Omnisports

L'armée belge souhaite accueillir des sportifs de haut niveau sous les drapeaux grâce à des conditions d'entraînement optimales et à une sécurité d'emploi garantie après leur carrière sportive, a fait savoir mardi le ministre de la Défense André Flahaut lors d'une conférence de presse à l'Ecole Royale Militaire.

Grâce à cette initiative, dont c'est la deuxième édition, l'armée entend promouvoir le sport en général et le sport de haut niveau en particulier, jusque dans ses propres rangs. L'image de l'armée belge est également en jeu.

Une forme de sécurité

Seize statuts de sportif de haut niveau sont déjà octroyés au sein de l'armée, dont deux entraîneurs et une équipe, celle de saut en parachute. Selon les autorités, vingt places de ce type seraient au total disponibles. «Nous offrons au sportif d'élite une forme de sécurité», a expliqué le ministre Flahaut. «Nous mettons à sa disposition l'infrastructure et la souplesse dans les horaires de travail afin qu'il puisse se consacrer à 100pc à son sport. Plus tard, à l'approche de sa retraite sportive, l'occasion lui est toute donnée de se reconvertir comme entraîneur pour la Défense.»

Cinq catégories de sportifs d'élite sont répertoriées en fonction de leurs niveaux.

Les 13 sportifs de haut niveau qui sont actuellement recensés au sein du projet «Sportifs de haut niveau de la Défense» sont les suivants: Jurgen Dereere (duathlon), Nico Hendrickx (tir à l'arc), Jo Van Daele (athlétisme, disque), Koen Sleeckx (judo), Daniel Fernandez-Paz (judo), Mathieu Vandiest (athlétisme, demi-fond), Brian Ryckeman (natation), Kevin Rans (athlétisme, perche), Damien Broothaers (athlétisme, haies), Joeri Vansteelant (duathlon), Jean-Baptiste Vanelshander (escrime), Frederik Van Lierde (triathlon) et, enfin, Marino Vanhoenacker (triathlon).

© Les Sports 2004