Hockey

Quatre mois se sont déjà écoulés depuis la finale du défunt championnat. Quatre mois, une éternité. Pourtant, certains joueurs internationaux n’ont pas lâché leur stick durant un été saturé par les demi-finales de World League et les championnats d’Europe. Les dirigeants de l’ARBH ont à peine remis la Coupe au Dragons qu’ils sont repartis sur plusieurs fronts tantôt sportifs, tantôt extra-sportifs.

Le président de la fédération se réjouit de la reprise du championnat. Marc Coudron a hâte de tirer un trait sur les mois d’été.

Marc Coudron, dans quel état d’esprit sortez-vous de cet été compliqué ?

Je dois reconnaître que le mois de juillet avait très mal commencé. Certes, je salue la qualification des Red Lions pour les Jeux olympiques, mais j’ai été longtemps miné par l’absence des Red Panthers à Rio. Elles ont été si proches des Jeux…

Il y eut aussi les affaires Namur et Orée…

Je comprends que les clubs aillent au bout de leur logique juridique. Nous étions plutôt embêtés par rapport au calendrier. Je le répète, chaque club a le droit de ne pas être d’accord avec une décision de la fédération.

Quel regard portez-vous sur les cinquièmes places des Panthers et des Lions à l’Euro ?

Les deux équipes ont failli à leur tâche de la même manière. Les Panthers et les Lions étaient respectivement plus forts que les Espagnoles et que les Irlandais. Nous n’avons pas réussi à nous transcender. A un moment, les joueurs doivent monter sur le terrain avec le couteau entre les dents.

Quelles sont les leçons de cet échec londonien ?

Nous avons entamé une phase de réflexion. Nous nous sommes rendu compte qu’il faut améliorer des éléments. On se donne 15 jours pour tout remettre à la bonne place. J’avais le sentiment qu’ils avaient moins de plaisir sur le terrain. Le hockey est un sport sérieux qu’on pratique sans se prendre au sérieux. Certains donnent l’impression de se rendre sur le terrain comme on se rend au boulot.

[...]

Découvrez l'intégralité de cet entretien dans la Sélection LaLibre.be, à partir de 4.83 euros par mois.