Basket: le championnat de Belgique s’offre une apothéose rêvée

Benoît Peeters Publié le - Mis à jour le

Omnisports La dernière finale jouée en cinq manches remonte à la saison 2006-2007, année du dernier titre ostendais. Après quoi, Charleroi est venu installer son règne en empochant les quatre titres suivants. Mais les chiffres ne plaident pas vraiment en faveur des Spirou. Sur les 12 finales jouées en 5 manches dans l’histoire du championnat de Belgique, une seule a été gagnée par l’équipe évoluant en déplacement lors de la belle. Il s’agit du Racing de Malines, qui était venu à bout des Castors de Braine lors de la manche décisive sur le score de 98-99 en 1989.

Au niveau des chiffres depuis le début de cette finale, les deux équipes se tiennent de très près. Et il reste donc toujours aussi difficile, voire impossible de dégager un réel favori. D’autant que cette dernière manche se jouera certainement en grande partie dans les têtes. “Il faudra effectivement être armé d’un mental d’acier pour résister à la pression qui nous attend à la Sleuyter Arena”, déclare Christophe Beghin, qui, comme beaucoup de ses équipiers, n’a encore jamais pris part à une dernière manche décisive. “Mais à ce niveau, l’EuroLigue nous a aidés à engranger pas mal d’expérience. Rappelez-vous l’ambiance hostile vécue à Belgrade, il est difficile de connaître pire. On a su gérer les événements face à de grosses pressions durant cette compétition. C’est dans ces moments-ci qu’il faut pouvoir s’en servir.”

Une cinquième manche décisive reste néanmoins une expérience particulière et nouvelle pour beaucoup de joueurs sur le parquet. “Je suis impatient de vivre ça”, poursuit l’intérieur des Spirou. “Depuis le début de la semaine, on pense à cette cinquième manche et nous aurions été très déçus si nous avions été éliminés mardi lors du 4e match sans avoir pu accéder à une telle apothéose. Toute la saison va se jouer en en match ce vendredi. On se rend compte que quoi qu’il arrive, c’est la dernière rencontre de la saison. C’est une situation particulièrement excitante. Tous les joueurs aimeraient vivre cela une fois dans leur carrière.”

Si Charleroi l’emportait au bout cette dernière bataille, il s’agirait incontestablement de l’un des plus beaux titres des Carolos. “La forte concurrence a rendu cette saison très attractive. Depuis le début de la finale, il est impossible d’estimer une équipe plus forte que l’autre. Après la saison difficile et mouvementée que nous avons connue, ce serait l’un de mes plus beaux sacres.”

Publicité clickBoxBanner