Omnisports

Presque 100 points inscrits en moyenne en championnat (avec à la clé un 22/22), une qualification pour la finale de la Coupe de Belgique (le 04/04 à Liège) et cette finale d’Eurocup que même en rêve elles n’attendaient pas : les Brainoises atteignent les sommets et battent tous les records cette saison.

De mémorable à historique en passant d’incroyable à fantastique, les qualificatifs manquent pour décrire leur superbe épopée européenne. Si les Brabançonnes devaient remporter cette Eurocup et s’imposer dans la foulée en Coupe et en Championnat de Belgique (comme la saison passée), le triplé restera dans les annales du club et du basket-ball belge. Tout comme le record du nombre de spectateurs pour un match de basket féminin en Belgique puisque le match retour au Spiroudôme, qui sera rebaptisé "Castordôme" d’un soir, affiche d’ores et déjà complet avec la présence annoncée de 6 500 spectateurs.

L’avantage du terrain au retour

Les Brainoises auront l’avantage du terrain au retour mais, pour pouvoir en profiter, elles se doivent aussi de faire plus que bonne figure ce soir au Palacium de l’Entente sportive basket-ball de Villeneuve d’Ascq. Parties mercredi midi du stade Gaston Reiff, les Brabançonnes ont bouclé les 120 kilomètres de route en deux petites heures. Elles ont ensuite pris leurs quartiers pratiquement en face de l’impressionnant stade Pierre Mauroy, qui accueille les footballeurs du Lille Olympic Sporting Club, avant de prendre part à une petite séance d’entraînement d’une heure hier soir au Palacium. Elles bénéficieront d’ailleurs encore d’une seconde session d’entraînement ce matin, ainsi que d’une session vidéo avant de mettre le cap sur cette manche aller.

Plus de secrets l’un pour l’autre

Partenaires au niveau des cellules dirigeantes (les clubs s’affrontent régulièrement en amical ou font des stages en commun), Villeneuve et Braine n’ont plus de secrets l’un pour l’autre. Déjà présent sur le sol européen avec trois participations à l’EuroLigue et six à l’Eurocup, le club nordiste possède davantage d’expérience. Sur le parquet aussi, les Gomis, Mahoney, Ristic, Sacko et… Wauters frôlent ou dépassent la barrière des trente ans.

La balance penche également du côté français au niveau de la puissance. Dans les rangs brainois, en revanche, il y aura davantage de jeunesse et de fraîcheur. Et un jeu en première intention qui ne demande qu’à faire des dégâts. Une opposition de style qui devrait se jouer sur des détails…