Hockey Voici tous les compte-rendus de cette dernière journée de championnat de Division Honneur avant la trêve hivernale.

Le Watducks l'emporte contre la Gantoise

Watducks: Vanasch; Penelle, Charlet, Van Strydonck, Van Oost; Boccard, Gougnard, Van Marcke; Pangrazio, Van Lierde, M. Capelle; Puis L. Capelle, Dumont, Masso, Ghislain et Sidler.

Gantoise: Santiago; Lockwood, Deplus, Vila, Brown; Kina, Oleastro, Agulleiro; Tynevez, Saladino, Diaz; Puis Lesaffre, Dubois, Peeters, Esquelin et Deplus.

Les arbitres: MM. N. Benhaiem et N. Marchant.

Les cartes vertes: 29ème Kina, 40ème Gougnard, 52ème Dubois.

Les cartes jaunes: 61ème Kina, 68ème Oleastro.

Les buts: 17ème sur pc, Boccard (1-0), 42ème sur stroke Saladino (1-1), 45ème Peeters (1-2), 52eme Charlet sur pc (2-2) 54ème Pangrazio (3-2).

Le calendrier offrait une alléchante opposition entre le Watducks et La Gantoise à la Drève d'Argenteuil, respectivement premier et cinquième du classement de l'Audi hockey league; soit deux équipes qui lutteront certainement jusqu'en fin de phase "classique" pour une place en play-off.

Le match débutait sur un bon rythme, mais sans occasions franches de chaque côté. La première occasion venait d'un pc pour les locaux à la 4ème . Le sleep de Charlet était bien stoppé par Santiago. Les visiteurs répondaient également sur pc à la 8ème . Le pc était donné à la gauche du gardien. La phase gantoise passait à côté. Les deux équipes défendaient très bien sans laisser beaucoup de possibilités. Les Gantois se montraient dangereux sur un nouveau pc mais le tir en revers de Dubois était sorti par Vanasch. Les locaux, dont le jeu s'installait de mieux en mieux, ouvraient le score sur pc sur une phase limpide à la 17ème: le pc était donné sur Charlet qui passait à Boccard, esseulé. Son sleep puissant trompait la vigilance de Santiago.

Saladino donnait le tournis aux défenseurs locaux et centrait fort vers le goal. La défense locale, vigilante, se dégageait. Les deux équipes, bien en place, les occasions venaient d'efforts personnels. A la 23ème, Gougnard chippait la balle à Saladino et perforait plein axe avant de servir Boccard qui tirait sur Santiago. Les joueurs de Coche De Grève jouaient collectivement et essayaient de contourner la défense gantoise. Van Lierde servait Pangrazio qui centrait, mais personne ne pouvait reprendre le centre qui passait devant le but. Antoine Kina écopait d'une carte verte. Le Watducks monopolisait la balle durant les 2 minutes sans parvenir à créer du danger devant le but de Santiago. Capelle recevait une belle passe et roulait son défenseur dans la farine d'une superbe roulette. Son tir passait à côté.

Les Gantois revenaient avec de bonnes intentions et recollaient au score sur stroke pour une poussée sur un attaquant Gantois dans le cercle, via Saladino à la 42ème. Trois minutes plus tard, ils prenaient même les commandes du match via un superbe tir en revers de Peeters. Mené, le Watdu se devait de réagir. Mais les Gantois jouaient intelligemment le contre et Agulleiro, après un beau déboulé, tirait sur un de ses équipiers. Le Watducks intensifiait la pression et Boccard centrait pour Dumont qui tirait sur le gardien. Charlet égalisait en toute fin de troisième quart sur un sleep ultra puissant dans le plafond du but.

