Omnisports Jean-Marc Fortin et le team Overdrive font figure de principal outsider.

Une victoire sur le Dakar, Jean-Marc Fortin en rêve depuis près de vingt ans. Et si, par le passé, le coup n’est pas passé loin, le Hutois sait que cette 40e édition aura une saveur toute particulière.

"En sachant qu’il s’agit de l’ultime Dakar du Team Peugeot, j’aimerais autant l’emporter cette année. Cela aurait une tout autre saveur !", lance le directeur sportif du Team Overdrive qui n’alignera pas moins de 10 Pick-up Hilux sous la bannière Toyota Gazoo Racing Overdrive. "En plus de sept voitures clients, nous alignerons trois voitures de pointe pour Nasser Al-Attiyah, Giniel De Villiers et Bernhard Ten Brinke."

Trois Hilux entièrement nouveaux bénéficiant d’une nouvelle réglementation technique édictée en septembre dernier par la FIA. Plus de débattements de suspension, un poids revu à la baisse, mais également un moteur central favorisant nettement la répartition des masses…

"Un pas important a été fait", poursuit le Hutois. "Un autre pas très important réside dans les nouveaux pneus développés par BF Goodridge pour les 4x4. Cela nous offre plus de possibilités aujourd’hui."

En deux mots : il paraît évident que pour son ultime participation au Dakar, le Team Peugeot devra composer avec un adversaire de taille…

"C’est exactement ce que nous espérons", embraye notre interlocuteur. "Peugeot aura d’autant plus de pression que, si j’ai bien compris, il s’agira également de la dernière course de Sébastien Loeb en Rallye-Raid. J’imagine que le désir est grand, à tous les niveaux chez le constructeur français, de voir Loeb remporter ce Dakar, ce qui ne leur facilitera certainement pas la tâche de gestion au sein du team. J’espère qu’avec des champions comme Carlos Sainz et surtout Stéphane Peterhansel, ils vont se mettre la pression en interne… En tout cas jusqu’à quatre jours de l’arrivée. Car si Loeb se bagarre en tête avec Peterhansel en vue de l’arrivée finale, on imagine bien de quel côté tombera la pièce de 50 centavos…"

Anderlecht contre le Real

Sébastien Loeb face à Nasser Al-Attiyah : voilà le duel attendu sur les quelque 9 000 kilomètres entre Lima et Cordoba même si le budget du constructeur français est cinq fois supérieur à celui du team belge, basé à Villers-le-Bouillet.

"C’est Anderlecht face au Real Madrid en Champions League" , poursuit Jean-Marc Fortin. "Sauf que je suis persuadé qu’avec Al Attiyah et Baumel, nous possédons le meilleur équipage actuel dans la discipline…"

Et pour cause, invaincu en sept manches de la Coupe du monde, dont une victoire sur Loeb et Peugeot, en octobre dernier au Maroc, le binôme a raflé une nouvelle couronne cette saison.

"Personnellement, si nous devons gagner, j’aimerais autant que ce soit cette année en battant Peugeot…"