipe.

La seconde période débutait sur un festival de fautes techniques, la balle passant d'un camp à l'autre très rapidement suite à de nombreuses pertes de balle. La pression montait, les deux équipes attaquant tour à tour tout en donnant l'impression de ne vouloir surtout pas perdre la rencontre. Alors que les deux défenses tenaient bon, les spectateurs n'avaient rien à se mettre sous la dent. À la 50e, Doherty avait quand même une occasion sur pc mais voyait son sleep être arrêté par le gardien louvaniste Edgar Reynaud.

Dans le début du dernier quart, Nelen puis Verhoeven avaient chacun une grosse occasion d'ouvrir la marque pour le Bee. Mais, comme c'était le cas depuis le début de la partie, la finition posait toujours problème. Les Anversois poussaient et à la 56e minute, Perez avait la plus belle occasion depuis le début de rencontre mais sa reprise finissait sur le poteau du goal de Reynaud. Alors que l'on pensait le Bee prendre l'ascendant, c'est Louvain qui allait prendre l'avance à la 59e minute : après un beau dribble, Louis Willems se trouvait seul dans le cercle et crucifiait Verhoeven (0-1). Deux minutes plus tard, Van der Putten allait même doubler le score après un raid solitaire sur le côté gauche (0-2). À dix minutes de la fin, le coach du Bee John Golberg décidait alors d'enlever son gardien et de jouer avec 11 joueurs de champ. Une tactique qui permettait au Beerschot de réduire l'écart sur pc via Doherty (1-2). Les joueurs de John Goldberg allaient avoir la possibilité d'égaliser à deux reprises dans les cinq dernières minutes de jeu sur pc mais sans succès. La frustration était énorme du côté du Bee alors que Louvain empochait trois points remportés au caractère.

Beerschot: H. Verhoeven, De Sloover, Bull, M. Peeters, Bourg, S. Verhoeven, H. Peeters, Nelen, Rossi, Dockier, Perez puis Doherty, Paton, Delmoitié, Mortelmans, Duvekot.

Louvain: Reynaud, Romeu, Georgis, Renaer, Santana, Willems, Sánchez, Van der Putten, Ibarra, Maraite, Sarmento puis Logan, Macintyre, Pokorny, Richards, Depaepe.

Les arbitres : MM. N. Benhaiem et V. Loos.

Les buts : 59e Willems (0-1), 61e Van der Putten (0-2), 67e Doherty sur pc (1-2).


L’Herakles se fait peur au deuxième quart

Toujours à la recherche de ses premiers points de la saison, le Pingouin se déplaçait ce dimanche à l’Herakles. Le match commençait fort avec déjà un premier but nivellois, signé par Maxime Bertrand mais annulé directement pour un kick, contesté par le principal intéressé. Une première frustration probablement pour les visiteurs qui étaient ensuite complètement dépassés pendant le premier quart. Une situation dont profitait l’Herakles à la 12e minute lorsque Duncan déviait admirablement un shot et ouvrait ainsi le score.

Le début du deuxième quart n’était pas de meilleure qualité pour Nivelles qui encaissait à nouveau deux buts en l’espace de 120 secondes par Haig sur pc puis De Kerpel, qui transformait facilement un stroke. Le score semblait déjà scellé pour les Nivellois (alors que nous n’avions même pas atteint la 25e minute de jeu !). Mais le Pingouin réagissait ensuite admirablement et offrait un niveau de jeu bien meilleur. Beckers réduisait d’abord le score d’un joli shot revers. Une minute plus tard, Vandiest inscrivait le 3-2.

Le match était totalement relancé et les Nivellois étaient bien décidés à recoller au score. Les occasions dangereuses dans le cercle de Timmermans s’enchaînaient grâce notamment à un duo Nicolas Vandiest - Maxime Bertrand en forme. Pas assez néanmoins pour trouver la faille dans la défense locale. A la 50e, un nouveau but tombait mais de l’autre côté du terrain, grâce à De Kerpel, qui transformait un nouveau pc pour son équipe (4-2).

