Hockey

Tous les compte-rendus des matches messieurs de ce dimanche.


Louvain offre le maintien au Daring

Daring – Louvain 3-2

Dès la deuxième minute, Dykmans tirait sans viser le cadre. Sur la phase suivante, le Daring obtenait un premier pc mal bloqué qui amenait un deuxième. Le sleep de Cosyns faisait mouche (1-0). Des deux côtés, la communication positive était maximale malgré beaucoup de déchets. A la 10e minute, Richards croisait trop son tir. Louvain revenait à la marque sur un stroke qui ponctuait un horrible cafouillage des attaquants de Louvain devant Masset. Romeu convertissait le stroke. Le premier quart était marqué par la première carte verte (Van Linthoudt). Louvain n'en profitait pas.

Le deuxième quart temps reprenait par une erreur d'arbitrage. Un kick louvaniste offrait un pc pour… Louvain. Justice a été rendue car la balle était mal bloquée. Le match s'emballait des deux côtés. Le Daring provoquait un 3e pc qui ne donnait rien. Louvain répliquait sans inquiéter Masset.

Les Molenbeekois étaient plus entreprenants dans ce deuxième quart. A la 35e minute, un centre mou traversait inexplicablement toute la défense du Daring, mais Richards la déviait à quelques centimètres du poteau.

La deuxième mi-temps reprenait par ce tir en entrée de cercle de Jenness qui transperçait le keeper (2-1). Louvain répondait par ce tir croisé et raté de Maraite. « Toss easy », hurlait John Bessell. En un flick et une passe, Jenness était dans le cercle à la 40e minute, mais son tir manquait le cadre. Une passe de Crane permettait à Rasmussen d'armer une frappe qui filait trop haut. Crane loupait un goal tout fait. Louvain réagissait à la 49e minute en provoquait un deuxième pc. Les supporters de Louvain chantaient en choeur. Masset la sortait du stick. Le troisième quart temps s'achevait calmement.

Avec un but d'avance pour le Daring, le 4e quart s'annonçait explosif. Louvain n'avait plus le choix. Marquer deux buts au minimum ou dire adieu à la DH. Sébastien Michielsen demandait après une minute du dernier quart à John Bessell pourquoi le Daring ne jouait qu'à 10. Hermans montait discrètement. Quelle erreur ! Cela ne les empêchait pas de provoquer un pc converti par Tanguy Cosyns (3-1). Vandenbroucke évitait le 4-1 sur un tir de Dykmans. Sur un centre-tir de Santana, Maraite la déviait victorieusement (3-2). Borger concédait un pc à la 63e minute. Le sleep de Romeu était dévié. Bigaré indiquait une balle pour le Daring, mais monsieur Michielsen rectifiait la décision. Masset provoquait un nouveau pc. Masset et toute la défense du Daring écartait le danger. A 3 minutes de la fin, Vandenbroucke laissait sa place pour créer le surnombre dans le champ. Sur une phase construite, Maraite croisait trop sa frappe à une minute de la fin. Louvain allait chercher un pc à une poignée de secondes du terme. Vander Gracht sortait impeccablement. A 3 secondes de la fin, Louvain provoquait un ultime pc. Re pc. Masset la sauve. Re re pc. Le Daring enterrait les espoirs de DH de Louvain.

Daring : Masset ; Uher, Woods, Borger, Saussez ; Vander Gracht, Cosyns, Liles ; Jenness, Dykmans ; Puis Steyrer, Hermans, Crane, Rasmussen, Schoonjans

Louvain : Vandenbroucke ; Romeu, Santana, L. Willems, Weyers ; Sanchez, Ibarra, Van der Putten ; Sarmento, Richards, Maraite, Puis Georgis, De Paepe, Gougnard, MacIntyre, Van Hecké

Les arbitres : MM. S. Michielsen et T. Bigaré

Carte verte : 15e Van Linthoudt

Les buts : 3e Cosyns sur pc (1-0), 12e Romeu sur stroke (1-1), 38e Jenness (2-1), 54e Cosyns sur pc (3-1), 61e Maraite (3-2)


Le Brax au bout du suspense

La rencontre commençait sur un bon tempo. Le Brax était le premier à entrer dans le cercle adverse. Un contact musclé entre Briels et Eaton obligeait le premier à sortir la bouche en sang, malgré son protège dent. A la 5e le Léo s’offrait à son tour sa première pénétration dans le cercle, Russell obtenait immédiatement un pc pour ses couleurs. Clément sortait bien mais la balle heurtait sa jambière. Le nouveau pc n’était pas cadré.