Les locaux débutaient le dernier quart tambour battant. Après un bel effort côté gauche, Dumont servait idéalement Pangrazio qui ne se faisait pas prier pour pousser la balle dans le goal. Le Watdu reprenait l'avantage au score. Les Gantois obtenaient un pc à la 57ème. Charlet sortait trop vite et pouvait rejoindre le reste de ses équipiers au milieu du terrain. Mais les Gantois jouaient très mal le pc et les locaux pouvaient se dégager. Le Watdu posait son jeu. Les Gantois sortaient le gardien et Vila enfilait la chasuble. Les visiteurs obtenaient un pc. Mais il ne donnait rien. Van Lierde loupait l'occasion de tuer le match. Le match se tendait. Le score n'évoluait plus. Le Watducks terminait la premiere partie de saison à la premiere place et recevra le titre honorifique de champion d'automne.


Le Dragons étrille le Beerschot

Beerschot : H.Verhoeven, Bull, De Sloover, Bourg, M.Peeters, Rossi, Paton, Nelen, Perez, Dockier, S.Verhoeven puis Doherty, Delmoitié, H.Peeters et Mortelmans.

Dragons : L.Van Doren, Celis, A.Van Doren, Hendrickx, Van Bockrijck, Rombouts, Denayer, Rubens, Van Aubel, Raes, Thys puis Poncelet, Luyten, Wegnez, Verheijen et Stockbroekx.

Les arbitres : MM. L. Dooms et S.Duterme.

Cartes vertes : /

Cartes jaunes : 46e L.Van Doren, 51e De Sloover.

Les buts : 1’ Thys (0-1), 6’ Rossi (1-1), 17’ Hendrickx sur pc (1-2), 25’ Stockbroekx (1-3), 39’ Raes (1-4), 47’ Doherty sur pc (2-4), 51e Denayer sur stroke (2-5), 52e Thys (2-6), 63e Rubens (2-7).

A domicile pour son dernier match, le Beerschot avait fort à faire face à un Dragons en possession de ses moyens depuis plusieurs semaines. Les Anversois confirmaient très rapidement leur statut de favori en plantant le premier but juste avant deux minutes de jeu. Thys tirait en revers d’un angle fermé. La balle partait droit sur Harry Verhoeven qui se loupait en déviant dans son propre but. Rombouts était ensuite à deux doigts de doubler la mise mais il poussait à côté. La réaction du Beerschot était immédiate et les locaux prenaient le jeu en main. Dockier profitait d’un contre pour trouver la faute près du cercle. Rossi jouait directement et frappait au fond sous Loic Van Doren. La suite était équilibrée mais Hendrickx faisait 1-2 sur pc alors que la première pause avait été sifflée.

Le Dragons remontait sur le terrain avec la ferme intention de dominer son adversaire. Pendant la majorité du 2e acte, les Brasschaatois menaient les débats. Stockbroekx, bien positionné au point de stroke, déviait une passe puissante pour tromper Verhoeven. Le but était logique au vu de la domination des troupes de Jean Willems. Le Beerschot tentait de riposter mais ne parvenait pas à garder la balle assez longtemps pour réellement inquiéter Loic Van Doren.

Le 3e quart était très animé et le Dragons jouait très rapidement vers l’avant. Trop rapidement pour le Beerschot qui subissait les assauts de son adversaire. Raes inscrivait le 1-4 sur déviation. Quelques minutes plus tard, le Beerschot allait marquer son 2e but de la partie suite à un fait de match plutôt rare. Loic Van Doren dégageait la balle du sabot devant Dockier mais il le faisait tout juste en dehors du cercle. Mr. Dooms sifflait alors pc et sortait une jaune au gardien, comme le stipule la règle. Doherty sleepait dans le but vide (2-4). Même sans leur gardien, remplacé par un joueur de champ, le Dragons poursuivait ses mouvements vers l’avant. De Sloover commettait une faute volontaire sur Verheijen. Le stroke était logique et transformé par Denayer à la 51e (2-5). Thys enfonçait le clou une minute plus tard. Il déviait en un temps au fond une belle passe de Wegnez (2-6). Cela allait trop vite pour le Beerschot qui était dépassé par la rapidité des champions en titre.

Le dernier quart était dominé par le Dragons qui ne cessait de se porter vers l’avant. Le Bee était dans les cordes et ne pouvait que rarement sortir de sa moitié de terrain. Les seuls contres étaient alors systématiquement très bien stoppés par Celis. Mis à part un tir revers de Rossi, les locaux n’existaient quasiment pas et Rubens inscrivait le 2-7 d’une nouvelle déviation, la 4e victorieuse du match. Thys ne cessait d’alerter Verhoeven par ses tirs revers mais le gardien du Beerschot ne voulait pas en prendre un huitième.

