Hockey Le conseil d’administration a revu sa politique et ses infrastructures pour entrer dans une nouvelle ère.

Nous étions dos au mur. Nous devions faire preuve de courage pour repartir vers un nouveau cycle sinon c’était la fin." Alexandre De Cesco, administrateur du Wellington en charge de l’infrastructure, ne se perd pas en circonlocutions au moment d’évoquer les derniers mois de son club. "Les gens qui constituent les fondations du club s’étaient tournés vers le conseil d’administration pour que le matricule renoue avec ses valeurs."

Reconnaissant des heures sportives difficiles la saison passée avec la cinquième place de l’équipe dames et le 0 sur 57 des messieurs, l’ancien président Jean-Christophe Brouwers, qui a intégré le conseil d’administration depuis le mois de juin, a retroussé ses manches pour dessiner un autre avenir pour un club qui véhiculait de plus en plus une image de perdant. Avec les autres membres du CA, il a redéfini les missions en s’appuyant sur trois axes : les infrastructures, l’école des jeunes et un fort ancrage belge.

"Nous traînons encore 2-3 casseroles financières du passé, mais nous sommes très attentifs au financement de nos projets. Chaque initiative doit s’autofinancer."

"Pas en Division d’Honneur avant 5 ans"

Cette décision n’est pas sans conséquence sur l’équipe première messieurs. "Nous ne marchons plus sur un terrain artificiel avec quelques joueurs étrangers qui coûtent cher et qui ne correspondent pas aux valeurs du club. Nous visons de revenir en Division d’Honneur dans 5 ans avec des joueurs belges formés au club. Nous prenons, en exemple, l’excellente campagne de l’Herakles qui a ouvert une voie."

Pour diriger la manœuvre, le Wellington a remis les clefs de son équipe à l’ancien joueur de l’Orée, Lionel Sempoux, qui dispose d’un contrat sur 3 ans. Il sera secondé par Patrice Houssein. Le successeur de Lisa Letchford a d’abord assisté au ballet des départs inévitables quand une équipe culbute en D1 : Tanguy Lacourt, Alexis Cayphas, Hubert De Vliegher et les étrangers Bull, Nuñez, Trenchs et Kotulski. "Aucun joueur de l’équipe première n’est rémunéré. Nous visons une équipe 100 % belge avec des jeunes de chez nous ou des joueurs qui étaient 16, 17 ou 18e dans les grands clubs", confirme Jean-Christophe Brouwers.