Le dernier quart était ensuite à nouveau plus calme, même si le Pingouin gaspillait encore l’une ou l’autre occasion de réduire le score. A quelques minutes de la fin du match, De Kerpel inscrivait son troisième but de la rencontre, à nouveau sur penalty.

Héraklès : Timmermans, Haig, Hens, Leclef, M.Donck, De Kerpel, Keusters, Smith, Van Stratum, Creffier, Duncan puis Devillé, Vazquez, Struyf, Legrand et Hottlet.

Pingouin: Schoo Ians; Dallons, Dubois, O. Bertrand, Beckers; M. Bertrand; Onana, Leclef, Vandiest, Ojeda; Lemaire Puis Fourcroy, Beirnaert, Louis, Blockmans, Germain.

Arbitres : T. Bigare et G. Uyttenhove

Cartes vertes : 46e Vandierst, 54e Keusters

Cartes jaunes : 68e Van Stratum

Les buts : 12e Duncan (1-0), 23e Haig sur pc (2-0), 24e De Kerpel sur stroke (3-0), 26e Beckers,(3-1), 27eVandiest (3-2), 50e De Kerpel sur pc (4-2), 64e De Kerpel sur pc (5-2).



Gantoise - Orée: 2-1

L’Orée se présentait sans de Paeuw, blessé à la main la semaine dernière contre le Racing, et sans De Cock. Les Gantois étaient quant à eux au complet. Les Flandriens prirent un excellent départ et dès la deuxième minute, après un arrêt de Flamand, ils obtinrent un stroke, Cole ayant sauvé fautivement le rebond sur la ligne. Agulleiro ne se fit pas faute d’en profiter (1-0). Dans la foulée, les Gantois obtinrent deux pc, qu’ils ne négocièrent pas bien. L’Orée réagit rapidement et se créa elle aussi un pc dès la 6e minute, le tir de Domene échouant à côté du but (comme les deux suivants d’ailleurs). Au total il y eut 7 pc oréens au cours de cette première période, mais seul celui de Bergner fit mouche à la 13e minute (1-1). Le rythme du match était soutenu et la balle voyageait agréablement d’un camp à l’autre : il est clair que ces deux équipes sont à leur place au classement ! Il n’y eut cependant pratiquement du danger que sur pc, mis à part à la 27e un bel effort de Branicki qui fut stoppé par une sortie de Santiago. La Gantoise fut tout près de reprendre l’avance à la 28e minute sur pc, mais le tir de Kina fut sauvé par Flamand au prix d’un spectaculaire saut de carpe. A la mi-temps le score était en équilibre.

Le troisième quart-temps fut un peu moins spectaculaire. A la 41e un excellent contre mené par Masson vers Callioni nécessita une nouvelle sortie de Santiago alors que dans l’autre camp, cinq minutes plus tard, Flamand sauvait un pc de Vila.

Dans le dernier quart-temps, la Gantoise se montra plus insistante mais un tir de Domene frôla à nouveau le montant. Sur la contre-attaque, il fallut un réflexe étourdissant de Flamand devant Tynevez pour empêcher la Gantoise de reprendre l’avance. Ce fut chose faite sur le 6e pc local, Salis lobant Flamand (2-1). Xavi Arnau fit sortir son gardien pour les 5 dernières minutes, sans autre résultat qu’un tir de Justin Dubois sur le montant sur une contre-attaque. La Gantoise prend désormais pied sur le podium !

Gantoise : Santiago, Vila, Brown, Deplus, Oleastro, Lockwood, Kina, Saladino, Salis, Tynevez, Agulleiro, puis Dubois, Diaz, Desimpel, Lesaffre et Peeters.

Orée : Flamand, Bergner, Cole, Solano, Ricci, Delavignette, Davila, Masson, Simar, Domene, Callioni, puis Branicki, Robbrecht, Bigaré, Walleyn Spits et Willocx.

Arbitres : MM. S. Duterme et X. Voet.

Cartes vertes : 28e Bergner, 41e Solano

Les buts : 2e Agulleiro sur stroke (1-0) ; 13e Bergner sur pc (1-1) : 61e Salis sur pc (2-1).