Hockey

Repoussés au-delà du terme de la saison régulière, les trois derniers stades de la compétition se jouent cette année en quatre jours, en tout et pour tout.

Jeudi, les quarts de finale ont livré leur verdict et samedi, en fin d'après-midi, on connaîtra l'identité des finalistes du lendemain.

Opposés au Wellington en quarts, le Watducks est bien entendu motivé à l'idée d'un doublé que l'on qualifiera aisément d'historique, une semaine après le premier titre national du club waterlootois. Pourtant, le discours du staff évoque plus le «bonus» que l'obligation de s'imposer. Après l'euphorie du week-end dernier, les Canards n'ont éprouvé aucune difficulté face au Wellington, si ce n'est de rester attentifs à maintenir un rythme qui leur sied.

Au Léo, la prestation des finalistes n'a pas été des plus convaincantes. Vincent Van Gucht, le coach ucclois analysait cet état de fait: «Les joueurs sont assez fatigués par la répétition de matches depuis quinze jours». A propos de la préparation du duel de samedi, il exprimait la difficulté pour une équipe de se relancer après une finale d'une telle intensité: il n'y avait pas de plage horaire où programmer un entraînement cette semaine. Nous nous sommes donc concentrés sur la préparation mentale car je pense qu'une des clés du match pourrait être la volonté de gagner. En effet, je pense que le Watducks aura, lui aussi du mal à rebondir. Leur objectif de la saison est atteint et ils vont de toute manière en Coupe d'Europe... L'an dernier, nous avons connu cette situation en jouant contre le Dragons après avoir conquis le titre, c'était notre plus mauvais match de l'année...»

Plus tôt dans l'après-midi, le Beerschot et le Dragons se seront départagés et auront donc le loisir de soupeser la motivation de leur futur adversaire.

© Les Sports 2006