Omnisports

Après avoir déposé plainte contre la personne soupçonnée de l'avoir tabassé, l'athlète doit maintenant faire face à la contre-attaque de celui-là.

Pour rappel, le 27 août dernier août, peu de temps après avoir été sacré champion du monde du 800 mètres, Pierre-Ambroise Bosse annonçait la fin de sa saison en raison d'une agression à Gijan-Mestras en Gironde.

Pris à parti dans un mouvement de foule par trois personnes, le Français "avait failli perdre un œil", en plus de multiples fractures au visage et d'"un préjudice moral inqualifiable".

Ce mercredi, retournement de situation dans ce dossier puisque Sud-Ouest annonce que l'agresseur présumé, âgé de 24 ans, a porté plainte contre Bosse pour violences volontaires avec arme par destination. Mis en examen, l'individu a nié les faits relatés par le médaillé d'or, qui l'aurait, selon lui, attaqué avec une canette de bière.

Contacté par nos confrères de L'Equipe, Maître Arnaud Dupin, l'avocat du jeune homme, a confirmé la plainte déposée contre Pierre-Ambroise Bosse.

"Mon client est abasourdi par la campagne médiatique liée à cette affaire, explique l'avocat bordelais. Monsieur Bosse a subi un traumatisme incontestable, mais il ne dit pas toute la vérité."

Et de poursuivre en estimant que le selfie du visage tuméfié de M. Bosse n'avait pas sa place. "On ne peut pas parler à tort et à travers dans la presse ni vendre des photos quand on a soi-même déclenché la bagarre."

Concluant sur le fait que son client a réagi suite à une première agression à la canette de l'athlète, Me. Dupin concède que son client ne nie pas les faits et que les deux hommes ne se connaissaient pas avant la soirée.

"Mon client a asséné des coups à M. Bosse, il ne le nie pas du tout et a même proposé de s'excuser après ce déchaînement de violence. Mais il s'est senti en danger le premier."

Outre sa revalidation et la préparation pour la prochaine saison, le Français semble parti pour de périlleux démêlés judiciaires.