Omnisports

Seppe Smits débarque en chantant. Clairement, il est soulagé d’avoir terminé à la sixième et dernière place qualificative de la seconde demi-finale du Slopestyle.

D’autant plus qu’il a chuté dans son second run, laissant l’occasion à une dizaine d’autres de l’éjecter du top six. C’est finalement passé… à même pas un point près. Interview.

Comment avez-vous vécu l’attente qui a duré une bonne vingtaine de minutes ?

« Je ne pouvais plus rien faire et ça me cause bien plus de stress qu’être moi-même sur la piste. »

À Sotchi aussi, ça s’était décidé à la dernière seconde…

« Oui mais je devais juste attendre mon résultat pour voir si j’allais en finale (NdlR : il ne s’est pas qualifié). Ici, il y avait encore plus 10 gars qui devaient passer après moi. C’était très irritant. »

Comment avez-vous abordé la course ?

« J’étais stressé pour la deuxième fois de ma vie pour une compétition. (rire) Mais c’est bien de savoir que je pouvais prester avec du stress. »

C’était quand la première fois ?

« À Sotchi. (rires) Je me suis mis plus de stress que d’habitude Tout le monde disait que je devais être en finale et ça a joué. J’hésitais sur la difficulté à mettre dans mon run et je n’étais pas 100 % concentré sur ma prestation. Puis, l’entraînement n’était vraiment pas bon et il y avait tout de même un peu de vent. »

Comment expliquez-vous votre chute lors du second run ?

« J’ai voulu en mettre plus, aller à un niveau supérieur de difficulté. Je me suis rendu compte que j’étais un peu court sur le premier jump et j’ai mis les gaz pour le second. J’ai volé trop loin et l’impact était trop grand. Je suis tombé »

Votre genou a tenu le coup malgré la chute ?

« Je l’ai senti mais je marche normalement. Je vais bien bosser avec les kinés maintenant. »

Vous serez libéré de toute pression pour la finale...

« La pression sera moins grande demain, oui. La motivation, elle, sera là. Demain, le résultat importe peu. Je vais certainement faire ce que je comptais mettre dans mon deuxième run. »

Le niveau est très haut avec des score proche des 90. Pouvez-vous atteindre ce niveau ?

« Ca va être difficile d’atteindre les 90 car cela signifie prendre des risques sur les six obstacles. Il faudra trouver une ligne de conduite entre style et difficulté. Pour moi, tourner pour tourner ne sert à rien. Il faut de la créativité et style. Après, tout peut arriver sur un run. »


Snowboard - Slopestyle

Qualifications, les 6 premiers de chaque série qualifiés pour la finale -

Première série:

1. Marcus Kleveland (Nor) (83.71 - 32.30) 83.71

2. Carlos Garcia Knight (N-Z) (80.10 - 40.20) 80.10

3. Sébastien Toutant (Can) (78.01 - 45.06) 78.01

4. Mons Roisland (Nor) (76.50 - 43.68) 76.50

5. Torgeir Bergrem (Nor) (45.80 - 75.45) 75.54

6. Niklas Mattsson (Suè) (50.81 - 73.53) 73.53

... ++ 12. Sebbe De Buck (BEL) (59.40 - 29.58) 59.40

Deuxième série:

1. Max Parrot (Can) (83.45 - 87.36) 87.36

2. Mark McMorris (Can) (83.70 - 86.83) 86.83

3. Redmond Gerard (USA) (82.55 - 57.11) 82.55

4. Staale Sandbech (Nor) (74.11 - 82.13) 82.13

5. Tyler Nicholson (Can) (17.41 - 79.21) 79.21 

6. Seppe Smits (BEL) (78.36 - 41.48) 78.36

... ++ 17. Stef Vandeweyer (BEL) (33.75 - 21.16) 33.75