Omnisports

America first ! S’il est bien un sport où ce slogan est de mise, c’est le basket !

Tout le monde connait bien sûr la Dream Team depuis les J.O. de Barcelone. Ce qui est peut-être moins évident pour les non-initiés, c’est que les joueuses de Team USA forment elle aussi une sorte de Dream Team, au féminin cette fois.

Les hommes avaient Michael Jordan ou Magic Johnson, les Femmes ont Sue Bird et surtout Diana Taurasi, 36 ans, deux fois championne du Monde déjà, quatre médailles d’or olympiques et sans doute la meilleure joueuse de tous les temps.

Tant individuellement que Collectivement, les Américaines dominent le monde sans partage. Avec Taurasi et aussi la meneuse Sue Bird donc mais également l’ailière Elena Delle Donne (1m98 !, équipière d’Emma Meesseman aux Washington Mystics) ou les intérieures Breanna Stewart (tout juste championne WNBA) et Britney Griner (2m03). Collectivement, elles sont invaincues depuis douze ans et alignent 6 médailles d’or consécutives au J.O.

C’est donc à cet Everest de la balle orange que vont s’attaquer en fin d’après-midi à l’occasion des demi-finales de ce Mondial de Tenerife les filles du coach Mestdagh. «Décrocher le Bronze sera sans doute plus facile que de se qualifier pour une finale » rigolait celui-ci en conférence de presse après l’humiliation infligée hier à l’équipe de France.

De leur côté, les Cats sont unanimes : Jouer la Dream Team féminine dans une demi-finale de Coupe du Monde, c’est un rêve qui va devenir réalité. Même si les Belges n’en seront pas à se faire photographier avec leurs idoles, leur but n’est cette fois pas tant de gagner que de se faire plaisir sur le terrain. Comment, en bousculant autant que possible les Championnes en titre. Avec leur jeu rapide, virevoltant même, elles ont les armes pour le faire, du moins pendant une partie du match car cette cuvée 2018 de la Dream Team joue plutôt lentement et a été plusieurs fois accrochée avant de se réveiller et de mettre les choses au point.

Il reste pourtant une part de rêve comme l’exprime Marjorie Carpréaux : « Comptez sur nous piur aborder ce match de la bonne manière et si d’aventure l’inimaginable devait se produire, alors on pourrait toujours envisager d’aller retrouver les Diables Rouges sur le balcon de la Grand-Place Bruxelles !