Le Dragons était tout simplement bien plus fort que son adversaire, totalement dépassé par la vitesse des champions en titre.


Le Daring se rassure avant la trêve

Face à de valeureux Nivellois, le Daring a remporté le match de la peur (3-1).

Daring. Masset, Uher, Saussez, Liles, Steyrer, Borger, Schoonjans, Van Linthoudt, Hermans, Jenness, Dykmans puis Makhotin, Vander Gracht, G. Cosyns, Rasmussen, Crane.

Pingouin. Schoo Ians, Dallons, Beckers, Legrain, O. Bertrand, M. Bertrand, Bernard, Vandiest, Onana, Ojeda, Lemaire puis Louis, Raes, V. Bertrand, Germain, Beirnaert.

Les arbitres : MM. G. Uyttenhove et T. Hennes.

Les buts : 6e Vandiest (0-1), 40e Jenness (1-1), 51e G. Cosyns (2-1), 58e Rasmussen (3-1).

Cartes vertes : 30e Raes, 35e Liles, 51e Jenness Carte jaune : 69e Liles.

Ce dimanche après-midi à Molenbeek, le Daring accueillait le Pingouin dans un match à ne pas perdre en vue du maintien. Dès l'entame, les Daringmen prenaient la partie à leurs comptes. Bien en place, les hommes de John Bessell allaient cependant être les premiers à encaisser un but : sur un centre venant de la droite, Nicolas Vandiest reprenait joliment en un temps et ouvrait le score (6e, 0-1). Le Dar continuait de pousser et d'imposer le rythme alors que le Pingouin défendait bas et tentait de faire mal sur contre-attaques.

Lors du deuxième quart-temps, le Daring continuait avec la même envie. À la 20e, Geoffroy Cosyns avait l'occasion de remettre les deux équipes à égalité mais son shot revers passait un rien à côté de la cage de Schoo Ians. Dominic Uher aussi pouvait égaliser sur pc mais l'Autrichien ne se montrait pas efficace. En toute fin de première période, sur un contre rondement mené, Charles Masset sauvait les meubles en déviant une frappe à bout portant de Maxime Bertrand. Le Daring avait la possession de la balle mais était derrière au score.

Au retour des vestiaires, le match reprenait sur les mêmes bases : une équipe nivelloise défensive et une équipe molenbeekoise jouant haut. À la 40e, le Daring était enfin récompensé de ses efforts quand Jenness déviait au fond une balle venue rapidement du centre du terrain (1-1). Ce but redonnait espoir aux Molenbeekois qui produisaient cependant beaucoup de déchets techniques. À force de pousser, le Dar allait finalement passer devant au score, méritoirement : suite à un centre de la droite d'Uher, Cosyns se jouait de la défense nivelloise pour placer son équipe aux avants-postes (51e, 2-1).

Dans le dernier quart-temps, le Daring reculait alors que le Pingouin se montrait logiquement plus offensif. Les Nivellois avaient alors plusieurs occasions de recoller au score mais autant Beckers que Dallons ou encore Vandiest ne trouvait pas le cadre. À la 58e, c'était au tour de Raes d'avoir une grosse occasion mais son revers passait de peu à côté du goal de Masset. Sur le contre, Rasmussen accélérait joliment sur son côté droit et allait en bout de course tromper Schoo Ians (58e, 3-1). Malgré ce coup de massue, le Pingouin continuait à pousser et à évoluer offensivement mais sans réussir à réduire la marque. Cette victoire permet au Daring de souffler en bas de classement alors que la situation semble très compliquée pour le Pingouin.


L'Orée sauve un point sur le fil

Braxgata-Orée 2-2

Braxgata: Van Rysselberghe, Loots, Luypaert, Mc Aleese, Clement, Van Biesen, Baart, Adriaenssen, Brouwer, Inglis, Briels, puis Devis, Van Steerteghem, Biekens, Van Cleynenbreugel, Robinet.

