Hockey

La déception voire plus était palpable ce matin à l’hôtel des Indoor Red Lions. « Comment avons-nous pu laisser échapper cette demi-finale ? » Les joueurs avaient pourtant tout prévu et la confiance était de mise.

Alex de Chaffoy ruminait : « Mais oui, bien sûr, on prévoit tout comme à chaque match. Sportivement, c’est déjà décevant. Mais ici, on se trouve devant une équipe qui est à notre portée. Toutes les images avaient été préparées et on a pris les décisions qui s’imposaient. »

La question de la présence de Tom Boon et Cédric Charlier dans le noyau de Berlin énerve passablement le T1. « Ils ont toujours été intégrés dans cette équipe. Ils ont fait la préparation avec nous. J’ai fait une sélection et je viens avec les meilleurs. Il y a eu bien sûr leur stage en Nouvelle-Zélande. Ils ont ainsi bénéficié d’une superbe préparation et le jet lag a été digéré. »

A savoir si Boon, Boccard et Charlier devaient rester en Belgique au lieu d’aller en Nouvelle-Zélande, de Chaffoy opine : « Ah, cela m’aurait fait plaisir. Mais la fédé a fait beaucoup d’efforts. On a pu s’entraîner et si on a atteint le niveau où on est, c’est grâce au temps de préparation dont nous avons disposé. Il y a deux ans, on ne parlait pas de nous à ce niveau. On a dit ici : il y a une équipe en plus à prendre au sérieux.»

Un début trop dur

(...)