A la 10e, Robinet pouvait allumer mais Henet sortait le tir, sur le rebond il devait concéder un pc. Thiery sortait parfaitement devant Luypaert. A peine quelques instants plus tard le gardien des visiteurs s’illustrait. Il permettait de garder le 0 puisque, couché par terre à même la ligne, il déviait du gant un tip-in de Brouwer. Entre-temps, Briels, avec une moitié de dent en moins était remonté au jeu.

Quelques secondes seulement après la reprise, Degroote se faufilait dans le cercle et armait sa frappe, son tir était dévié in extremis par le stick d’un défenseur. Ce n’était que partie remise puisqu’après un bon travail de A. Verdussen, Zimmer recevait la balle dans le cercle et tirait instantanément dans le petit filet latéral opposé (0-1). Le Brax réagissait immédiatement puisqu’il obtenait un pc dans la foulée de la remise en jeu. Le sleep de Luypaert était fautivement dévié, nouveau pc. Son tir à plat et central n’inquiétait pas Henet.

Le Léo combinait de mieux en mieux au fil des minutes. Zimmer recevait la balle en tête de cercle après un bel enchaînement depuis la ligne arrière, il avait tout le temps d’ajuster son tir mais son revers partait dans le nuages. A la 24e, Russell débordait sur la droite et s’infiltrait dans le cercle pour aller provoquer un nouveau pc. Van Rysselberghe, qui n’avait finalement pas encore beaucoup touché la balle de l’après-midi, sortait facilement le sleep de Degroote. Les hommes de Robin Geens maintenaient la pression. Cela payait puisqu’une minute plus tard, Brunet, après avoir descendu sur la ligne de fond, il inscrivait le second but de ses couleurs d’un flic passé dans un trou de souris (0-2).

Une fois de plus les locaux tenaient de réagir immédiatement en se portant vers l’avant. Mais c’est le Léo qui profitait des espaces laissés en partant en contre et s’octroyait un nouveau pc. Le sleep de Russell n’était une nouvelle fois pas cadré.

A la 31e, Clément allait provoquer un stroke parce que fautivement poussé dans le dos par le défenseur du Léo. Les Ucclois manifestaient leur mécontentement de cette décision estimant qu’il y avait eu un kick Anversois avant la faute. Luypaert faisait claquer la planche (1-2). La partie était relancée juste avant la mi-temps.

Baart offrait un nouveau pc au Brax à la 37e. Son sleep surpuissant mais central était sorti du gant par Henet. Brouwer tirait au goal quelques instants plus tard mais il n’inquiétait pas plus le gardien des Rouges et blancs. Idem 1 minute plus tard mais cette fois pas cadré. Le Brax montrait plus d’envie que son adversaire en ce début de seconde mi-temps. Le Léo était moins fluide dans ses mouvements. Adriaensens récompensait les efforts des siens en obtenant un pc à la 44e. Luypaert crucifiait Henet d’une fusée dans le plafond du but (2-2). Les visiteurs étaient un peu décontenancés par le retour au score du Brax qui essayait de profiter du momentum mais ne concrétisait pas.

Le dernier quart reprenait sur un haut tempo, chaque équipe voulait tirer son épingle du jeu. Les décisions arbitrales étaient de plus en plus contestées…la tension était présente. Ce qui prenait un peu le dessus sur le niveau de la partie. Les controles et les passes étaient moins plus brouillons.

A la 59e, Zimmer recevait un centre de Brunet mais ne concrétisait pas. on reprend les même un instant plus tard, Zimmer poussait cette fois la balle au fond. Le Brax s’exclamait, à juste titre, le centre de l’argentin semblait effectivement avoir été fait en back-stick. Le goal était annulé. A la 63e Degroote recevait la balle tout à fait seule dans le cercle, il parvenait à tirer mais la balle allait heurter le poteau de la cage de Van Rysselberghe.