Orée: Flamand, Bergner, Domene, Cole, Delavignette, Masson, de Paeuw, Ricci, Callioni, Simar, Solano, puisque Bigare, Branicki, Decock, Freyling et Robbrecht.

Arbitres: MM. M.Pontus & T. Bigare.

Carte verte: 38e Bergner

Les buts : 16e Masson (0-1), 28e Robinet (1-1), 37e Inglis (2-1), 69e Domene (2-2).

En pleine confiance après la série de trois victoires consécutives engrangées, le Braxgata abordait ce duel avec sérénité mais aussi de la prudence. Il fallait attendre la 9e minute pour assister à la première incursion des locaux via Inglis qui croisait légèrement trop son missile en revers.

Quelques instants plus tard, l'Orée subissait un coup dur avec la sortie sur blessure du précieux Callioni, touché aux adducteurs.
Au quart d'heure, Masson déflorait le marquoir en faisant parler son opportunisme. C'est sur pc que le Brax tentait de réagir mais sans succès, la faute à Flamand, impérial face à Luypaert.

Les Bruxellois étaient priés de s'affubler d'une chasuble pour attaquer le deuxième quart temps, leurs couleurs étant jugées trop cousines de celles des hommes de Goldberg. Ce détail stylistique n'empêchait pas les visiteurs de poursuivre leur entreprise de conquête du but de Van Rysselberghe, via Domene qui manquait la cible à la 22e.

Après avoir gâché un nouveau pc, le Brax finissait par trouver l'ouverture et égalisait sur un tip-in de Robinet à la 28e.
Au retour des vestiaires, les Anversois enchaînaient sur leur lancée et prenaient l'avantage des œuvres d'Inglis (37e). D'autant plus frustrant pour Flamand qu'il venait de brillamment intercepter un nouveau sleep de Luypaert sur pc.

Comme face à l'Herakles dimanche dernier, Arnau sortait son gardien dans les ultimes minutes, pour aligner 11 joueurs de champs. Et cette fois-ci, cela portait ses fruits via Domene qui égalisait en toute fin de match sur pc! Et mettait fin à cette fin de match palpitante.

Le Léopold assure difficilement sa place dans le top 4

Louvain : Reynaud ; Santana, McIntyre, Willems, Richards, Ibarra; Sanchez, Romeu, Van der Putten ; Pokorny, Sarmento puis Maraite, Logan, De Paepe, Weyers et Gougnard.

Léopold : Henet, J.Verdussen, Eaton, Russel, Plennevaux, Thiéry, Brunet, Zimmer, Degroote, Cuvelier, Lemaire puis Sior, Coisne, De Trez, de Kepper et Muschs.

Arbitres : M Dutrieux et R.Tinant

Cares Vertes : 23e Santana, 47e Brunet, 61e Degroote

Les buts : 10e De Kepper (0-1), 47e Romeu sur c (1-1) et 55e Russell sur pc (1-2).

Pour son dernier match du premier tour, Louvain recevait le Léopold, actuel quatrième au classement. La rencontre débutait sur un important pressing des Bruxellois qui, durant les premières minutes, récupéraient ainsi plusieurs balles exploitables. Tom Degroote était le premier à tenter sa chance contre ses anciennes couleurs mais l’attaquant ratait complètement son shot. Quelques minutes plus tard, Zimmer était déjà proche d’ouvrir le score mais son shot croisé terminait sa course sur le poteau de Reynaud. La domination des visiteurs était nette et le premier but tombait finalement à la 11e. Sur une puissante passe de Dorian Thiery, le jeune De Kepper déviait la balle admirablement.

Le deuxième quart était ensuite un peu plus équilibré, Louvain semblant enfin être entré dans son match. L’équipe locale était d’ailleurs dangereuse à plusieurs reprises, notamment en se créant deux pc qu’elle ne parvenait toutefois pas à convertir. En face, c’était au tour de De Groote et Cuvelier d’être dangereux mais l’envoi du Bruxellois manquait de puissance.

