Hockey Les Lierrois ont battu le Polo aux shoot-out et seront la seule équipe belge en Final Four.

Dernier des Mohicans belges, l'Herakles constituait notre ultime chance de Final Four contre un Polo Barcelone nettement moins fort que la saison dernière.

Dès la 4e minute les Lierrois forcèrent un pc bien tiré par De Kerpel mais tout aussi bien arrêté par Fernández.

Moments délicats ensuite dans l'autre camp suite à la carte jaune de Duncan, rapidement suivie d'une deuxième pour Victor Donck : suite à une mauvaise relance de Marco Donck, David Alegre put tirer au but, mais Timmermans eut un réflexe époustouflant. A la 14e ce fut au tour de Max Plennevaux, le transfuge du Léo, de tenter sa chance sur un bel effort de Cabot, mais là aussi Timmy se montra à la hauteur.

Moins d'animation pendant le 2e quart-temps mais à nouveau un grand save de Timmermans à la 25e minute sur une nouvelle montée de Cabot. Et quelques secondes plus tard, le Polo obtint son premier pc, mais Leclef fit montre de ses qualités de premier sorteur occasionnel. En réplique, sur une des rares entrées de cercle des Lierrois pendant cette période, Smith envoya un obus que Fernández dévia en corner.

Bref, au repos, l'Herakles tenait toujours la distance, mais le devait surtout à son gardien de but.

A la reprise, les Catalans obtinrent immédiatement un deuxième pc, converti par Llorens après une feinte. Cette fois la défense de l'Herakles avait laissé tout le champ au spécialiste espagnol (1-0).

Les Lierrois tentèrent alors de faire le jeu, mais se heurtèrent à un mur. Il fallut encore un grand arrêt de Timmermans pour empêcher Plennevaux de mettre le Polo hors d'atteinte. Jusqu'à la 40e minute, lorsque De Kerpel réclama et obtint un pc pour un back-stick de Casasayas. Le tir de De Kerpel échoua sur un pied espagnol, mais M. Göntgen laissa un bon avantage et Keusters avait bien suivi et égalisa (1-1).

Tout redevenait possible pour les Lierrois qui se demandaient s'il valait mieux attendre les shoot-out, sur lesquels ils s'étaient beaucoup entraînés ces derniers temps, ou tenter de forcer la décision. Ils semblaient plus frais en cette fin de match, mais concédèrent encore un pc à ce diable de Casasayas. La balle échoua cette fois à côté.

Ce fut le dernier fait saillant d'une rencontre crispante. Pour la deuxième fois du tournoi, les shoot-out allaient déterminer le vainqueur d'un match.

Et cela démarrait bien pour l'Herakles qui marquait ses quatre premiers essais tandis que Max Plennevaux loupait pour le Polo. Il restait à Nico De Kerpel à marquer le sien et l'Herakles était dans le Final Four. Hélas, la balle de l'international belge échoua sur le montant. Retour du suspense, jusqu'à ce que Piera rate le 3e essai catalan à la mort subite. Nico De Kerpel revint à la charge et chacun sentit qu'il ne raterait pas deux fois. Quelques instants plus tard, les Lierrois devenaient le cinquième club belge, après Louvain, le Dragons, le Racing et le Daring, à jouer le Final Four de l'EHL. Encore bravo !


L'homme du match

Amaury Timmermans

Vendredi, il n'avait quasi rien eu à faire, à part voir entrer deux pc dans sa cage entre son défenseur et lui. Dimanche, Timmy a montré pourquoi il est aussi bien classé au challenge Dita : son premier arrêt, après 10 minutes, l'a mis en confiance et il a littéralement sauvé son équipe des eaux en première période. Et sa dernière sortie sur shoot-out a poussé l'adversaire à la faute.

Polo : Fernández, Llorens, Chaves, Bordas, D. Alegre, Casasayas, Piera, Ortiz, Turull, Plennevaux, Rey, puis Terradas, Cabot, de Abadal, M. Reyné,

Herakles : Timmermans, Haig, Hens, M. Donck, Leclef, V. Donck, De Kerpel, Creffier, Keusters, Smith, Sanz, puis Hottlet, Duncan, Van Stratum, Legrand, Vázquez.

Arbitres : MM. B. Göntgen (All) et P. van den Assum (Hol).

Cartes vertes : 10e Duncan, 12e V. Donck, 19e Turull, 40e Casasayas, 42e Bordas.

Les buts : 31e Lleonart sur pc (1-0); 40e Keusters sur pc (1-1).

Shoot-out : Sanz (0-1); Casasayas (1-1); Keusters (1-2); D. Alegre (2-2 via stroke de Plennevaux); M. Donck (2-3 via stroke Keusters); Plennevaux (2-3); Haig (2-4); Piera (3-4); De Kerpel (3-4); Rey (4-4); Sudden death : Rey (5-4); Sanz (5-5); D. Alegre (6-5); Keusters (6-6); Piera (6-6); De Kerpel (6-7)

Ce qu'il faut retenir de la 3e journée d'EHL


  1. Un match doit toujours être joué. Personne n'aurait parié un centime sur les Russes de Dinamo Kazan, battus à plates coutures par le Racing vendredi, et Rot Weiss Cologne, tenant du titre la saison dernière et écarté de justesse par Kampong, le champion 2016. Et pourtant, les Russes se sont imposés 8-10 à l'issue d'un match que les millionnaires colonais ont pris quelque peu par-dessus la jambe !
  2. La vidéo ne peut pas faire de miracles. A quelques millimètres près, le Racing aurait mené 2-0 après une minute trente mais l'appel à la vidéo (qui aurait pu être déclenché par l'arbitre lui-même s'il n'avait pas été sûr de son coup) a montré que la balle n'avait pas franchi la ligne. Bilan : plus d'appel à la vidéo, ce qui aurait pu coûter cher, notamment sur un pc fantaisiste.
  3. Les Hollandais risquent fort de placer trois de leurs équipes dans le Final Four. Kampong y est déjà. On serait très surpris que Bloemendaal ne batte pas St Germain ce lundi. Rotterdam aura sans doute la partie moins aisée contre Uhlenhorst Mülheim, après avoir déjà failli se faire sortir par Mannheim samedi.
  4. La Belgique aura pour la huitième fois un club en Final Four : 4 fois pour le Dragons, une fois pour Louvain, le Racing, le Daring et l'Herakles. Pour le club lierrois, cela signifie que la saison se prolongera de tout un mois, puisqu'il est acquis que sa saison se terminera bien avant le play-off belge.
  5. Le Racing, éliminé, a cependant réalisé un beau parcours en tenant tête au champion de Hollande. De quoi terminer le championnat au sprint ?