A deux minutes du terme Brouwer plongeait pour dévier un centre qui atterrissait sur un pied Ucclois. Le pc était mal bloqué mais Luypaert obtenait une nouvelle chance. Il ne se faisait pas prier, et envoyait la balle pour la 3e fois de l’après midi au fond (3-2). Le Léo réagissait mais ne parvenait pas à la mettre au fond grâce à un bel arrêt de Van Rysselberghe.

Braxgata : Van Rysselberghe ; Mc Aleese, Loots, Luypaert, Clément ; Baart, Adriaensen, Cuypers ; Brouwer, Briels, Inglis ; Puis Devis, Hannes, Robinet, Biekens, Van Biesen.

Léopold : Henet, J. Verdussen, Eaton, Russell, Forgues ; Brunet, Thiéry, Cuvelier ; Zimmer, A. Verdussen, Degroote ; Coisne, Plennevaux, De Kepper, Muschs, De Trez.

Les arbitres : MM. S. Duterme et R. Tinant

Cartes vertes : 28e Inglis, 31e Degroote

Les buts : 18e Zimmer (0-1), 26e Brunet (0-2), 32e Luypaert sur stroke (1-2), Luypaert sur pc (2-2), 68e Luypaert sur pc (3-2).



Le Racing remporte les 3 points

Sous un beau soleil, le Racing recevait l'Orée et devait essayer de récolter les trois points après les résultats mitigés des dernières semaines. De son côté, l'Oree ne comptait pas venir en victime consentante.

L'Orée entrait bien dans le match, et avait la possession dans les 25 locaux. Petit à petit, le Racing entrait dans le match. Ils obtenaient la première situation chaude, qui se terminait en but. De Chaffoy recevait la balle dans le cercle et slapait au dessus de Flamand, sorti à sa rencontre. On jouait la 5ème minute, et le Racing ouvrait une nouvelle fois le score en début de match. Les locaux obtenaient un pc, qui était mal stoppé. Dans la foulée, ce sont les visiteurs qui forcaient un pc. Bergner plaçait de peu à côté. Branicki, d'un tir en revers à la retourne, alertait Gucassoff, qui détournait. Charlier tentait une déviation en entrée de cercle, mais la défense, vigilante, sortait la balle. La dernière opportunité du premier quart revenait à Boon sur une belle ouverture que Charlier déviait légèrement. Le tir de Sna Boon filait dans le filet latéral.

Dès la reprise, Boon alertait Garcia d'une passe tranchante. Celui-ci tirait en revers, mais trouvait le gant de Flamand. Les visiteurs repliquaient sur pc, mais la double tentative de Domene et Bergner était stoppée par Gucassoff. A la 23ème, De Chaffoy se retrouvait face à Flamand qui sortait gagnant du face à face. Charlier, qui avait bien suivi, pensait doubler l'avance des siens, mais trouvait le poteau extérieur. Sur une belle séquence des bleus, Solano pouvait rentrer dans le cercle mais au lieu de jouer vers le centre, il envoyait la balle directement sur Gucassoff. A la 30ème, Charlier récupérait une balle et se trouvait en contre attaque avec Truyens face à Delavignette. Charlier jouait parfaitement le coup en isolant son partenaire qui envoyait un obus en revers vers Flamand. Le mur oréen stoppait la tentative, c'était trop central. Les visiteurs réagissaient avec Callioni qui partait en chevauchée, s'appuyait une première fois sur sur Branicki avant de passer à Domene qui ne parvenait pas à passer en retrait. Le score à la mi-temps était d'un but à zéro en faveur des locaux.

Les rats voulaient se mettre à l'abris pour éviter le retour de son adversaire comme lors du match contre Louvain. L'attaque locale alertait une nouvelle fois Flamand, qui par ses arrêts, permettait à son équipe de rester dans le match. Le match offrait peu d'occasions franches. Simar essayait bien d'égailler le jeu. Il sortait un de ses gris-gris mais ne concluait pas. Le Racing doublait alors la mise par Tommy Willems sur une subtile déviation. Flamand était battu et ne pouvait rien. C'en était tout pour le troisième quart.

