Omnisports

Alors que les organisateurs se sont voulus rassurants au sujet de l’ouragan Florence qui devrait néanmoins passer non loin de Tryon (Caroline du Nord), les Jeux équestres mondiaux ont vécu une première journée de compétition mouvementée, mercredi. C’était surtout vrai en endurance où un défaut de signalisation en début de parcours a piégé de nombreux cavaliers et obligé le jury à prendre une mesure aussi inédite que draconienne avec la suppression de la première boucle.

Les compteurs ont été remis à zéro et un nouveau départ a été nécessaire dans le courant de la matinée, tandis que le parcours était par conséquent ramené de 160 à 120 km. Du jamais-vu à ce niveau, même si cette décision est autorisée par le règlement de la Fédération équestre internationale.

Les Belges vite déçus

L’arrivée des premiers cavaliers était prévue en soirée (aux États-Unis), alors que la Belgique a rapidement perdu tout espoir de classement avec les éliminations précoces de Céline Just et de Peter Bastijns et l’abandon de Karin Boulanger.

Le reining et le dressage ont aussi vécu leur première journée de compétition. Au moment d’écrire ces lignes, Ann Poels (en reining) avait réalisé une excellente performance individuelle qui plaçait la Belgique en bonne position au classement des nations. En dressage, la reprise de Fanny Verliefden a été marquée par quelques erreurs qui lui ont coûté cher. Isabel Cool a quant à elle abandonné en cours d’épreuve après la cabrade d’Aranco, sa monture.

Ce jeudi, ce sera au tour des cavaliers de complet d’entrer en compétition. Karin Donckers, Lara de Liedekerke et Joris Vanspringel sont les trois seuls cavaliers belges engagés. "Tous les trois ont une grande expérience, souligne Marc Rigouts, l’entraîneur belge. Et ce n’est pas parce que nous sommes seulement trois que nous n’avons aucune chance d’assurer notre qualification pour les Jeux olympiques. La seule chose, c’est qu’à trois, nous n’avons pas droit au moindre joker. Le cross (NdlR : qui se disputera samedi) s’annonce sélectif. Pas vraiment au niveau des obstacles mais bien au niveau physique, ce qui est mieux pour le sport." Christian Simonart