Omnisports

À 39 ans, Frederik Van Lierde se présente pour la onzième fois au départ de l’Ironman d’Hawaï, une épreuve qu’il a remportée en 2013, gagnant le respect éternel de ses rivaux, mais aussi du public. Partout où il s’aligne depuis lors, le Flandrien est, en effet, accueilli avec les honneurs dus à son rang, celui d’un ancien champion du monde. Mais, tout comme sa franchise, sa simplicité n’a pas pris une ride, malgré cinq années avec des hauts et aussi des bas.

Oublier 2017 avec l’agression dont il fut victime en Afrique du Sud et l’abandon auquel il fut contraint à Hawaï mais, surtout, retrouver le plaisir : telle fut l’obsession de Frederik au cours de cette saison 2018. Sa cinquième victoire à Nice, en juin, et son succès à l’Alpe d’Huez, en août, y ont bien contribué et c’est avec un moral tout neuf que Fred prendra part, ce samedi 13 octobre, à l’épreuve mythique que représente l’Ironman d’Hawaï…

Frederik, contrairement aux autres années, vous n’êtes arrivé, cette fois, qu’une semaine avant l’épreuve… Pourquoi ?

"Tout simplement parce que j’avais envie de changer ! Il est vrai que, depuis cinq ans, j’avais pris l’habitude de quitter la Belgique trois semaines avant, de passer par Scottsdale, dans la banlieue de Phoenix, pour y digérer le décalage horaire et y peaufiner ma préparation dans des conditions climatiques sensiblement similaires à celles d’Hawaï. Je pouvais m’y entraîner dans le calme, sans stress, parce que, dès que vous débarquez à Kona, c’est l’effervescence… La semaine précédant l’événement, (...)