Les locaux combinaient bien mais ne parvenaient pas à se créer des occasions franches. L'Oree obtenait un pc à la 54ème. Bergner plaçait un sleep à ras de terre qui prenait la bonne direction mais Mimi Gucassoff, d'un superbe réflexe, stoppait du stick la tentative. Sur la suite de la possession oréenne, Facu Callioni ne cadrait pas une bonne passe en retrait de Freyling. Le Racing reprenait sa domination et poussait l'orée à la faute. Le sleep de Boon était puissant mais n'inquiétait pas Flamand qui stoppait la tentative du Red Lion. Il restait un demi quart-temps. Les oréens revenaient dans le match par Walleyn Spits qui venait de remonter sur le terrain. Il restait 6 minutes. Sur la phase suivante, les visiteurs obtenaient un pc. Les pc se succédaient malgré la succession des arrêts de Gucassoff. Sur sa troisième tentative, Domene sleepait hors cadre. Les Oréens poussaient tant et plus. Domene donnait le tourni aux défenseurs locaux qui tenaient le coup. Le Racing conservait son avantage et remportait le match.

Racing: Gucassoff, VanWetter, Lootens, Van Rysselberghe, Harte; Boon, Meurmans, Garcia; Willems, Charlier, Versluys; puis Lambeau, Truyens, Cayphas, Weyers et De Chaffoy.

Oree: Flamand; Cole, Bergner, Solano, Delavignette; de Paeuw, Masson, Bigare; Simar, Callioni, Domene; puis Ricci, Freyling, Branicki, Davila et Walleyn Spits.

Les arbitres: MM. V. Loos et M. Pontus.

Les cartes vertes: 17e Callioni, 22e Bergner, 29e Meurmans

La cartes jaune: 32e Meurmans (2ème verte)

Les goals: 5e De Chaffoy (1-0) 51e Willems (2-0), 64e Walleyn Spits (2-1)


Malmené, le Watducks finit par émerger (2-4)

A Kontich, le Beerschot accueillait le Waterloo Ducks dans l’espoir de faire perdre des points au leader. Dès l’entame de la rencontre, les locaux se montraient dangereux via Sébastien Dockier et Stanley Verhoeven mais les deux essais étaient stoppés par Vincent Vanasch. Le premier pc était aussi anversois mais le gardien des Red Lions était encore au bon endroit. La domination était mauve et le Bee allait ouvrir le score mais les arbitres annulaient le goal pour un back stick waterlootois.

Les hommes de Goldberg continuaient à mettre la pression sur leurs adversaires et Perez était tout proche d’inscrire le premier goal valable de la partie en début de second quart-temps mais sa déviation était arrêtée par Vanasch. La première véritable occasion des leaders tombait à la 24e sur pc via Charlet mais le sleep du Français était arrêté par Verhoeven. Sur le contre, le Beerschot était récompensé de son bon début de match : sur une passe de Perez, Delmoitié crucifiait Vanasch (1-0, 24e). L’égalisation tombait cependant trois minutes plus tard, John-John Dohmen scorait sur stroke (1-1, 27e).

Le match s’emballait et le Bee avait l’occasion de repasser devant peu de temps après mais le tir à bout portant de Paton trouvait le poteau. Juste avant la mi-temps, c’est pourtant le Watducks qui passait devant : sur pc, Charlet ne laissait aucune chance au gardien adverse (1-2, 34e).

La deuxième mi-temps reprenait bien pour le Beerschot qui allait directement égaliser via De Sloover après une belle percée de Verhoeven (2-2, 38e). Les deux équipes s’observaient ensuite mais ne parvenaient à se montrer dangereux. Jusqu’à la 49e minute quand Simon Gougnard pouvait inscrire le troisième but des siens mais son tir passait de très peu à côté. Deux minutes plus tard, Dockier pouvait lui aussi inscrire un but mais son revers effleurait le poteau adverse.

Dans le dernier quart, le Watducks allait se montrer efficace et passer devant grâce à Charlet sur pc (2-3, 56e). Mais le Bee n’abdiquait pas et allait encore se procurer quelques occasions dont celle de Mortelmans à cinq minutes du terme. A deux minutes du coup de sifflet, les Anversois recevait un pc mais De Sloover voyait Vanasch s’interposer brillamment. Les Waterlootois allaient finalement tuer la rencontre à la dernier minute sur pc grâce à Charlet (2-4, 70e) et repartaient finalement de Kontich avec trois points importants dans la lutte pour la première place.

