Hockey Thomas Briels quitte le Dragons après deux saisons très riches. Entretien.

Lundi midi, Thomas Briels profitait d’un moment en terrasse avant de s’envoler durant une semaine vers Ibiza avec sa petite amie. L’attaquant au format de poche commençait à réaliser que son chapitre ‘Dragons’ était bel et bien fini.

Dans quel état d’esprit êtes-vous 24 heures après avoir pris votre dernière douche à Brasschaat ?

J’ai le sentiment du devoir accompli. Nous sommes champions de Belgique pour la 3e année de suite et médaillé de bronze en EHL ce qui porte à 4 le nombre de médailles conquises par le club sur la scène européenne en 6 ans. Avant la saison, je ne m’attendais pas à tout ça.

Pourquoi ?

Notre noyau était étroit. Notre moyenne d’âge n’est que de 22 ans. Nous n’avons pas eu de renforts étrangers. L’an passé, quatre joueurs importants étaient partis. Notre marge de manœuvre n’était pas très large.

Malgré votre excellente saison sur la scène belge, une ombre noircit le tableau : la défaite en demi-finale en EHL contre Rot-Weiss Cologne…

Samedi, nous étions déçus. Nous n’avons pas joué à notre meilleur niveau. Nous espérions mieux de nous. Il ne faut pas diminuer le mérite des Allemands. Ils sortaient toutes les 5 minutes et le niveau de l’équipe ne s’en ressentait pas du tout. Chez nous, certains ont joué des matches de 70 minutes cette année.