Omnisports

En football, on peut comparer cela à un Brésil-Espagne. Canada-USA, c'est le match le plus attendu de l'année pour tous les amateurs de rondelle (palet en québecois). Pays roi de la discipline, triple tenant du titre, le Canada veut conserver son titre mais la tâche sera compliquée notamment au vu de la précédente finale serrée des JO 2010.  Entretien avec Richard Labbé, journaliste au quotidien la Presse à Montréal, spécialiste du club mythique des Canadiens de Montréal.

USA-Canada c'est un peu la finale avant la lettre ?

Dans les années 80, 90, nos grands rivaux étaient l'Union Soviétique. Les USA n'étaient pas bons. Désormais, ce sont eux et il y a une grande rivalité depuis les Jeux Olympiques de Salt Lake City 2002. 

La finale de Vancouver était exceptionnelle avec l'égalisation des  Américains puis le but en or de Sidney Crosby, star de la discipline...

Tout le monde, ici, se souvient de ce but de Crosby. C'est peut-être l'un des buts les plus légendaires de l'histoire. Ce match Canada-USA, c'est le match le plus regardé de la saison. Plus que la finale de la coupe Stanley, la finale de Ligue Nationale de hockey (NHL). Les Jeux Olympiques c'est la seule compétition entre nations où tous les meilleurs joueurs du monde sont libérés par leur club. Le pays va s'arrêter de fonctionner. On risque de perdre de la productivité. Ce fut déjà le cas lors de la finale des femmes ce jeudi.

Quelle est la clé de ce match ?

Le match va se jouer devant le filet. La bataille devant le but sera très importante. Carey Price, notre gardien, fait une saison exceptionnelle avec les Canadiens de Montréal. Son niveau de jeu fera certainement pencher la balance. L'attaque aussi sera importante. Nos attaquants ont été plutôt silencieux depuis le début de la compétition. Il faudra un grand match de leur part et donc de Crosby. Du côté des Etats-Unis, Jonathan Quick, le gardien et Phil Kessel sont des joueurs déterminants.