Hockey

N ot at all!» Claire, nette et précise, la réponse de Stephen Butler, l'un des deux Irlandais de choc du Dragons (avec Justin Sheriff), fuse lorsqu'on lui demande s'il ne craint pas que ce déplacement à Prague hypothèque les chances de son club en play-off. «La fatigue? On ne la craint pas, explique-t-il. Pour nous, ce déplacement, ce n'est que du bénéfice. C'est une bonne formule d'entraînement pour la suite et cela va nous permettre de rester dans le rythme de la compétition.»

C'est que l'on arrive en fin de saison et que, contre toute attente, l'animal écaillé a obtenu son visa pour les play-off in extremis dimanche dernier. Le parcours est donc loin d'être terminé pour lui. Il retrouvera le Waterloo Ducks en demi-finale.

Pourtant, du côté de Braaschaat, on sait se montrer fair- play, Pierre Collignon, le manager, le confirme. «Mes gars partent pour faire un cadeau au Watdu de l'année prochaine. (NldR: depuis cette année, en effet, c'est le vainqueur de la saison régulière qui décroche le ticket pour la Coupe des coupes.) C'est tout à fait faisable. On ne va pas là pour faire la fête, à part sur le terrain. On est hyper motivé et on part la fleur au fusil. Depuis notre qualification pour les play-off et ce fameux match contre le Beerschot (victoire 7-1), le moral du groupe est au top.» Même son de cloche chez Butler: «Nous allons en Tchéquie pour gagner, c'est clair. Et nous mettrons tout en oeuvre pour que la Belgique retrouve sa place parmi les meilleurs.»

Car on se souvient que c'est suite à la piètre prestation du White Star l'an dernier à Eindhoven (deux défaites en poule contre Poctowiec et Oranje Zwart, un partage face à Aberdeen, puis une défaite en match de barrage contre le Racing Club) que la Belgique était passée en Coupe des coupes B.

Une poule «accessible»

Reste que cette année, avec sa solide motivation, le Dragons paraît armé pour mener à bien sa mission. D'une part, parce qu'il s'en va à Prague avec son effectif au grand complet. Et d'autre part, parce que la poule dans laquelle il évoluera est d'un niveau «accessible» (Bologne, Hostivar et Slagelse). Bert Wentink, le coach habituel de l'équipe anversoise, n'est pas du voyage pour raison de santé et est remplacé pour l'occasion par Eric-Jan Pennock.

Le programme des matches est disponible sur Webhttp://www.eurohockey.org.

© Les Sports 2003