Lors du retour des vestiaires, Louvain poussait encore davantage et se créait à nouveau une série de pc mais ces derniers étaient systématiquement mal joués ou parfaitement sortis par la défense et le gardien du Léo. A la 49e, sur leur sixième penalty, les Universitaires parvenaient enfin à en transformer un. La confiance changeait alors de camps et les Bruxellois semblait hésitants.

Un moment de flou auquel mettait néanmoins fin Russell dès la reprise du dernier quart temps. A la 55e, l’indispensable sleeper se chargeait de transformer le seul penalty des Ucclois. La pression montait en fin de match, Louvain étant bien décidé à arracher le nul. Les Universitaires sortaient d’ailleurs leur gardien à cinq minutes de la fin du match pour créer le surnombre mais sans succès. Avec ce succès difficile, le Léopold s’assure une place dans le top 4 pour la trêve hivernale.


L'Herakles et le Racing se quittent dos à dos après un match de propagande

Herakles : Timmermans, Haig, Hens, M. Donck, Leclef, Le Paige, Creffier, De Kerpel, Keusters, Smith, Sanz, puis Struyf, Van Stratum, Vázquez, Duncan et Hottlet.

Racing : Gucassoff, Lootens, Lambeau, Harte, Van Rysselberghe, Truyens, Au. Meurmans, Boon, Versluys, Charlier, García, puis Vanwetter, Cayphas, de Chaffoy et Berton.

Arbitres : MM. G. Boutte et S. Michielsen.

Cartes vertes : 50e Struyf, 54e Versluys, 68e Boon.

Les buts : 3e Boon sur pc (0-1); 4e Smith (1-1); 26e García (1-2); 29e Keusters (2-2); 37e Boon (2-3); 49e Smith sur pc (3-3).

Un très bon match de hockey, disputé sur un rythme soutenu, avec de belles phases de jeu, des retournements de situation et de beaux gestes techniques, et très bien arbitré de surcroît : que demande le peuple ? Sans doute une météo plus clémente, mais pour cela, il faudra qu'on décide de jouer au hockey en été...

Pas le moindre round d'observation dans ce match qui fut débridé dès le départ : Tom Boon marqua le premier pc du Racing mais quasi sur la remise en jeu, une passe de De Kerpel profita à Smith qui n'eut qu'à pousser la balle dans le but (1-1). Cela commençait fort !

Et cela continua avec un tir de Meurmans juste à côté, une bonne sortie de Timmermans devant Boon et un deuxième pc improductif du Racing, tout cela en moins de 10 minutes. Juste avant la fin du premier quart-temps, Charlier sollicita Timmermans qui s'en tira avec un arrêt du pied.

Le deuxième quart-temps fut un peu moins spectaculaire, mais avec tout de même deux buts en trois minutes : d'abord un long centre qui fut raté par tout le monde, sauf par García qui poussa la balle dans le but (1-2), mais trois minutes plus tard, Keusters profita d'un centre de De Kerpel pour pivoter et envoyer un tir croisé meurtrier (2-2). Le Racing faillit reprendre l'avance juste avant la mi-temps sur une passe géniale de Lambeau vers Meurmans, mais Timmermans éclaircit à nouveau la phase, tandis que sur la contre-attaque, l'Herakles obtenait un pc que Gucassoff sauvait.

A la reprise, les Rats reprirent pour la troisième fois l'avance avec un but un peu chanceux : un centre-tir de Boon heurta le montant, puis un stick hérakléen avant de rentrer dans le but (2-3). Le but était bel et bien valable. Le Racing rata de peu la mise à mort sur son 4e pc, un smash de Lambeau échouant cette fois à côté plutôt que dans le but comme la semaine dernière. Sur la contre-attaque, Meurmans s'interposa devant Smith qui allait marquer. Finalement ce fut le Néo-Zélandais qui se trouva à la conclusion d'un pc repoussé par Gucassoff. Les dernières minutes furent crispantes, la balle voyageant sans cesse d'un camp à un autre, mais plus aucun but ne fut marqué. Personne, à vrai dire, ne méritait de perdre.