L'abc du hockey sur gazon

V. Van Vyve. Publié le - Mis à jour le

Hockey

Le hockey sur gazon est un sport qui peut être comparé à plusieurs égards au football. D'abord, il se joue à 11 contre 11 : 10 joueurs de champ plus un gardien par équipe.

Le terrain de jeu n'est pas fait d'herbe mais d'astro, arrosé, et est pourvu d'un but par équipe. L'objectif étant de faire passer la balle au-delà de la ligne de goal.

Le terrain se mesure en yards : 100 yards de long et 50 yards de large (91.4m sur 55m). 3 lignes horizontales, marquant chaque distance de 25 yards, apparaissent comme repères sur le terrain. Toute balle qui franchit entièrement les lignes de font et de côté est rendue à l'adversaire à l'endroit de la sortie.

Vous verrez par ailleurs deux demi-cercles dont la "tête" est distante de 22 yards de la ligne de but. Ils permettent de déterminer la limite au-delà de laquelle un but peut être comptabilisé (lire par ailleurs).

Un point de stroke équivaut au point de pénalty sur un terrain de football.

L'équipement du parfait hockeyeur

Chaque joueur est muni d'un stick (ou d'une crosse, comme le disent les Français). Celui-ci est courbé à une extrémité et se compose d'une face plate et d'une face arrondie. La première peut rentrer en contact avec la balle (et non un palais comme au hockey sur glace), la seconde pas, sous peine de sanction. La balle en question mesure 7,2cm de diamètre et pèse 160 grammes.

Le gardien est bien plus protégé qu'un joueur de champ, à l'image de ce que l'on voit sur la glace : en plus d'un stick, casque, place-tronc, guêtres, sabots et gants font partie de son attirail, nécessaire à arrêter des frappes qui fusent parfois à une centaine de kilomètres par heure.

Quelques règles de base

Ne peut entrer en contact avec la balle uniquement la face plane du stick. Ainsi, sa face arrondie mais aussi toute partie du corps d'un joueur en sont défendues. Si tel est le cas, cette faute sera sanctionnée par les arbitres (il y en a deux, chacun étant responsable d'une moitié de terrain, partant d'un point de corner à celui opposé diagonalement).

La balle peut être poussée (le push), raclée (raclette) ou frappée (le shot). Ne soyez pas surpris si vous voyez, principalement lors des rencontres masculines, la balle traverser le terrain au-dessus des joueurs. Ce coup (flick) est permis, pour autant qu'il n'est pas jugé dangereux par le duo arbitral. Notez que, lorsqu'une faute est sifflée et que le jeu est arrêté, un joueur ne doit pas nécessairement passer la balle à un coéquipier. C'est ce que l'on appelle la "self-pass" (passe à soi-même).

Les arbitres ont pour rôle de siffler les fautes. Entre les deux lignes de 25 yards, un coup de sifflet donnera lieu à un simple coup-franc : la balle est alors remise en jeu à l'endroit de la faute.

Une faute provoquée à l'intérieur des 25 yards donnera généralement lieu à un pénalty corner (pc), tout comme une faute de pied à l'intérieur du cercle.

Le pc est une phase de jeu lors de laquelle un "donneur" passe la balle à un des six ou sept coéquipiers positionnés en dehors du cercle. Cela donne lieu à des combinaisons variées.

Une faute intentionnelle dans ce cercle peut donner lieu à un penalty stroke (équivalent du pénalty au football).

Quand y-a-il but ? Un but ne peut être comptabilisé que lorsque la balle, ayant dépassé totalement la ligne de but, a été touchée dans le cercle adverse par n'importe quel joueur.

Publicité clickBoxBanner