Hockey

On dit toujours que la saison de la confirmation est la plus dure. Jérôme Truyens et le Racing sont en train de prouver le contraire : en signant une saison qui n’a jusqu’à présent connu que très peu d’accrocs, les Rats pourraient bien réaliser, au terme de ce week-end, l’opération parfaite.

Alors que tout le monde parle du destin malheureux de Uccle Sport et du Léo, le Racing poursuit son petit bonhomme de chemin dans les hautes sphères du championnat. Certes, les Rats ne signent pas des prestations "cinq étoiles" chaque dimanche, mais ils confirment tout le bien que l’on a dit d’eux la saison dernière. "Tchouk" est plus nuancé : "Nous devons retrouver un équilibre que nous avons perdu avec le départ de nos deux Espagnols durant l’été. Notre recrutement a été très bon, mais surtout porté vers l’avant."

Effectivement, le Racing marque facilement, mais tout autant qu’il encaisse, affichant des "stats" défensives plus en phase avec les équipes de bas de classement. Le Woluwéen n’esquive pas la constatation et commente : "Souvent, nous avons mené et puis nous nous sommes montrés coupables d’une perte de concentration. C’était notre force l’année passée, et ça fait défaut aujourd’hui !" Et il faudrait que cette force refasse surface assez vite, car les Rats ont devant eux trois joutes qui seront déterminantes pour la course au carré final, même si l’intéressé dément qu’elles constituent le tournant du championnat : "Nous rencontrons le Bee ce soir. Les Ours ne sont pas 3e par hasard, mais nous y allons le couteau entre les dents. Prendre 3 points est primordial." Les ambitions sont plus mesurées pour la réception des Canards dimanche : "A priori, le Watducks est une équipe contre qui perdre des points n’est pas dramatique. Car d’autres concurrents en perdront aussi !" En parlant de ça, les Rats avaient reçu une leçon d’efficacité à Waterloo au match aller : "Franchement, cette défaite ne nous a pas marqués. Nous gardons plus en travers de la gorge notre défaite à la Gantoise ou les matches nuls concédés contre l’Orée et Uccle. Ça, ce sont des points qui peuvent peser lourd en fin de saison " Viendra ensuite Louvain, métamorphosé depuis l’arrivée de Mick Beunen; un pronostic difficile à faire, donc.

Et puis, impossible de ne pas aborder le sujet avec celui qui fait un peu office de gendre idéal du hockey : à l’heure où l’amour du maillot semble être une valeur en perdition pour beaucoup de jeunes hockeyeurs, très tôt charmés par les chants des sirènes (lisez : les clubs du Top 6), "Tchouk" fait office d’exception. Arrivé en équipe fanion en 2003, il a toujours porté la chemise zébrée, même quand le Racing évoluait dans les abysses du classement ou, pire encore, un échelon plus bas : "Mon ambition a toujours été de grandir avec mon club, et je considère que c’est plus gratifiant de faire ce parcours-là, plutôt que de rejoindre un grand club avant d’avoir fait ses armes", sans pour autant juger les adeptes des transferts.

Encore une confirmation : le capitaine des Rats, bientôt diplômé de Solvay, est un vrai gentleman.