Omnisports

La 40 e édition du rallye Dakar a été présentée mercredi à la presse. 

Pour la dixième fois, le plus célèbre rallye-raid se disputera en Amérique du Sud. Trois pays seront visités: le Pérou, la Bolivie et l'Argentine. Le Dakar 2018 partira le 6 janvier de Lima. Il se conclura le 20 janvier à Cordoba, après 9.000 km de course.

"525 concurrents issus de 54 pays se présenteront aux contrôles techniques du 3 au 5 janvier", a annoncé le directeur Etienne Lavigne. "Au total, nous avons 337 véhicules dont 190 motos/quads, 105 véhicules et 42 camions. Le Dakar est organisé pour la dixième fois en Amérique du Sud. L'Argentine joue un rôle important dans cette histoire car c'est un pays où nous allons chaque année."

70 participants ont le statut de Légende du Dakar, à savoir un participant qui compte plus de dix Dakar à son actif. Parmi eux, les Belges Charly Gotlib (29 participations) et Tom Colsoul (13 participations). A l'inverse 78 engagés découvriront le rallye-raid.

Au menu de cette 40e édition: du sable, de l'altitude, des rio ou encore du cassant. "On a un parcours exceptionnel avec un triptyque andin que j'aime beaucoup, parce qu'on va avoir trois géographies extrêmement différentes, trois conditions de course et climatiques très variées aussi", se réjouit Etienne Lavigne.

"C'est un parcours de rêve. Pas seulement pour nous en tant qu'organisateurs, mais aussi pour les concurrents et les spectateurs", ajoute Marc Coma, responsable du parcours.

Les plus de 500 concurrents attendus débuteront par une longue séquence de sable au Pérou, comme un clin d'oeil au premier Dakar qui avait relié Paris à la capitale du Sénégal en franchissant le Sahara en 1978. On sera "au coeur de l'ADN du Dakar, le désert", décrit Lavigne.

Après le départ, le parcours dessine deux boucles autour des villes côtières de Pisco et San Juan de Marcona, avant de plonger plein sud vers Arequipa, d'où les concurrents rejoindront La Paz par le lac Titicaca. Après la traversée, le bivouac longera la sierra en Argentine.


Plusieurs étapes joueront les juges de paix entre les différents prétendants. "Le lendemain du jour de repos, il y a une étape marathon de 726 km vers Uyuni. La deuxième partie de cette étape se disputera à plus de 4.000m d'altitude, cela a une influence", pense Larc Coma. "Mais celui qui pense que le Dakar sera terminé se trompe. La 10e étape est pleine de dunes et de plantes sur le parcours, ce qui rendra la navigation difficile. La 11e, vers Chilecito sera la plus chaude, avec des températures qui peuvent atteindre les 50 degrés." Le lendemain (jeudi 18), la plus longue spéciale (522 km chronométrés sur 791) entre Fiambala/Chilecito et San Juan est au programme. "Le Dakar s'achèvera par une épreuve chronométrée de 120 km. Les pilotes devront aborder des routes de montagne et pas moins de 30 rivières avant de rejoindre la ligne d'arrivée à Cordoba."

© AFP