Omnisports Le plus grand sprinter de l’histoire, qui chasse son 8e titre mondial individuel, entame ses derniers championnats ce vendredi.

Cette fois, nous y sommes. Les années Bolt vont s’achever dans quelques jours, à l’issue de ces championnats du monde de Londres, et il s’agit de ne pas manquer une miette des derniers déboulés du plus grand sprinter de l’histoire. Les spectateurs présents au stade olympique assisteront à un moment historique dès ce vendredi, où l’entrée en lice du Jamaïcain en séries du 100 m devrait s’apparenter à une formalité, et aussi, et surtout, ce samedi soir, où il est attendu en finale de l’épreuve reine de l’athlétisme, sa deuxième course du jour, avant de tirer sa révérence, samedi prochain, avec l’équipe de relais 4 x 100 m.

"Je suis heureux d’avoir pu décider moi-même du moment où je mettrais un terme à ma carrière", explique Usain Bolt, en faisant allusion aux blessures qui ont émaillé son parcours sur les pistes. "C’est un sentiment très agréable d’apercevoir la ligne d’arrivée. Je suis vraiment satisfait de ce que j’ai montré pendant toutes ces années et je me sens accompli en tant qu’athlète. Dès 2008, après mes victoires et mes records de Pékin, on a commencé à me demander si je me considérais comme une légende mais j’avais alors encore beaucoup de choses à prouver. Année après année, je m’y suis attelé et cela me rend fier d’avoir atteint mon objectif."

Alors que beaucoup pensaient qu’il allait quitter la scène après les Jeux olympiques de Rio, l’été dernier, le sprinter, qui fêtera ses 31 ans le 21 août, a finalement opté pour une saison supplémentaire.

"Le public de Londres est très particulier à mes yeux, poursuit-il. J’ai connu deux ambiances exceptionnelles durant ma carrière, c’était lors des Jeux olympiques de Pékin en 2008 et lors de ceux de Londres en 2012. Un mélange de bruit et d’excitation. À Londres, j’ai été frappé de voir que même les sessions du matin étaient suivies par de très nombreux spectateurs. Pour cette raison, je place le public britannique en numéro 1."

Dans une enceinte qui a subi une importante rénovation pour mieux coller aux exigences de West Ham, le club de football résident, et ramener la capacité de 80.000 à 60.000 places, avec davantage de sièges couverts grâce à un toit rallongé, il se dit que le bruit est encore plus assourdissant qu’auparavant. Voilà qui plaira au roi Bolt, désireux d’asseoir un peu plus sa domination dans les livres d’histoire. Il sera ainsi en course, ce week-end, pour une douzième couronne mondiale, une huitième en individuel, celle-ci s’ajoutant à deux médailles d’argent de 2007. Un total sans précédent dans l’histoire de l’athlétisme. Mais plus personne ne peut l’ignorer à l’aube de son dernier défi : Usain Bolt est un sprinter unique !