Hockey

Visiblement, la candidature de Marc Coudron n'est pas improvisée: il a fait le tour du propriétaire (il est vrai qu'il connaît bien la maison) et sait quels chevaux de bataille il enfourchera. Aperçu de ce qui attend le hockey en cas d'élection de Monsieur Propre.

1Les jeunes. «75 pour cent des moins de quinze ans rêvent de jouer un jour en équipe nationale. A cet âge, ce ne sont pas encore des bêtes physiques. Il convient de former... leurs formateurs. Trop souvent un jeune fait fausse route parce que son encadrement technique fait défaut. Le hockey, ce sont aussi des valeurs comme le respect et la famille, qu'il ne faut surtout pas perdre. Un point que je trouve essentiel est d'assurer un suivi scolaire aux jeunes en difficulté à l'école. Il faut que pendant un stage, on les rescolarise pendant une ou deux matinées: en échange de leurs sacrifices, les parents doivent savoir que leurs enfants seront en de bonnes mains: mens sana in corpore sano.

2La communication. «C'est bien connu, il existe un fossé entre la fédération et les clubs. Cela s'est un peu amélioré ces derniers temps, mais l'essentiel reste à faire. Il est vital d'améliorer notre communication, tant interne qu'externe.»

3L'arbitrage. «J'ai eu un entretien très fructueux avec le président du Comité d'arbitrage, Patrick Dekelver. Les arbitres belges témoignent d'une réelle volonté de s'améliorer, comme en témoigne la visite de MM. O'Connor et von Reth lors du dimanche avant la reprise, pour un séminaire d'arbitrage. Il existe maintenant une charte des arbitres, il en faudrait une aussi entre les arbitres et les dirigeants, les joueurs et même les spectateurs. On ne vit pas dans un monde aseptisé: tout le monde se trompe, les arbitres comme les joueurs. Il faut apprendre ça depuis les écureuils».

4La surpopulation. «Nous venons de dépasser la barre des 17000 affiliés: la dynamique des chiffres est positive. Traditionnellement, le hockey belge souffre de sa trop grande concentration sur l'axe Bruxelles-Anvers, où les clubs refusent souvent du monde. Il est clair qu'on ne peut pas construire partout autant de terrains qu'on le voudrait, mais d'autres solutions sont envisageables, comme le leasing des terrains synthétiques.»

5 L'équipe nationale. «A partir de 2008, le hockey belge doit être aux Jeux ad vitam, sans discussion. Ça ne doit plus se jouer à 14 secondes près».

© Les Sports 2005