Beerschot. H. Verhoeven, De Sloover, Bull, Goudsmet, M. Peeters, S. Verhoeven, Delmoitié, Rossi, Dockier, Perez, Mortelmans puis Doherty, Paton, Nelen, Derks, Duvekot.

Waterloo Ducks. Vanasch, Boccard, Charlet, De Saedeleer, Penelle, Van Oost, Dohmen, Gougnard, Sidler, Ghislain, Pangrazio puis Dumont, Cabuy, L. Capelle, M. Capelle, Masso.

Les arbitres : MM. M. Dutrieux et N. Benhaiem

Cartes vertes : 29e Boccard, 42e De Saedeleer, 48e Dumont.

Les buts : 24e Delmoitié (1-0), 27e Dohmen sur stroke (1-1), 34e Charlet sur pc (1-2), 38e De Sloover (2-2), 56e Charlet sur pc (2-3), 70e Charlet sur pc (2-4).



Le Dragons s’impose de justesse à Lierre (2-3)

Malgré le temps printanier (quelque 18° de plus que la semaine dernière) et la proximité de l’EHL, le public n’était pas particulièrement nombreux le long du chemin de fer lierrois pour voir ce duel entre deux de nos équipes européennes.

Pourtant, le match démarra sans round d’observation avec déjà un pc pour le Dragons avant deux minutes de jeu, tiré par Hendrickx et sorti par Timmermans. Mais l’Herakles ne s’en laissa pas conter et réagit efficacement. A leur tour, les Lierrois forcèrent un pc, tiré par De Kerpel et sauvé par Van Doren, puis un autre par Marco Donck. Juste avant le coup de sifflet du premier quart-temps, Keusters tenta à son tour sa chance mais Van Doren s’interposa à nouveau.

Il y avait du but dans l’air dans le cercle brasschaatois et ce ne fut pas une surprise de voir à la reprise Legrand ouvrir la marque sur une phase confuse initiée par une montée de Leclef. Quelques instants plus tard on frisa le 2-0 sur une reprise de Van Stratum.

Le Dragons se décida à accélérer et sur un centre de van Aubel, Leclef faillit surprendre son propre gardien, qui s’en tira brillamment. Mais deux minutes plus tard, sur une ouverture de Thys pour Raes, il dut s’avouer vaincu (1-1). Le dernier fait saillant de la première mi-temps fut un 3e pc lierrois, cette fois tenté par Haig mais encore et toujours dévié par Van Doren.

A la mi-temps, le Dragons était plutôt bien payé mais il allait rapidement prendre les rênes du match. Un solo de Victor Wegnez (sur une faute non sifflée d’ailleurs) permit à Jeffrey Thys de donner une première fois l’avance aux Brasschaatois. L’instant d’après, Rubens sollicita Timmermans alors que dans l’autre camp, Smith était contré au dernier moment. La sortie de Denayer, touché aux ischiojambiers, n’augurait rien de bon pour un Dragons déjà privé de son récupérateur Rombouts. Et de fait, sur une longue passe de Keusters, Sanz égalisa (2-2).

Le Dragons frôla la correctionnelle six minutes plus tard lorsque Keusters, encore lui, sortit la balle de sa défense et l’envoya en un temps vers Legrand démarqué. Hélas pour lui et son équipe, l’attaquant local loupa cette véritable balle de match. Mal lui en prit car deux minutes plus tard, sur le deuxième pc du Dragons, Van Doren bloqua mal la balle, put continuer son effort et tirer. Timmermans sauva son envoi, mais Thys avait bien suivi (2-3).

En fin de match, le Dragons gela autant que possible le jeu et s’en tira avec les trois points, malgré un dernier pc hérakléen sauvé, une fois encore, par van Aubel sur la ligne. Une victoire dans la douleur, mais il faudra jouer autrement pour avoir une chance contre Bloemendaal.

Herakles : Timmermans, M. Donck, Haig, Vazquez, Leclef, Creffier, De Kerpel, V. Donck, Sanz, Keusters, Smith, puis Duncan, Legrand, Hottlet, Hens et Van Stratum.

Dragons : L. Van Doren, Celis, A. Van Doren, Hendrickx, Poncelet, Rubens, Denayer, Wegnez, van Aubel, Thys, Stockbroekx, puis Verheijen, Van Bockrijck, Raes et Luyten.

Arbitres : MM. G. Uyttenhove et X. Voet.

