Kevin Borlée: "Je pouvais faire mieux"

Publié le - Mis à jour le

Omnisports

Ni Kevin, 5-ème en 44.81, ni Jonathan Borlée, 6-ème en 44.83, n'est parvenu à offrir une 4-ème médaille à la Belgique lundi soir à l'issue de la finale olympique du 400 mètres messieurs. C'est en effet l'athlète de Grenade Kirani James, champion du monde en titre, qui a été sacré en 43.94, devant le Dominicain Luguelin Santos, 2-ème en 44.46, et le Trinidadien Lalonde Gordon, 3-ème en 44.52. Le coureur des Bahamas Chris Brown s'est classé 4-ème en 44.79.

Jonathan Borlée avait le couloir deux. Kevin, parti au couloir neuf, était dernier pour entrer dans la ligne d'arrivée, alors que le bronze était encore à la portée de son frère. Jonathan a ensuite perdu du terrain, alors que Kevin en regagnait, mais pas suffisamment pour prétendre au podium. Les Borlée n'ont pas approché leurs meilleurs chronos sur une piste mouillée.

Kirani James succède à l'Américain LaShawn Merritt, blessé, contraint à l'abandon dès les séries. Sorti en tête du dernier virage, James a creusé l'écart tout au long de la ligne droite pour être finalement le seul à signer un temps inférieur à 44 secondes.

Jonathan Borlée, qui avait porté le record de Belgique de son frère Kevin à 44.43 en séries, aurait obtenu la médaille d'argent en rééditant la même performance lundi soir en finale.

Kevin Borlée: "Je pars sur un faux rythme, cela ne pardonne pas"

"Quand on vise haut, bien sûr que l'on est déçu", dira de son côté Jacques Borlée, le père et coach des jumeaux.

"Je m'en veux parce que j'aurais pu mieux courir. Je n'ai pas su faire ce qu'il fallait", expliquait Kevin Borlée, fort abattu, 5-ème en 44.81. "Je suis parti sur un faux rythme. Je sais que je pouvais faire mieux. Mais bon, c'est l'athlétisme, c'est le sport, c'est comme ça."

Auteur d'un départ difficile, Kevin Borlée est revenu très fort dans la ligne droite. "Oui, mais ce n'était pas suffisant. J'avais les sensations qu'il fallait. Je me sentais bien. Et je sais que j'aurais pu me battre devant. J'aurais dû partir plus vite, ça c'est sûr. Les 200 premiers mètres n'étaient pas bons, c'est certain aussi. Le problème, c'était le rythme. J'étais sur un mauvais rythme. Et, ça, cela ne pardonne pas sur 400 mètres. Maintenant, il faut que l'on retienne aussi qu'il y avait seulement deux Européens en finale. Deux Belges. Deux jumeaux."

Publicité clickBoxBanner