Omnisports

Les représentants du mouvement olympique ont évoqué la croissance rapide de l'eSport et entrouvert la porte à sa possible reconnaissance en tant que sport, samedi à l'occasion du 6e Sommet olympique à Lausanne.

"Les 'eSports' de compétition pourraient être considérés comme une activité sportive", ont déclaré dans un communiqué les participants à ce Sommet. "Les joueurs qui les pratiquent se préparent et s'entraînent avec une intensité comparable à celle des athlètes d'autres sports plus traditionnels", ont-ils relevé.

Réunis à Lausanne autour du président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach, les participants au Sommet, dont plusieurs vice-présidents du CIO et présidents de fédérations internationales, ont demandé au CIO d'engager un dialogue avec l'industrie du jeu et les joueurs afin d'approfondir ce sujet. L'eSport sera d'ailleurs une discipline à part entière aux Jeux asiatiques de 2022 en Chine.

Afin que les eSports obtiennent une reconnaissance du CIO, "leur contenu ne doit pas enfreindre les valeurs olympiques", ont-ils toutefois précisé. "Autre prérequis pour une reconnaissance du CIO : l'existence d'une organisation garantissant la conformité aux règles et réglementations du Mouvement olympique (antidopage, paris, manipulation, etc.)."

Phénomène en pleine expansion dans la sphère du jeu vidéo en ligne, l'eSport réunit des équipes de joueurs professionnels qui se disputent des prix et des sommes d'argent devant un public virtuel ou des personnes réelles réunies pour l'occasion.

Le secteur génère un chiffre d'affaires qui devrait frôler le milliard de dollars d'ici à 2018 selon le centre Baird Equity Research, avec une audience mondiale avoisinant les 500 millions de spectateurs.