Carte verte : 68e Raes.

Les buts : 19e Legrand (1-0) ; 28e Raes (1-1) ; 38e Thys (1-2) ; 41e Sanz (2-2) ; 49e Thys sur pc (2-3).


Victoire de justesse de la Gantoise

Gantoise-Pingouin 1-0

La Gantoise, pas en grande forme depuis la reprise accueillait le Pingouin, lanterne rouge. Voilà de quoi pouvoir se relancer pour l’équipe qui est encore candidate au Top 4. Les Nivellois ne venaient absolument pas en victimes consentantes et le prouvaient dès le début de la rencontre. Le premier pc des visiteurs tombait après une minute de jeu. La phase ne donnait rien et la réponse gantoise était rapide. A la 5e, Agulleiro profitait du rebond après un long débordement pour déflorer le score. Trois minutes plus tard, les locaux s’offraient en pc. Sans le convertir. Le reste du premier quart était équilibré et il fallait encore noter le sleep de Kina qui trouvait le poteau juste à la fin du premier acte.

Le deuxième quart était plus animé et les deux équipes connaissaient un temps fort. Après cinq minutes de bataille dans l’entrejeu, le Pingouin amenait le danger via Beckers à la 25e. Son tir revers était repoussé par Santiago. Beckers était aussi à la passe sur la déviation de Blockmans, qui ne trompait pas la vigilance du gardien local. C’était ensuite au tour de la Gantoise d’être dangereux mais le score ne bougeait pas avant la pause.

Le troisième acte résumait bien la première période. Un affrontement très équilibré entre deux équipes au profil différent. Le Pingouin montrait énormément d’envie face à un adversaire qui semblait supérieur mais qui ne parvenait pas à déjouer les plans de la défense adverse. Les Nivellois proposaient une prestation très aboutie malgré un noyau plus faible sur papier. La seule réelle occasion de but venait d’ailleurs du stick d’Onana. Mais le jeune attaquant perdait son duel face à Santiago.

Le Pingouin devait tout donner pour égaliser et les hommes de Zoulou Brûlé avaient la possession mais ne trouvaient pas la faille. La Gantoise, bien repliée, ne concédait rien et s’offraient même un pc à dix minutes du terme. Salis marquait mais le but était annulé, la balle n’étant pas sortie du cercle selon l’arbitre. Les deux suivants n’étaient non plus convertis, Max Bertrand sauvant sur la ligne. Mais sur la remise en jeu, les troupes de Pascal Kina en provoquaient un de plus. Schoo Ians repoussait deux fois de suite. Onana envoyait deux fois de suite dans le cercle alors qu’il ne restait que cinq minutes à jouer. Ses centres ne trouvaient pas de déviations.. Sur le contre, Legrain faisait la faute nécessaire à hauteur de la moitié de terrain. L’arbitre sortait la jaune, la deuxième du Nivellois qui voyait rouge et était expulsé. Brûlé sortait son gardien. Les cartes tombaient en fin de match. Beckers prenait une jaune à la 67e. Le score ne changeait plus et la Gantoise s’imposait de justesse. Les locaux auront assuré l’essentiel mais sans convaincre face à un Pingouin très combatif mais encore trop peu incisif.

Antoine Legrain n'a pas ecopé d'une véritable carte rouge mais d'une deuxième jaune. L'arbitre lui a montré la carte rouge pour lui signifier qu'il ne pouvait plus monter sur le terrain jusqu'à la fin de la rencontre.

Gantoise : Santiago, Vila, Lockwood, M.Deplus, Oleastro, J.Dubois, Kina, Salis, Saladino, Agulleiro, Esquelin puis Diaz, P. Desimpel, Lesaffre, Brown et Tynevez.

Pingouin : Schoo Ians, Ojeda, Legrain, S.Bernard, O.Bertrand, M.Bertrand, Beckers, Onana, Blockmans, Vandiest, Fernandes Villela puis Dallons, Leclef, Louf, Raes et V.Bertrand.

Les arbitres : MM.L.Doom et L.Van Lidth.

Cartes vertes : 15e Raes, 33e Legrain, 38e Kina

Cartes jaunes : 41e Legrain, 51e Kina, 66e Legrain, 67e Beckers.

Le but : 5e Agulleiro (1-0).