Direction le Final Four

Publié le - Mis à jour le

Omnisports

Les favoris des quarts de finale de la SuproLigue de basket-ball ont réussi un départ sans faute en remportant la première manche à domicile et entendent bien gagner dès jeudi, en terrain adverse, leur billet pour la finale à quatre de Paris (11 et 13 mai).

Mardi soir, le CSKA Moscou l’a emporté (78-63) face aux Français de Villeurbanne, les Turcs d’Efes Istanbul se sont largement imposés (95-69) aux Croates de Split, les Grecs du Panathinaïkos se sont joués (87-77) de l’Alba Berlin (Allemagne) et le Maccabi Tel-Aviv (Israël) n’a laissé aucune chance (80-69) aux Italiens de Pesaro. Des défaites trop lourdes pour que les battus du match aller n’en aient pas conçu une forte envie de sauver au moins l’honneur.

A Moscou, les Villeurbannais, à l’image de leurs stars Bill Edwards et Zakhar Pachoutine qui n’ont jamais pu se dépêtrer du marquage d’Andrei Kirilenko et de Dmitri Domani, ont été mis sous l’éteignoir par la machine russe. A eux de démontrer jeudi sur leur parquet qu’ils peuvent la dérégler. Leur entraîneur Greg Beugnot croit connaître la recette: «Si vous les laissez jouer leur jeu, ils sont invincibles mais, si vous parvenez à anticiper sur leurs plans, alors ils perdent le contrôle». Reste à le faire.

A Athènes, le Panathinaïkos a ravi ses 5000 supporters. Dejan Bodiroga, Antonis Fotsis, Zeljko Rebraca, Nando Gentile et Georgios Balogiannis s’en sont donné à coeur joie face à des Berlinois où seul Dejan Koturovic (28 points) a paru en mesure de les faire douter. Les Grecs ne devront toutefois pas oublier qu’ils ont essuyé leur dernière défaite en SuproLigue face justement à l’Alba qui les avait surpris à Berlin (79-71) le 1er mars lors de la 16e journée.

A Tel-Aviv, les Italiens de Pesaro ont tenu le choc jusqu’au troisième quart-temps et n’ont commencé à céder qu’après qu’un vif incident eut opposé leur entraîneur Stefano Pillastrini aux arbitres Pitsilkas et Sancha qui ont fini par l’exclure. Sous l’impulsion de Derrick Sharp et de Radisav Curcic, le Maccabi en a profité pour se détacher et terminer la période avec 12 points d’avance (61-49) alors qu’ils n’en comptaient que 4 à la mi-temps. De quoi décupler jeudi la motivation des Italiens.

A Istanbul, les Croates de Split n’ont fait illusion que pendant le premier quart d’heure en parvenant à neutraliser leur compatriote Damir Mulaomerovic, le meilleur marqueur de l’Efes. A la 15e minute, ils menaient d’un point (32-31) grâce notamment à Nikola Vujcic et Ante Grgurevic. L’entraîneur turc Oktay Mahmudi remplaçait alors Mulaomerovic par Kerem Tunçeri et Efes reprenait un avantage dont il n’allait plus se départir. En défense, Predrag Drobnjak a progressivement pris la mesure de Vujcic (0 point en seconde période) et, en attaque, Alper Yilmaz - un ancien élève de l’entraîneur croate Jasmin Repesa - faisait le reste.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM