Omnisports

Les Britanniques ont explosé les entraînements en Skeleton. « Elles sortent pourtant de nulle part, on ne les a pas vues de l’année », explique Kim Meylemans, notre représentante dans la discipline.

La raison de cette surprenante forme ? Les nouvelles combinaisons développées spécialement pour les Jeux Olympiques. Ces tenues crées par TotalSim font visiblement des miracles dans un sport où l’aérodynamisme est une donnée cruciale. Selon Meylemans, elle permet de gagner une seconde. C'est énorme sur un run qui en dure 50!

Lors des premières descentes, Dom Parsons, 12e mondial et complet outsider, a réalisé le meilleur temps du second et du troisième entraînement. Chez les femmes, Laura Deans a claqué les deux chronos les plus rapides, suivie par sa compatriote Lizzy Yarnold qui était dans le dur ces derniers mois malgré son passé de championne olympique.

« Et quand Yarnold a dit il y a quelques mois qu’elle aurait quelque chose pour aller sur le podium, j’ai directement compris qu’il allait se passer quelque chose au niveau de leur équipement », explique Meylemans.

Un aileron

L’innovation n’est, en soi, pas un problème. « Tant qu’elle rentre dans les règles de la discipline », martèle notre compatriote. « Et ici, au vu des photos, car je n’ai pas vu la tenue en vrai, je vois clairement un aileron dans ou sous leur combinaison. »

Une forme de tricherie qui l’a poussée, avec plusieurs autres pays, à porter plainte auprès de la fédération pour qu’elle tranche sur la validité de cette combinaison dont la technologie a fait des merveilles en cyclisme sur piste avec 12 médailles britanniques sur les deux dernières olympiades.

La compétition de Skeleton féminin débute vendredi à 12h20 et se déroule sur deux jours. Les athlètes espèrent une réponse concernant les tenues britanniques avant de prendre le départ. « Si la fédération ne valide pas leur équipement, j’espère qu’ils ont prévu le coup… Sinon, ça risque d’être marrant », sourit Meylemans en conclusion.