Omnisports Le résumé quart-temps par quart temps

Premier quart

En début de match, la Belgique offrait tout de suite un meilleur visage que lors des deux rencontres précédentes avec une pression défensive plus haute et plus intense. Sur le plan offensif, Quentin Serron et Jonathan Tabu s'occupaient de placer les Lions sur de bons rails (13-6). Mais en face, Schved faisait déjà parler la poudre en plantant 11 unités dans ce quart initial, permettant à la Russie de prendre les commandes à 15-17. Van Rossom répliquait à son tour au-delà de la ligne à 3 points avant que les Russes ne bouclent cette période par un panier dans les dernières secondes leur offrant un avantage minime à l'issue des 10 premières minutes (18-19).

Deuxième quart

Vincent Kesteloot recevait ses premières minutes de jeu dans cet Euro mais accumulait trois fautes en trois minutes. La Belgique restait néanmoins dans le coup via quelques lancers-francs et grâce aussi à un Kevin Tumba retrouvé qui contenait très bien le grand Mozgov même s'il devait ensuite aussi rejoindre le banc pour trois fautes. Quentin Serron et Axel Hervelle rétablissaient même l'égalité à 31-31 (18e). Et même si les Belges rejoignaient les vestiaires à la pause avec un petit retard (33-35), ceux-ci ont offert des signes plutôt rassurants pour la suite.

Troisième quart

À la reprise, la Belgique devait faire face à une première alerte dangereuse suite après un dunk monstrueux de Mozgov sur Maxime De Zeeuw au rebond offensif suivi d'un triple (37-43). C'est Jean-Marc Mwema qui s'occupait d'éteindre le début d'incendie en scorant cinq points consécutifs. Mais Eddy Casteels était néanmoins forcé de prendre un temps-mort un peu plus tard car la menace russe s'intensifiait à nouveau (42-48, 27e). La Russie s'offrait même son plus large avantage de la partie en s'écartant à 45-53 face à des Lions accumulant trop de pertes de balle un peu stupides. Les petits détails faisaient la différence et la Belgique semblait tout doucement lâcher prise (47-53, 30e). 

Quatrième quart

Une réaction des Lions était indispensable en début de dernier acte pour encore croire en la victoire mais quelques petites erreurs  évitables continuaient de se payer cash (55-64, 35e). Eddy Casteels tournait principalement avec huit joueurs, laissant toujours Manu Lecomte et Ismaël Bako collés sur le banc malgré les évidentes difficultés rencontrées par Jonathan Tabu et Pierre-Antoine Gillet. Kevin Tumba ne voyait plus le parquet non plus alors qu'il n'avait pas démérité malgré ses 4 fautes. Seul Maxime De Zeeuw maintenait encore un léger espoir en alimentant le marquoir (60-67, 37e). La Russie, qui n'atteignait pas son niveau des deux premiers matchs, paraissait pourtant prenable et les Belgian Lions pouvaient entretenir pas mal de regrets au coup de sifflet final car il y avait clairement mieux à faire (67-76).